Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 17:59

Le casse tête de la semaine est quasiment une invitation à la philosophie. Qu'est-ce que la chance? Une envie de ce que les autres ont et pas nous, une opportunité à saisir, une superstition ou un instant de bonheur?

    J'aime la voir comme un moment magique, un instant privilégié, le temps passé avec ceux que j'aime, les rencontres qui ont marqué ma vie. J'aimerais en évoquer une, avec un personnage à la fois impressionnant et très simple : Raymond Aubrac.

    Le contexte est déjà particulier puisqu'il s'agit du baptême d'une promotion d'étudiants (Lucie Aubrac) dans un lieu mystique : Cluny.    

Aubrac2.jpg        M. Aubrac est arrivé, un homme de plus de 90 ans, pas très grand, fumant la pipe.

     Compte tenu de son passé, il est déjà impressionnant. Son nom suffit à évoquer la Résistance, le combat pour des valeurs essentielles telles que la liberté ou la dignité. C'est un homme de convictions qui s'engage et témoigne.

 

 Son passé de résistant est généralement très connu, notamment grâce au cinéma qui ne lui donne toutefois sans doute pas toute son envergure, le plaçant souvent en second plan derrière Lucie.

     Il me semble cependant que s'il est difficile de parler d'un des époux sans évoquer l'autre, leur relation a été plus équilibrée, avec aussi une sorte de symbiose, un amour et un respect mutuel qui se ressent encore dans certains  propos de Raymond, dans sa fidélité à la mémoire de Lucie et dans ce prolongement de la transmission.

    Il n'est pas besoin de beaucoup d'empathie pour percevoir la force bouleversante de cette relation et l'intégrité de Raymond. C'est peut-être cette sincérité qui a conduit Ho Chi Minh a privilégier la demeure des Aubrac à l'hôtel lorsqu'il se rendait en France.        

 

 Ce choix ouvre une nouvelle perspective sur Raymond Aubrac, dont l'activité ne s'est pas achevée avec la guerre. Commissaire de la République à Marseille en 1944, il y rétablit l'ordre de la Républqiue avant de rejoindre le ministère de la reconstruction où, en qualité d'inspecteur général, il s'occupe du déminage.  

 

Aubrac.jpg Raymond fonde sa société d'étude, puis travaille comme conseiller technique au Maroc, comme directeur à la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture)... Il oeuvre aussi pour la reconnaissance du Viêt Nam.

 

Cet homme est aujourd'hui encore fidèle à toutes les valeurs qu'il partageait avec Lucie et qui ont guidé ses actions. Il porte un regard lucide sur le monde qui l'entoure, transmet à qui veut bien la recevoir une certaine conception de la vie où le verbe résister prend tout son sens, d'autant plus qu'il se conjugue à tous les temps...

Un très grand Monsieur et une grande chance...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mansfield 18/02/2013 15:57

Une rencontre inoubliable je n'en doute pas, de celles qui marquent une vie, il me semble. Merci pour ce partage.

Sherry 22/01/2012 21:36

sujet parfaitement interprété. Merci pour ta publication...

Jeanne Fadosi 22/01/2012 19:45

Une rencontre avec quelqu'un de cette trempe, même courte, oui, c'est une chance et au-delà, il lui (leur) a fallu une part de chance pour résister sans dommages pendant la guerre et c'est aussi et
surtout une chance pour la France, d'avoir eu des gens tels que ce couple exemplaire
Belle fin de soirée

writings2 22/01/2012 22:14



Beaucoup, en effet, n'ont pas eu la chance de poursuivre leur chemin, mais c'est pour eux que Raymond continue à témoigner.



mansfield 22/01/2012 15:34

Je ne peux qu'envier cette chance là. Avoir côtoyé l'un de ceux qui nous rendent fiers d'être français et qui ont donné à leur vie un sens en se dévouant aux autres, est un honneur et une chance.

catiechris 22/01/2012 10:31

Il a bien de la chance de vivre encore, et d'avoir vécu ce qu'il a vécu, de le raconter et de le partager, et puis une seconde chance de t'avoir rencontrer et toi de nous faire le partage...