Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 12:48
Hommage à un ami trop tôt envolé...

Dans une ville, bien loin de son Haïti natal, un jeune comédien, Pedro, s'est jeté du 12ème étage.

Tel est le point de départ de cette "Parabole du failli" de Lyonel Trouillot. Le titre de ce roman en résume le sens : à partir des faits quotidiens de ce jeune homme, de ses rêves, de ses désespoirs, de sa quête d'amour, des mots de ces compagnons se dessine peu à peu un portrait, celui d'un jeune homme qui aurait pu être, qui n'a pas pas eu le temps...

Comme dans les autres oeuvres de Lyonel Trouillot, on y trouve des personnages hauts en couleurs, excessifs, déraissonnables en apparence parce qu'ils portent aussi en eux une certaine sagesse, souvent meurtris et pourtant attachants, le tout dans un pays à la dérive, où professeurs et journalistes doivent se contenter de salaires de misère, où les organisations internationales jouent un rôle ambigû, proche d'une occupation...

Celui qui meurt vient d'une classe sociale plus aisée, comme le petit professeur dans Kannjawou, qui franchit le pas et part vivre dans des quartiers plus populaires, en compagnie de l'Estropié et du narrateur, en s'ouvrant aux gens qu'il y rencontre, notamment aux gamins de la rue auxquels il offre quelques mots, des tirades, un peu plus que leur quotidien. Pedro est lui aussi à bien des égards un enfant perdu, excessif, et assez peu attentif à l'histoire de ses compagnons de route.

La parabole du failli est toute entière dans le dernier hommage que lui rendent ceux qui l'ont aimé, drôle parfois, touchante toujours.

Un roman et un auteur à découvrir.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires