Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 18:16

454

Panne d'inspiration face au sujet de la semaine, dans une société de consommation où tant de choses se jettent et où la panne est à la fois plus relative et totalement insupportable...

Plus que de pannes d'appareils quels qu'ils soient, de pannes de réveil ou d'inspiration... Je parlerai aujourd'hui simplement de Pannes, deux communes  du même nom situées respectivement dans le Loiret et en Meurthe et Moselle, dont les habitants ne sont pas en panne d'humour ou d'inspiration puisqu'ils ont eu l'idée de se jumeler.

454 est le nom du comité de jumelage, un clin d'oeil aux numéros des deux départements, si faciles à inverser.

 

St-Remy-a-Pannes--54-.png Des communes à découvrir. Ici avec l'église Saint Rémi en Meurthe et Moselle, à proximité du Lac de Madine. 

 

viaduc-de-Pannes-45.png Pannes dans le 45 est quant à elle située à côté de Montargis, également nommée la Venise du Gatinais en raison de ses canaux. 

Bonne promenade!

Repost 0
Published by writings2 - dans Casse tête
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 11:32

PICT0037.JPG Cette porte évoque sans doute l'entrée d'une église, un style architectural, éventuellement un pays (l'Italie) et une période (XIIème - XIVème siècle).

Ce bâtiment fait partie d'un ensemble qui comprend effectivement  une superbe église (le dôme) ainsi qu'un baptistère, distinct comme cela est souvent la cas dans cette partie de l'Italie.

Pourtant, c'est bien la tour dont cette porte marque l'entrée qui fait la célébrité de cette cour des miracles.

PICT0038 Un dernier regard sur les sculptures qui ornent les lourds battants de ces portes.

PICT0036 Un détail de la façade... Et je vous laisse découvrir ce monument si célèbre, le campanile de cette place, sa tour penchée... La Tour de Pise bien sûr.

PICT0040 

Repost 0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 11:02

Une petite touche d'humour pour un sujet qui n'est certes pas anodin...

En effet, le gaspillage résulte bien souvent d'un manque d'attention, d'un désintérêt pour autrui, y compris pour notre environnement le plus proche.

image1.jpg Alors, pourquoi ne pas étreindre un peu plus fort le robinet de la cuisine ou de la salle de bain, même s'il a la goutte au nez? De la même façon, il suffirait peut-être d'ouvrir simplement les yeux sur ce qui nous entoure, et de penser, par exemple, qu'il est peut être agréable de réunir plusieurs personnes dans une même pièce pour économiser un peu d'électricité et surtout partager un moment de convivialité.

A bon entendeur...

Repost 0
Published by writings2 - dans Casse tête
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 13:08

" A Chartres, au printemps 1945,

la lumière défilait devant moi.

Et j'ai capté un souffle.

Celui de Simone"

 

  Robert Capa - chartres 1945

 

"Durant ces journées,

la ville était emplie de haine.

C'étaient des journées pleines d'effroi,

comme si les diables sculptés

dans les pierres de la cathédrale

s'étaient libérés

pour descendre dans la rue"

 

Cette photo de Robert Capa, prise en Août 1944, a sans doute fait le tour du monde.

 

Les mots qui l'accompagnent sont de Henning Mankell, extraits des jours et des nuits à Chartres, une pièce de théâtre, intense et brève qui révèle ce qu'a pu susciter cette photo.

Au centre, une jeune femme portant un enfant. Elle a été tondue et est promenée dans la rue. Condamnée à la prison, brûlée à jamais par la haine déversée ce jour, elle se consumera dans l'alcool.

 

Dans la pièce de Mankell, cette jeune femme a simplement voulu profiter de l'insouciance de sa jeunesse, danser, aimer. Son amour est devenu malédiction...

 

L'histoire de Simone, la jeune femme de la photographie, est sans doute plus complexe dans la réalité, mais à travers elle, Henning Mankell nous parle de ces femmes tondues, de ces victimes expiatoires... C'est un bel hommage, troublant.

