Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 12:32

papillon.png Ce papillon pourrait incarner l'image de l'éphémère, qui désigne d'ailleurs l'ensemble des insectes dont le vie est si courte et que les Anglais baptisent du joli nom de mayfly.

Une fragilité et une fugacité qui caractérisent nos vies de façon plus générale, et sans doute certaines de nos activités .

Par sa saisonnalité, c'est ainsi que se conçoit l'univers de la création, de l'habillement peut-être plus particulièrement.

Quand la création s'inspire de la nature, le cercle est-il bouclé ou est-ce au contraire une manière de surmonter, ne serait-ce que peu de temps, l'éphèmère, de le prolonger au point peut-être d'en changer la consistance?

Une question difficile auxquelles nous invitent indirectement les réalisations d'Iris Van Herpen.

P1020614.JPG 

 

Cette robe fait partie de la collection Hybrid Holism.

 

Réalisée avec la la collaboration d'une architecte, Julia Koerner, cet ensemble de vêtements est inspiré de mico-organismes. Ce sont comme des carapaces articulées qui couvrent et protège le corps. P1020617.JPG

 

 

La lumière y joue, faisant varier la perception de l'observateur et donnant à ces habits comme une vie propre.

 

Les matériaux utilisés contribuent à cette impression : bandes de cuivre, de métal, de feuilles d'acryliques transparentes, de polymères, de cristaux également.

 

 

 

 

 

Je vous laisse profiter d'un plaisir éphèmère avec d'autres réalisations de la collection, présentées lors du défilé (2012-2013).

Iris-Van-herpen.png  Iris-Van-herpen-2.png

 

N'hésitez pas à cliquer pour agrandir les photographies car c'est le détail qui change tout...

Iris-Van-herpen-3.png

 

 

 

Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 21:43

chats0002.jpg 

chats0001.jpg

 

Souvent joueurs, les chats se caractérisent aussi par leur caractère sociable et curieux.

chats0004.jpg

 

 

 

Et ce qui est vrai avec leurs congénères l'est parfois

 chats0006.jpg

aussi avec d'autres espèces,

avec une véritable complicité, qui semble par ailleurs bien confortable...

chats0005.jpg 

Repost 0
Published by writings2 - dans Entre faune et flore
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 14:49

Lorsqu'un desinateur de BD, en l'occurence Juanjo Guarnido, s'inspire de Bogard, en lui donnant également une grâce féline, le résultat est des plus surprenants :

blacksad0002.jpg

 

Je vous présente John Blacksad.

Ce détective privé évolue dans l'Amérique des années 1950. Il a pour spécialité de se mettre dans des situations impossibles, mais comme tout bon chat, il finit toujours par retomber sur ses pattes. 

Dans ses histoires, écrites par Juan Diaz Canales, tous les protagonistes ont des têtes d'animaux et bien souvent les comportements associés. Ainsi, la fouine est reporter. Dans le premier tome, l'ignoble homme d'affaires véreux est un crapaud... 

C'est surprenant, sans doute même dérangeant à l'origine, mais la qualité des scénarii et des dessins, la crédibilité de l'ambiance, nous font vite tomber sous le charme de cette série, qui compte actuellement cinq volumes.

Les deux auteurs travaillent dans le monde de l'animation et cela se ressent dans le mouvement donné aux personnages et à l'action. Et si Blacksad et sa soeur partagent une certaine grâce féline, le neveu est pluôt dans le caractère joueur et un rien pataud des chatons.

Une belle réussite à découvrir.

 

 

Repost 0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 15:30

Eugene-Atget---le-marchand-d-abat-jour-18990001.jpg 

Des petits métiers des années 1900 à Paris, ici le vendeur d'abat jour immortalisé par Eugène Atget...

 Doisneau---la-bourse-de-Paris0001.jpg

 

 

... aux courtiers de la bourse de Paris, et à la corbeille aujourd'hui disparue, que Robert Doisneau nous offre en souvenir,   les photographies en noir et blanc constituent des témoignages de notre histoire...

 

 

 

 

Une histoire qui ne saurait se limiter à celle des métiers.

 

 

 

 

 

Parfois joyeuse et insouciante, à l'exemple de ces hommes et de ses femmes qui découvre le bonheur de quelques jours de vacances...

