Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 21:56

Dans plusieurs bourgs alsaciens ou allemands, à l'exemple de Pfaffenheim, Rouffach ou Rosheim en Alsace, d'étranges griffures apparaissent sur les murs de l'église.

griffures-Pfaffenheim0002.jpg

Ce sont des entailles profondes, qui pourraient facilement être imputées à des créatures du mal, venues torturer de pauvres âmes qui auraient trouvé refuge dans l'église...

 

La réalité est plus simple, même si plusieurs hypothèses peuvent être avancées.

 

La première remonte à la guerre de 30 ans. Ce conflit (1618-1648) oppose catholiques et protestants mais ses enjeux vont au-delà de la querelle religieuse car la puissance de la maison des Habsbourg (catholique) est mise en cause. C'est cette dernière raison qui justifie l'engagement de la France aux côtés des protestants, alors qu'elle les combat sur son territoire...

La France est, dans ce conflit, alliée à différentes puissances, dont la Suède. Soldats et mercenaires suédois sont donc présents en Alsace et ce seraient eux qui auraient eu l'audace d'affuter leurs sabres sur les murs des églises.

 

La seconde hypothèse rend les artisans locaux responsables de ces entailles, eux aussi affûtant leurs outils, la serpette des vignerons par exemple.

 

Enfin, les habitants eux-même pourraient avoir creusé la pierre à la recherche d'un remède contre certaines maladies dont l'épilepsie.

 

A vous de choisir votre version, voire d'en retenir plusieurs...

 

Repost 0
Published by writings2 - dans Légendes
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 22:17

Tony-Cragg0004.jpg

Il est parfois difficile de comprendre et d'apprécier une oeuvre, notamment contemporaine, faute de clé.

Les statues de Tony Cragg, qui peuvent être monumentales, en constituent un exemple. Ce sculpteur travaille sur une forme originale, qu'il développe, en la déformant et/ou en la multipliant, jouant également des effets des matériaux qu'il utilise. Certaines sculptures peuvent aussi être réalisées en négatif, c'est-à-dire en partant de l'intérieur et en allant vers l'extérieur.

 

Les réalisations de Tony Cragg sont nombreuses et souvent complexes. Je n'évoquerai donc qu'une infime partie de ses sculptures, à l'exemple de celle présentée dans la première photographie.

 

La forme originale est un visage, ou plus exactement un profil, déclinédans des mimiques différentes et en plusieurs autres visages, au moins trois, mais peut-être davantage.

 

Ce peut-être une réappropropriation moderne du thème de prédilection d'un sculpteur du XVIIIème siècle, développé notamment dans ses têtes de caractère, ou des expressions de visage sont représentées, portées parfois jusqu'à des degrés extrêmes.Franz-Xaver-Messerschmidt---dernier-degre-de-l-innocence.png

 

 

Chez Tony Cragg, le visage devient aussi caricatural. le jeu dans l'espace est toutefois différent. Il n'y a plus un individu, mais une multiplicité, ou peut-être est-ce le même sous différentes facettes.

Les dessins préparatoires font apparaître cette structure.Tony-Cragg0006.jpg

 

Un assemblage complexe, qui devient difficilement déchiffrage dans l'oeuvre à proprement parler, comme on peut le constater avec la photographie suivante. Ce n'est pas un amalgame parfaitement identique (deux oeuvres différentes sont présentes), mais il permet de comprendre le travail de l'artiste.

Je vous laisse apprécier... Aussi compter si vous le souhaiter le nombre de visages ...Tony-Cragg0001.jpg

 

Repost 0
Published by writings2 - dans Sculptures et statues
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 08:09

Comment évoquer l'hiver, à quelques jours des jeux olympiques, sans évoquer les sports qui y sont liés, notamment le ski?

J'aimerais profiter de ce thème de la communauté de bric et de broc pour remonter l'histoire, sans même parler des jeux, mais simplement à partir de quelques affiches des années 1920, principalement autour d'un massif : les Vosges.

 

affiches-sports-d-hiver-1920-1930-Vosges0001.jpg 

A l'époque, ce sont les compagnies de chemin de fer qui assurent la promotion du tourisme.