 

 

 

Repost 0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 19:58

mille-etangs--vue-generale.png Une vision surprenante que nous offre cette vue aérienne (photo de Patrice Galmiche, prise sur internet) : camaïeu de bleus et de verts, couleurs typiques des Vosges.  Bienvenue aux mille étangs!

 

Ce plateau, façonné il y a plusieurs milliers d'années, lors de l'ère glaciaire,, se situe dans le nord de la haute Saone, entre Rupt sur Moselle et le Thillot au Nord Est, Lure et Luxeuil les Bains à l'ouest.

 

Sur la route, quelques villages pittoresques, dont Faucogney ou Servance, des petites églises, des couleurs qui invitent à la détente.

mille étangs - le monthury Servance 

 

 

Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 17:00

PICT0455 Le nom de cette image est entrée dans la langue française pour caractériser un chiché ou une certaine naïveté, née de bons sentiments.

Il s'agit bien sûr de l'image d'Epinal.

 

08092010 Il y a un peu moins de deux siècles, les colporteurs les faisaient découvrir de villages en villages.

Images religieuses à l'origine, elles ont évolué. Tour à tour devinettes, leçons de morale, chansons populaires, elles ont été aussi leçons d'histoire, parfois caricatures.image d'Epinal - Gambetta

 

Elles ont voyagées dans le monde entier, racontant la France et ses colonies.

08092010-006-.jpg

 

Aujourd'hui, elles existent toujours, avec cette dimension populaire qui a fait leur succès, mais aussi un regain de jeunesse grâce à de nouveaux créateurs.

Je vous invite à découvrir ces nouvelles créations sur le site de l'imagerie d'Epinal (une visite permet aussi de découvrir les techniques d'impression d'antan) sur www.imagerie-epinal.com.

J'aime pariculièrement les oeuvres de Sidonie Hollard (son oiseau de feu par exemple) pour leurs couleurs flamboyantes et ce respect de l'esprit de l'image d'Epinal.

Repost 0
Published by writings2 - dans Casse tête
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 17:41

 

C'est une jolie feuille de papier argentée. Des carrés, figurant des fenêtres, y ont été tracés. Puis le papier a été modelé, recto verso, des formes qui ondulent sans cassure. Les fenêtres se sont désaxées alors qe les repères habituel de la géométrie se sont brouillés.

 

Frank-Gehry---der-neue-Zollhof---Dusseldorf---1996-99--716.jpg

 

Frank Gehry, l'auteur de la maison dansante de Prague, a aussi laissé s'exprimer son architecture fluide, vivante, moderne et  toujours surprenante, ici à Düsseldorf en Allemagne.

 

 

 

Ce bâtiment, où recto et verso se confondent, fait partie d'un ensemble plus large composé de trois constructions. Je vous laisse apprécier "der neue Zolhof" dans sa globalité.

 

 

F-Gehry-Dusseldorf.png 

Repost 0
Published by writings2 - dans Archi
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 21:02

Il existe des livres qui, une fois fermés, laissent durablement un profond sentiment de malaise, voire d'écoeurement. Morituri (ceux qui vont mourir)de Yasmina Khadra en est un.

Les dernières oeuvres de l'auteur offrent une vision âpre de la vie, avec toutefois une lumière, l'espoir d'un monde meilleur peut-être où régnerait simplement un peu moins d'intolérance, où les hommes seraient au moins disposés à s'écouter à défaut de toujours se comprendre, à utiliser les mots avant de faire parler les armes. 

Morituri n'offre pas cette perspective. La frontière ultime a été dépassée. Il n'y  plus de retour en arrière possible, il n'y a plus rien à faire.  Les hommes vont mourir et ils le savent.

dague 

Morituri est une plongée dans l'Algérie des années 1990, alors que l'ordre cède le pas devant les barbus. Le commissaire Llob continue ses enquêtes, par devoir ou par habitude, peut-être simpleent parce qu'il ne peut en être autrement. Chaque jour, des hommes sont sauvagemment assassinés parce qu'ils portent un uniforme ou parce qu'ils sont des intellectuels. Leur statut semble suffire à jusifier leur mort et la seule question est de savoir quand sonnera l'heure de cette dernière.

