Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 10:00

Amatrice de bandes dessinées, j'en apprécie des scénarios souvent originaux et un graphisme de qualité. Mais j'en sors toutefois rarement bouleversée. Or c'est ce qui m'est arrivée récemment avec deux histoires qui ont pour point commun d'avoir été scénarisées et dessinées par des femmes, qui toutes deux osent parler de sujets tabous et partagent la même justesse de ton.

La première est Le bleu est une couleur chaude. Ecrite par Julie Maroh, publiée aux éditions Glénat en 2010, elle a inspirée Abdellatif Kechiche pour son film La vie d'Adèle. A défaut d'avoir vu ce dernier, je ne ferai aucune comparaison. J'ai simplement aimé la bande dessinée qui évoque une histoire d'amour entre une lycéenne, Clémentine, et une fille aux cheveux bleus, un peu plus âgée, étudiante aux Beaux Arts. Les préjugés face à l'homosexualité y sont présents, Clémentine étant rejetée par nombre de ses amis avant d'être mise à la porte par ses parents. C'est une jeune femme qui aime, qui souffre. L'histoire bouleverse par la fragilité de ses protagonistes, par leur force aussi quand elles sont ensemble.

La seconde est Mauvais genre de Chloé Cruchaudet, publié aux éditions Delcourt en 2013. Elle nous raconte Paul et Louise, deux êtres unis pour le meilleur et pour le pire. A peine mariés, la guerre de 1914 les sépare. Paul déserte, Louise le protège. Bientôt, Paul, qui ne supporte plus d'être enfermé et qui risque la mort en tant que déserteur, commence à s'habiller en femme et peu à peu, devient un habitué du bois de Boulogne. Il entraîne Louise dans sa lente descente aux enfers et quand elle finit par le tuer, il est difficile de savoir si elle agit encore par amour, pour le délivrer des fantômes qui le hante, ou pour se libérer d'une présence devenue tyrannique. L'histoire est bien menée et nous plonge dans un univers complexe et troublant, avec en arrière plan constant la souffrance, voire la folie de Paul. Une BD qui dérange...

Ces BD qui nous bouleversent
Ces BD qui nous bouleversent

Partager cet article

Repost 0

commentaires