 Henri Cartier-Bresson - Premiers congés payés 1936 -833 

 

Un bonheur simple, sublimé par Henri Cartier Bresson.

 

 

 

Cette année 1936 est un thème apprécié de bien des photographes. Les vacances vues par Roger Viollet en constituent un exemple.

 

 

 

 

 

Mais si le noir et blanc souligne le bonheur, il témoigne également avec une acuité particulière de la guerre et de ses drames, y compris au moment de la Libération.

 

On pense bien sûr aux clichés de Robert Capa, comme celui-ci à Chartres au printemps 1945.

Robert Capa - chartres 1945

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le noir et blanc s'inscrit toutefois au-delà du temps. Il offre dans ses nuances de gris, une vision à la fois fragile et magnifique de notre vue, de notre environnement.

 

Cette immortalité fragile se révèle par cette photographie d'Edouard Boubat.

Edouard-Boubat---Paris-19760001.jpg

 Ou dans le Paris embrumé des années 1920 d'Eugène Atget.Eugene-Atget---quai-d-anjou-Paris-19260001.jpg

 

 

Ce ne sont que quelqes clichés, quelques noms, dont la liste est loin d'être exhaustive, de passionnés, mais qui ont fait de la photographie en noir et blanc un véritable Art.

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 08:56

Encore un joli thème que ces nichoirs pour oiseaux proposé par la communauté de bric et de broc.

nichoirs0001.jpg 

La créativité des êtres humains peut être grande pour offrir un abri à ces petits compagnons.

 

En voici quelques exemples (mais pas 1001... faute de place ...)

nichoirs0002.jpg Nul besoin pour un nichoir d'être très compliqué. Mais les conditions de vie modernes font bien souvent disparaître certains abris où les oiseaux peuvent se reposer et préparer leur nid.

nichoirs0003.jpg

 

 

 

 

Nichoirs traditionnels, boîte aux lettres reconvertie....

nichoirs0004.jpg

Et bien sûr la traditionnelle petite maison maison, ici en rondins, qui peut se transformer en palais ou en pyramide selon l'humeur de son créateur...nichoirs0005.jpg

 

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 16:10

Le casse-tête de la semaine (ou de la quinzaine) et ceui-ci en particulier, est toujours l'occasion d'ouvrir des boîtes pour en découvrir de nouvelles, de multiplier ainsi les découvertes d'univers ou les occasions d'y revenir.

Les poupées peuvent être des souvenirs d'enfance. Elles peuvent aussi s'installer dans le quotidien et témoigner d'une créativité voire d'une certaine poèsie.

J'ai été touchée par les créations de quelques artistes d'aujourd'hui, des femmes qui créent des poupées de collection pleines de grâce et de mystère. Je vous propose de partir à leur découverte.

 

poupees0006.jpg

 Celle-ci est peut-être ma préférée. Créée par Laurence Ruet, elle interpelle par sa ressemblance avec un enfant, dans le visage rond, les lèvres charnues, le nez, les taches de rousseur et l'allure générale. La petite fille semble perplexe mais la question est prête à fuser... Elle nous projette dès le premier regard dans son univers enfantin, avec des rires et un rien d'espièglerie...

 

En comparaison avec cette frimousse, toutes les autres poupées semblent bien sages...

 

Tel est le cas chez Bets et Amy Van Boxel, même si leurs poupées partagent un même  réalisme et s'inspirent d'enfants.

Sans doute parce que les modèles sont issus du monde entier, et que tous les enfants ne jouissent malheureuseent pas de la même insouciance. 

 

Ici, la poupée devient un témoignage un regard bienveillant sur un être mais aussi sur sa culture. poupées0001 

 

Cette poupée est également un hommage à l'artisanat de l'Amérique latine, à ses couleurs et à une joie de vivre qui transparait dans le visage de l'enfant comme dans cette musique qu'elle nous offre.

 

 

Avec Martine Brettar Jansen et surtout Héloise, la poupée redevient un bel objet d'ornement, gracile, fragile, tout en délicatesse.

poupées0002 

 Les poupées de Martine Brettar Jansen sont en porcelaine. Les articulations sont aussi mises en relief. Les visages sont lisses, purs. La finesse des mains, l'expression des visages peints ajoutent à cette impression de douceur et de délicatesse.