Pourtant, la corruption est toujours aussi vive. Seule l'anarchie s'est étendue et le pouvoir appartient à ceux qui sont armés. L'enquête du commissaire nous mène dans ces milieux hupés pour lesquels peu de choses ont changé, dans les rues et le commissariat où la vie n'a plus de valeur... C'est une plongée dans un univers de désillusion et de désolation.

On en sort assommé, inquiet et sans comprendre comment cette situation est devenue possible et surtout jusqu'où elle pourrait aller.

Repost 0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 17:30

Inventer, c'est découvrir un nouvel outil, développer une approche différente d'un objet. Certaines inventions sont restées au stade de leur création, sans usage particulier. D'autres ont été une révolution dans nos modes de vie.

 

La roue est un exemple d'invention révolutionnaire.

Cette invention est très ancienne, puisqu'elle remonterait à 3500 ans avant notre ère, quelque part entre le Tigre et l'Euphrate, en Mésopotamie. chariot sumerien

 

 

Ce chariot témoigne de la roue, comme élément essentiel de nos moyens de locomotion. Elle a beaucoup changé depuis, tant dans l'automobile, l'aviation ou le rail que dans bien d'autres usages.

 

 

Nous oublierons la roue, torture malheureusement prisée à une certaine époque pour penser aux engrenages qui ont permis le développement de bien des techniques.

les temps modernes      Chaplin nous en a offert une belle illustration dans les Temps modernes, une vision critique, sans doute plus sur un certain usage que sur l'outil à proprement parler.

 

 

Depuis, la roue a tourné et a même investi nos loisirs...roue fête

 

 

Peut-être en trouverez-vous d'autres usages?

 

 

Pour conclure, je vous propose deux inventions, plus récentes. Le temps nous dira si elles étaient ou non révolutionnaires ou extraordinaires. La première est peut-être notre nouvel outil de lecture, un écran souple qui réconciliera peut-être le livre papier

 

 

et le numérique.ecran-souple-readius

 

Le second est un téléphone dentaire. Il permettrait de capter les messages par vibrations, directement dans les dents. Pour parler (répondre à votre interlocuteur), je n'ai pas trop compris le fonctionnement.

Big brother dans la bouche, cela vous tente?téléphone dentaire

 

Repost 0
Published by writings2 - dans Casse tête
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 21:00

Ce titre étrange est celui d'un récit, tout aussi surprenant, écrit par Akira Yoshimura.

 

Une jeune fille, issue d'une famille pauvre, vient de mourir. Comme son corps a été vendu à l'hôpital voisin, une course contre le temps s'engage, qui s'achèvera quelques mois plus tard dans un colombarium, face à une éternité qui ne ressemble pas vraiment à un long repos.

 

L'histoire est remarquable, tout comme la façon dont elle est traitée. Certaines descriptions sont très loin du romanesque, d'autant qu'elles se déroulent dans une morgue, mas jamais Yoshimura ne sombre dans le morbide ou le misérabilisme.

A travers ces mots, c'est la jeune fille qui s'exprime, avec le détachement qui lui est désormais permis. Quelque chose survit à son corps, une conscience, un esprit, peu importe le nom qu'on lui donne. Il est le témoin de ce corps dont on prélève tout ce qui peut être utile aux vivants.

C'est un regard sur la mort, lucide, loin de tout sentiment, mais pas totalement dénué d'envie et peut-être d'une certaine attente. On ne sait d'ailleurs plus toujours si la prétexte ou le thème central.

 

L'écriture est limpide, avec des mots qui vont au-delà des apparences, qui prennent le temps d'explorer, de regarder, d'interroger le lecteur, de l'entraîner dans un récit intimiste et qui pourtant nous concerne tous.

La mort prend ici presque une dimension poétique, à la façon d'un haïku finement esquissé.

 

L' originalité de ce récit invite à découvrir cet écrivain, né en 1927 mais qui n'est traduit en France que depuis 1999. Parmi les titres à découvrir : Naufrages, Liberté conditionnelle, Le convoi de l'eau...

 

Fuji.png

 

 

 

Repost 0