 

Et l'histoire commence avant la première guerre mondiale. Cette affiche de 1912 en constitue un exemple. La pratique sportive n'est pas encore à l'honneur. L'image est plus familiale, proche aussi des pratiques locales avec la luge (sous son aspect ludique, loin du schlittage) et le ski de fond.

 

Dans les années 1920, le ski alpin prend son essor, avec une image fortement valorisée lors des JO de Chamonix en 1924. Le sentier n'est plus le lieu privilégié. On lui préfère des pistes spécialement aménagées.

 

affiches-sports-d-hiver-1920-1930-Vosges0002.jpg       affiches-sports-d-hiver-1920-1930-Vosges0003.jpg

 

Les stations se développent, la clientèle s'élargit peu à peu, avec des campagnes promotionnelles, toujours menées par des compagnies ferroviaires en pleine mutation et concentration, qui valorisent l'ensemble de territoire français.

 

affiches-sports-d-hiver-1920-1930-Vosges0004.jpg

Déjà, le message évolue. Le voyage est encore présente avec la forme sombre de la locomotive, mais les moyens de transport évoluent. Peu à peu, l'automobile se développe et après la seconde guerre mondiale, le voyage disparaît.  Seule la destination s'affiche, promue désormais par les offices du tourisme.

 

Cette dernière affiche, des années 1950, en constitue un exemple. Et je vous laisse prolonger l'histoire...

affiches-sports-d-hiver-1920-1930-Vosges0005.jpg

 

 

Repost 0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 21:25

lavoirs-et-lavandieres0001.jpg Cette image de lavandières semble lointaine aujourd'hui.

Elle fige un dur labeur, souvent à genoux près d'un point d'eau, les femmes utilisant ici de petites caisses de bois emplies de paille pour soulager leurs genoux meurtris.

Le lavoir est un lieu particulier, où le travail réalisé, la qualité du linge, les évenements dont il porte la trace (naissance...) font l'objet de mille commentaires. Tout se sait en ce lieu et les réputations s'y font et s'y défont.

Parfois, le lavoir est situé sous la mairie, comme un autre reflet de la vie publique de la commune. Comme la mairie il a profité de l'évolution politique et de la création des communes pour se développer un peu partout.

lavoirs-et-lavandieres0005.jpg

 Il est aussi le résultat d'une nouvelle conception du monde et des maladies, qui ne sont plus vécues comme un fléau de Dieu qu'on ne peut que subir, mais plutôt comme des évenements qu'il est possible de prévenir avec une meilleure hygiène et un certaine spécialisation des usages de l'eau.

Les lessives prééxistaient aux lavoirs, mais perfois c'est le même point d'eau qui servait à l'alimentation comme aux lessives.

Une évolution se dessine dès le XVIIIème siècle, qui s'affirme réellement au XIXème siècle.

Le lavoir devient un élément de la vie du village, avec ses codes et ses rituels, ses rythmes aussi avec par exemple la grande lessive du printemps. Ce moment est aussi appelé la grande buée. Le linge est chauffé dans de grands chaudrons avec de la cendre et des herbes ou essences de fleurs pour le parfumer. lavoirs-et-lavandieres0004.jpg

Puis il est rincé et savonné, battu aussi pour faire entrer le savon dans les fibres et lui donner toute sa blancheur...

Tout un monde, que l'électroménager a relegué dans l'histoire, et dont le témognage s'exprime encore aujourd'hui dans de multiples lavoirs qui sont restés dans certains villages, dont je vous propose quelques exemples.lavoirs-et-lavandieres0002.jpg

 Sur cette photographie, le lavoir est derrière la fontaine, un alignement assez typique des villages provençaux, ici à Mollans sur Ouvèze.

 

Qu'il donne sur un ruisseau ou sur un bassin artificiel, le lavoir comporte presque toujours une toiture pour abriter les lavandières. Son architecture et surtout son ornementation sont très variables selon les régions et entre communes d'une même région.

lavoirs-et-lavandieres0003.jpg Ce sont des lieux de mémoire, dont beaucoup ne manquent pas de charme, sans faire regretter toutefois la mère Denis... De quoi apprécier cet objet si banal aujourd'hui qu'est la machine à laver le linge...

