Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 12:28

Chambord est régulièrement mis à l'honneur sur ces pages, qu'il s'agisse de vous le présenter sous un blanc manteau de neige (http://writings2.over-blog.com/2018/03/blancs-chateaux-en-val-de-loire.html) ou plus globalement à l'occasion des inondations de 2016 et de leurs effets qui avaient conduit à une sollicitation de la fondation du patrimoine (http://writings2.over-blog.com/2016/06/la-magie-de-chambord.html).

Aujourd'hui, j'aimerais évoquer les toits de ce château royal, pas ce qui est visible à tous les visiteurs (terrasses et cheminées), mais ce qui se cache sous l'ardoise des tuiles : la charpente.

Les toits de Chambord

Il est assez rare de pouvoir découvrir ces charpentes.

Sans avoir les qualités d'un guide ni même le talent de me souvenir de toutes ces petites anecdotes qui transforment une visite, je vais essayer de vous les présenter.

Pour cela, remontons au XVIème siècle. Les travaux du château commencent vers 1519. Le chantier va durer quelques années et c'est vers 1555 que le gros œuvre est achevé.

La couverture du donjon, qui abrite la chambre ou plus exactement les appartements de la reine, est réalisée au cours des années 1530. La couverture a été posée à la fin de la décennie. Plusieurs centaines de milliers de plomb sont alors utilisés et il semblerait que certains éléments de la toiture étaient, à l'origine, dorés.

Mais tout le château ne bénéficie pas du même soin. L'aile de la chapelle est, en effet, couverte bien plus tard. Dès 1556, une charpente était posée, mais faute d'être couverte, elle n'a pas duré très longtemps.

A la mort de François 1er, en 1547, seuls les murs et les colonnes de la chapelle sont debout. Henri II fait poursuivre les travaux. Il meurt en 1559. Et les travaux sont abandonnés. C'est finalement Louis XIV qui fait réaménager les appartements royaux et qui commande à son architecte de couvrir la chapelle.

Cet architecte a pour nom Hardouin-Mansard. Et comme la nef de la chapelle déborde de la tour, la couverture ne va pas de soi. En 1684, les plans sont dressés. Une nouvelle charpente est construite, sorte d'immense panier inversé, et la toiture est enfin mise en place.Une jolie prouesse technique et un lieu impressionnant à découvrir.

C'est également sous une charpente (mais avec tous ces escaliers, je ne sais plus vous préciser où exactement) que se cache un cadeau offert par la Chine, une reconstitution d'une taille certaine de la Cité interdite. Et voici une nouvelle énigme à découvrir dans ce château extraordinaire...

Partager cet article
Repost0

commentaires