Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 21:06
Rédemptions?

La peine de mort n'est pas abolie en Corée du Sud. Elle n'a toutefois pas été mise en oeuvre depuis 1998, le Président alors élu ayant été lui-même dans le couloir de la mort à une époque où cette peine concernait les délits politiques.

L'action du roman de Gong Ji-young intervient à la fin des années 1990 et l'élection du Président jadis condamné à la peine de mort y est mentionnée dans un futur proche ou un présent immédiat. C'est une lueur d'espoir qui ne trouvera pas de concrétisation.

Le coeur de l'histoire est en effet la peine de mort, ou plus exactement elle constitue la toile de fond d'une rencontre bien improbable, dans les murs de la prison, entre une jeune femme de bonne famille et un condamné.

La première se détruit peu à peu en raison d'un viol subi 15 ans plus tôt, dissimulé par sa propre mère pour éviter le scandale, à moins que cette dernière n'aie jamais pu en accepter la réalité.

Le second est accusé d'un triple meurtre.

Le lien initial entre ces deux personnes est une religieuse, également la tante de la jeune femme (Yujeong), qui accompagne les détenus et demande à sa nièce de l'accompagner pendant un mois au lieu de suivre un psychiatre après une enième tentative de suicide.

Les premières rencontres sont difficiles, mais peu à peu la parole s'installe et avec elle tous les possibles de l'évolution intérieure d'un individu, avec des moments d'une rare intensité. Chacun apprend un peu l'humanité dans ce qu'elle a de meilleur, avance avec l'autre sur son propre chemin de rédemption.

Le roman est construit entre le présent, raconté par la jeune femme, et les souvenirs du condamné consignés dans un cahier bleu qui ne sera remis à Yujeong qu'après son exécutionn. Cela lui donne à l'histoire une dimension supplémentaire, une vie sordide pouvant peut-être justifier les meurtres, à condition que le condamné soit effectivement coupable, ce que seule la fin du roman met en doute, l'essentiel étant la transformation des deux personnages principaux, la mort de l'un n'étant peut-être pas nécessaire pour sauver l'autre...

C'est une très belle histoire, en même temps qu'un vibrant hommage à la vie, et un plaidoyer en faveur de l'abolition de la peine de mort.

Partager cet article

Repost 0

commentaires