Repost 0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 12:56

    Sienne - photo Bruno Cusa733 

Au coeur de Sienne, non loin de la cathédrale se dessine une grande place surmontée d'une tour. Cette place est la piazza del campo et la tour, qui s'élève à 102 mètre et fait partie du palazzo publicco, la torre del Manglia. 

 

La place est un espace important dans une ville, qui peut symboliser l'opulance et la puissance. Dans la puissance cité de Sienne, la piazza del campo voit le jour dans la première moitié du XIIIème siècle.

 

P1000899

 

Le palazzo publico devant lequel elle s'ouvre est le siège du pouvoir politique de la ville. Et la vie sur la place (commerces, manifestations...) est très strictement réglementée.

 

P1000902.JPG P1000901

 

Cette place immense, pour laquelle plusieurs anciennes places ont été regroupées et des habitations détruites, reste un lieu très animé.

 

Les cafés y sont nombreux et sa superbe fontaine est également un lieu de rendez-vous .

 P1000905.JPG

 

PICT0198.JPG

 

C'est sur cette place qu'est organisée début juillet et mi-août la fameuse course de chevaux qui oppose les différents quartiers de la ville : le pallio.

Repost 0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 18:07

P1020480.JPG Dans les années 1870, les Français, qui colonisent l'Indochine, découvrent le fabuleux site d'Angkor. Pour certains, au-delà même du petit cercle des historiens et scientifiques, c'est une révélation. Tel est le cas pour Louis Delaporte, qui va consacrer le reste e son existence à faire découvrir aux Français et aux Européens la culture khmère.

Les dessins de Louis Delaporte, les moulages qu'il a réalisé sur différents temples et les statues qu'il a emporté, avec l'autorisation du gouvernement cambodgien de l'époque, constituent le fil rouge de l'exposition Angkor naissance d'un mythe au musée national des arts asiatiques (Guimet).

P1020502 

 Angkor est l'ancienne capitale du royaume khmer, du IX ème au XVème siècles, son occupation pouvant même, selon certains archéologues, dater de l'âge de bronze. La cité s'étend sur quelques centaines de mètres carrés (400, sans doute davantage compte tenu des vestiges enfouis sour l'immensité de la forêt) et abrite de nombreux temples, avec une très forte infuence de l'hindouisme et aussi, un peu plus tard, du bouddhisme.

P1020508 

On y trouve donc plusieurs divinités, dont les avatars ne sont pas toujours simples à identifier (serpent à plusieurs têtes, crocodile, éléphant...)

 

Les temples sont aussi protégés par des gardiens, à l'exemple de ce dragon, qui enrichissent encore l'extraodinaire bestiaire du site d'Angkor. P1020486

 

Cette richesse se traduit également dans des bas-reliefs foisonnants, dont Louis Delaporte a fait réaliser de multiples moulages, malheureusement entretenus dans des conditions déplorables, mais ceux qui ont pu être réhabilités nous offrent parfois le spectacle de décors détruits sur le site d'origine en raison des guerres et des pillages.

P1020485   P1020504

Ces oeuvres fantastiques ont été découvertes en Europe grâce aux expositions universelles, qui préentaient aussi les particularités des colonies. En 1931 par exemple, le temple d'Angkor Vat est reconstitué dans le bois de Vincennes.

Dans le musée khmer que Louis Delaporte réussira à faire ouvrir à proximité du Trocadéro, il fait représenter le temple de Baion.

P1020506 Une maquette reprise aujourd'hui par le musée Guimet.

 

L'exposition doit fermer le 13 janvier. Il est urgent de découvrir ses trésors pour ensuite peut-être rejoindre le million de visiteurs qui se déplacent chaque année sur le site original et poursuivre le mythe.

P1020489

P1020501   P1020481

 

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 07:45

Les passeurs de Lumière (1) , plusieurs fois mis à l'honneur, le seront à nouveau pour ce thème de la communauté de bric et de broc.

 

Ces maîtres du vitrail transcendent la lumière et lui donnent une nouvelle dimension, qui peut être spirituelle ou mystique.

Nos églises nous en offrent de sublimes exemples.