Autant de qualités qui se retrouvent dans les poupées d'argile d'Héloise.poupées0004

Le teint d'opaline, le caractère précieux des dentelles ou étoffes, la sophistication d'une chevelure soyeuse concourrent à la féminité et à l'élégance des créations.

 

 

Des créations superbes, juste un peu trop sages à mon goût, précieuses. Je concluerai donc avec une petite touche de magie en vous présentant une créature mutine issue du monde féérique de Diane Guelinckx de Becker.

poupées0003 Des ailes minuscules, un sourire malicieux et tout un monde prend vie, qu'il est possible de venir admirer à l'entrée de l'hiver à Eschwege en Allemagne, au milieu d'autres créations d'artistes.

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 21:26

Naturaliser l'architecture.

P1020612.JPG 

 

Tel est le thème de la 9ème édition du laboratoire international d'architecture (Archilab) présentée au FRAC d'Orléans.

 

A partir des outils de simulation numérique, des découvertes en ingénierie ou en biologie, les architectes d'aujourd'hui et de demain repensent la matière, la façon de construire et sans doute de vivre des hommes.  

Cette première photographie (SPAN), qui ouvre l'exposition, en constitue un exemple. Elle représente la croissance de Barcelone en s'inspirant de la façon dont certaines plantes se développent.

 

Les formes organiques inspirent également stylistes et designers, à partir du fonctionnement des organismes vivants, de leurs réactions aux variations de l'environnement ou simplement de la façon dont ils se structurent, s'agglomèrent, évoluent.

P1020610.JPG 

Cette chrysalide  de Menges en constitue une illustration, qui fait glisser le visiteur de la partie organique de la présentation aux concepts géométriques.

Après la volonté de recréer artificiellement la nature se pose la question de l'interaction de divers éléments et de la capacité de l'architecture à se reconstruire ou se réparer, comme le ferait, jusqu'à une certaine mesure, un organisme vivant.

P1020623.JPG 

 

Les projets présentés interpellent sur le recyclage de nos déchets (Ecologic Studio) avec cette structure constituée par des matériaux de récupération et capable de régar au passage du visiteur (de façon sonore).

 

Ailleurs, ce sont les ondes magnétiques qui font l'objet de recherche, Biothing développant les phénomènes d'attraction et de répulsion pour les faire s'adapter à un site, à une source de lumière... Une expérience fascinante où la matière reprend la forme de ces ondes magnétiques.P1020625.JPG

 

La matière se travaille à toutes les échelles, du micro au macro, de l'objet à la construction. Des motifs similaires s'ordonnent et se reproduisent à différents niveaux, ou se déforment en créant de nouvelles formes.

P1020634.JPG 

 

L'approche écologique des constructions est également renouvelée. Les bâtiments réagissent à leur environnement pour assurer leur énergie ou mieux maîtriser les aléas climatiques.

P1020660.JPG 

 

Il est illusoire de peser présenter la richesse de ces recherches en un seul article. Certains projets feront donc l'objet de développements spécifiques.

 

N'hésitez pas à visiter ce lieu si particulier! L'exposition est prolongée jusqu'à mi-mars.

Repost 0
Published by writings2 - dans Archi
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 21:19

Ballets-russes0006.jpg 

Cette jeune femme a la grâce, la fragilité d'une poupée, sa beauté presque iréelle et peut-être aussi une garde robe originale et bien remplie.

 

Là s'arrête sans doute la comparaison...

 

Cette russe, Lubov Tchernicheva, a été une des danseuses étoiles des ballets russes de Diaghilev.

Elle a contribué, comme ses collègues dont le plus connu est sans doute Nijinski à apporter un nouveau style, au-delà du monde de la danse classique.Ballets-russes0001.jpg 

 

Le répertoire mis en scène est dansé sur des musiques de Stravinsky (l'oiseau de feu), Moussorgski, autant de musiciens considérés aujourd'hui comme des classiques.

 

Les pièces présentées sont toutefois originales. Les danseurs y acquièrent une place nouvelle, à l'égale des ballerines. Les danses polovtsiennes du Prince Igor mettent ainsi en scène un chef de guerre qui incarne la violence et l'esprit de sédition, le tout porté par la fougue d'Adolf Bohm.