ND-de-la-trinite---Blois0003.jpg 

 

A Notre Dame de la Trinité à Blois, la mort du Christ semble dèjà annoncer la résurrection. Les jeux de lumière mettent en valeur une scène tragique à l'origine et y glissent déjà un message d'espoir.

 

Cet effet est dû à l'immense vitrail qui surplombe le chemin de croix.

ND de la trinité - Blois0001

 

 D'autres lui répondent ou le complètent, parfois simplement par de petites touches, comme des points de repère ou de halte.

ND-de-la-trinite---Blois0006.jpg 

 

Dans cette basilique, consacrée en 1949, les passeurs de lumière ont pour nom Théodore-Gérard Hansse, Louis Barillet ou encore Jacques Le Chevallier.

ND-de-la-trinite---Blois0004.jpg 

 

Ces artistes perpétuent en ce lieu une longue tradition et le chatoiement des couleurs des quatorze verrières justifie à lui seul la visite de cet édifice moderne. ND-de-la-trinite---Blois0007.jpg

Repost 0
Published by writings2 - dans Art et lumière
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 22:29

Dès le IVème siècle, célébrer la naissance du Christ est entré dans les traditions chrétiennes, en Orient (Byzance), puis en Occident.

C'est une tradition que les missionnaires ont fait voyager et qui s'est implantée au grè des cultures.

Voici un peu de soleil et de dépaysement...

creches-du-monde0001.jpg 

 

 

 

En Amérique latine, ici au Honduras, les santons portent les tenues traditionnees, et ressortent sur des couleurs lumineuses.

 

 

 

Au Pérou, la crèche se dissimule dans des coffres ou des fruits. La seconde photo en offre un exemple, avec une nativité colorée installée à l'intérieur d'une coloquinte séchée et vidée.creches-du-monde0002.jpg

 

 

 

 

Au Brésil, place au chant avec ces personnages accompagnés de deux anges. Des personnages naïfs et touchants.

creches-du-monde0003.jpg

 

Changement de continent.

 

Les matériaux locaux sont également utilisés, à l'exemple du laiton, du bois de palmier ou de l'ébène. La crèche est réinterprétée par les cultures africaines.

creches-du-monde0007.jpg creches-du-monde0006.jpg

 

Les silhouettes se sont transformées, le quotidien est entré dans la scène et les animaux ont parfois été changés pour s'adapter à la réalité du pays, les chèvres remplaçant l'âne et le boeuf.

 

Ce qui est vrai au Bénin ou au Nigéria (les deux photographies) l'est aussi pour cette crèche d'ébène d'une grande finesse, originaire du Kenya.

creches-du-monde0004.jpg

Repost 0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 21:19

Les nonnettes désignent des petits gateaux ronds, façon pain d'épices, parfumés à l'orange ou à l'anis. Mais le même mot désigne des mésanges.

Ce sont ces dernières que je vous présente, avec cette photographie de Philippe Moes.

nonnettes---Ph-Moes0001.jpg

 

Repost 0
Published by writings2 - dans Entre faune et flore
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 22:24

A-Jacquemin---automne-vosgien0001.jpg

"Le trait suggère sans représenter au sens visuel un élément quelconque de la nature. Sa simplicité d"expression provoque sa grandeur. Le trait peut devenir rêve et poèsie" 

 

Belle façon pour André Jacquemin de décrire son art, la gravure et ce trait (la pointe sèche) qui précède toute l'oeuvre.

A-Jacquemin---au-coeur-de-Paris0001.jpg

 

 

Les paysages abondent dans cette oeuvre et parmi eux figurent quelques arbres nus de l'automne ou de l'hiver, en Lorraine ou ailleurs, comme ici au coeur de Paris.

 

A-Jacquemin---la-ferme-abandonnee0001.jpg 

 

Parfois l'arbre n'est que prétexte, une façon de mettre en valeur la vision qui s'offre au voyageur, ici à Vézelay.A-Jacquemin---hiver-a-Vezelay0001.jpg

 

 

 

 

L'oeuvre d'André Jacquemin ne se limite pas aux seuls paysages. Ses portraits sont saisissants également, entre réalisme et poèsie, parfois à la Baudelaire...

 

Mais ce sera l'occasion d'une nouvelle découverte.

Repost 0
Published by writings2 - dans Art et lumière
commenter cet article