 

Les réactions sont nombreuses dans l'Europe des années 1910, d'autant que la nouveauté est également marquée par les costumes, et les décors.Ballets-russes0010.jpg

 

Les décors sont immenses et doivent être régulièrement changés car ils sont difficiles à déplacer. Nicolas Roerich a beaucoup contribué à l'impression d'exotisme des ballets, détachant des isbas des décors peints.

 

Et bien des noms célèbres ont réalisé des décors pour les ballets russes à l'exemple d'Alexandre Golovine, de Marcel Utrillo, de Léon Bakst, de Robert Delaunay et de Pablo Picasso.

Ballets-russes0004.jpg

 

Avec les ballets russes, l'Europe découvre une autre Russie, sans doute avec un rien de tradition et d'exotisme, mais aussi une capacité à innover et à bousculer bien des idées reçues.

Repost 0
Published by writings2 - dans Art et lumière
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 22:09

Petit voyage dans le temps et dans l'espace. Je vous invite place du Peyrou à Montpellier.

Imaginez la France à la fin du XVIIème siècle. Le roi est alors Louis XIV et dans de nombreuses villes des places royales sont créées pour accueillir la statue de ce monarque absolu. Elles s'imposent généralement dans les centres, au prix de la destruction de divers bâtiments, parfois d'ilôts complets d'habitations, d'autant que de telles places requièrent des dimensions royales.

Louis XIV choisit Montpellier parmi les cités du Languedoc. Mais ce qui est autant un acte politique qu'un honneur suscite bien des polémiques. car où construire cette fameuse place?

L"intendant Basseville propose une idée qui semble saugrenue mais qui finit par être adoptée (Louis XIV est mort entre temps) : la place sera située à l'entrée de la ville, sur une promenade Belvédère.

La place du Peyrou est née.P1010327.JPG

La statue est installée et un arc de triomphe est bâti pour faire le lien entre la place royale et la ville. Elle est seule sur un lieu de taille importante, jusqu'à ce que la place soit réaménagée dans les années 1770 à partir de trois niveau : une promenade, bordée d'arbres, qui entoure la place à proprement parler et, légèrement en surplomb, une petite esplanade que surmonte un chateau d'eau.

P1010324

 Cette place est agréable sous le soleil de Montpellier et c'est un lieu de promenade apprécié des habitants de la ville.

 

Repost 0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 19:18

La naissance de l'art nouveau coïncide avec celle des grands magasins. L'affiche devient un support publicitaire de premier ordre (à l'exemple des oeuvres d'Alfons Mucha) et les premiers catalogues se développent pour vanter les mérites de nouvelles gammes de produits (du mobilier par exemple).

Le vitrail s'émancipe également des édifices religieux et s'impose chez les particuliers, dans les grands magasins, les banques, les chambres de commerce (à l'exemple des vitraux de Jacques Grüber qui valorisent les métiers de la sidérurgie).

Sous le dessin d'Henri Bergé, il devient lui-même un support de la publicité. Henri-Berge---vitraux-publicitaire-Malzeville0001.jpg

Henri Bergé est dessinateur. Il collabore notamment avec la maison Daum, comme Jacques Grüber l'avait fait avant lui. Certains de ses modèles serviront à Amalric Walter 'verrier) et aux frères Mougin (céramistes).

Il est aussi à l'origine de plusieurs affiches et de vitraux.

Parmi ces derniers, Henri Bergé réalise toute une série pour la cure d'air  Trianon à Malzéville près de Nancy. Ce lieu est une guinguette d'été, un lieu où l'on danse (en terrasse) et où on peut boire (au rez de chaussée).

Il reste de ce lieu, très à la mode entre 1902 et 1907, une structure métallique. A l'époque, la brasserie est ornée sur trois murs d'une vingtaine de vitraux publicitaires, vantant différentes marques : fine champagne, guignolet, absinthe...

P1020593

 La cure d'aire Trianon a fermé en 1907 et les vitraux ont souffert du temps. Ils ont été retirés de leur structure d'acier pour être précieusement conservés. Quatre ont malheureusement disparu.

 

 

 

Repost 0
Published by writings2 - dans Art nouveau
commenter cet article