Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 11:11

A l'heure où Londres est sous les projecteurs du monde entier, je vous invite à une autre découverte en Angleterre, à 60 km au nord ouest de Birmingham.

Sur la Severn fut érigé en 1779 le premier pont métallique en Europe, l'Iron bridge, un beau témoignage de la révolution industrielle.

Plus de 800 pièces de fonte furent nécessaires à sa construction, pour un poids total de près de 400 tonnes, à 30 m au dessus des eaux. Ce fut une première et une grande expérience, menée sous la direction de l'architecte Pritchard.

Le coût monumental de l'ouvrage justifia la présence d'un péage, qui perdura pour les piétons jusqu'en 1950... Pour les automobiles, la circulation est interdite depuis 1934, date à laquelle le pont fut classé.

De nombreuses restaurations ont été réalisées pour stabiliser le pont et l'alléger (en remplaçant notamment certaines parties en fonte par des plaques d'acier... De quoi laisser rêveur...)

 

Iron-bridge---Coalbrookdale---1781-Th-Prtitchard-et-A-Darby.jpg

Repost 0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 10:45
L'été est parfois l'occasion de découvrir de nouvelles activités ou de nouveaux sports.
Aujourd'hui, place au Da Cau, un jeu de rue très pratiqué au Viêt Nam.
L'accessoire principal est un volant un peu étrange...ca dau (sur site plumfoot)
 
L'image a été prise sur le site français du plumfoot, nom occidentalisé de ce jeu qui investit depuis quelques années les salles de sport, notamment à Paris.
A  l'origine, il se pratique dans la rue, souvent à trois ou quatre.
Démonstration
 
 
 
 
Repost 0
Published by writings2 - dans Casse tête Asie
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 13:13

 

 La rue du chapitre à Epinal, avec ses maisons colorées à deux pas de la cathédrale Saint Maurice, offre quelques surprises.

 

 La vue des fortifications du lieu saint en est une, mais ce n'est pas la seule. P1010085.JPG

  Il convient de s'arrêter devant les portes (quasiment toutes) de la rue. Ce n'est pas leur esthétisme ou leur originalité qui retient l'attention, mais les plaques qui les surmontent.

 P1010068

 

 Sur chacune figure le nom d'une dame de la noblesse, ancienne chanoinesse, l'année de son entrée au chapitre et, sur toutes la même date de fin 1791.P1010069

  1791. La révolution est en route.

  Que s'est-il donc passé pour ces femmes qui avaient le double handicap (dans ces années terribles) d'appartenir à la fois à la noblesse et au clergé, dans des conditions bien particulières pour ce dernier ordre. En effet, si les Chapitres (dans les Vosges à Remiremont, Epinal et Coussey) sont rattachés au clergé séculier, il s'agit plutôt de lieux de séjour de jeunes filles (parfois dans l'attente d'un mariage) ou de femmes nobles. La noblesse est essentielle puisque toute chanoinesse doit pouvoir prouver huit quartiers de noblesse, mais ces femmes mènent une vie qui n'est pas nécessairement très monacale. Elles sont dispensées des voeux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance et n'ont comme contrainte vestimentaire que le port d'un voile et d'un grand manteau pour les offices religieux.

 A Epinal, à deux pas des portes, une fresque a été récemment peinte qui souligne la vie plutôt mondaine des chanoinesses, dont le nombre s'élève à 21 en 1789.P1010076.JPG

 

Bien que les Vosgiens aient été parmi les premiers à se mobiliser pour défendre la patrie en danger (ce qui explique notamment le nom donné à la place des Vosges à Paris), la Révolution n'est pas particulièrement violente et les Dames chanoinesses sont appréciées de la population (d'autant qu'elles contribuent au fonctionnement des hôpitaux, à la prise en charge des pauvres et plus largement à la vie économique des cités où elles vivent).

Lorsque l'Assemblée constituante déclare, en 1790, que les biens du clergé sont biens nationaux, dans les Vosges est instituée une dérogation en faveur des Chapitres, qui suscite bientôt une vive polémique. La discussion est close par un décret supprimant les églises collégiales, les chapitres réguliers et séculiers, les abbayes et les prieurés, décision que le Directoire départemental met peu d'empressement à respecter.

P1010073.JPG La décision départementale ferme le Chapitre d'Epinal en octobre 1790. Mais les Dames ne se plient pas à ce qui leur est demandé et continuent notamment à assister aux offices dans la tenue qui marquent leur appartenance au Chapitre.

Le 4 janvier 1791, les Dames sont chassées de l'église, dont les portes sont fermées. Elles poursuivent leurs réunions dans une chapelle, jusqu'à ce que cela leur soit impossible.

Le Chapitre est clos. Certaines Dames partiront, d'autres resteront, souvent dans leur maison. Celles qui restent sont assignées à résidence en 1793, aux heures les plus sombres de la Révolution. Mais nul mal ne leur est fait P1010075.JPG et elles s'éteignent naturellement, contrairement à ce que laissait présager cette date de fin, commune à toutes ces plaques commémoratives...

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 07:56

Kalamkari (travail à la plume ) - Inde088

 

 

 

 

 Kalamkari est un mot persan qui signifie "travail à la plume" (ou au stylet). Il désigne depuis le XIIIème ou XIVème siècle des tissus de coton peints et exportés des régions cotières du Sud Est de l'Inde vers l'Iran, l'Europe ou l'Asie du Sud Est.

 

 

 Le dessin est réalisé avec un calame (pointe de bambou aiguisée muni d'un tampon de feutre ou de laine chargé d'encre). Les couleurs sont ensuite apposées soit par un calame "aplati" soit par teinte (en reprenant certaines techniques du batik pour la fixation du rouge, la cire pour le bleu indigo...)

 

 

 

 

 Ces textiles ("Chintz") sont toujours produitsaujourd'hui, notamment dans l'état d'Andhra Pradesh en Inde, avec des motifs plus géométriques ou floraux. Ils sont alors souvent lustrés pour les rendre plus durables.

 

 Car comme tous les tissus peints, le kalamkari résiste assez mal à l'usure. C'est ce qui justifie qu'il était traditionnellement plutôt réservé à un usage religieux, avec des thèmes liés, à l'exemple de ces avatars du dieu VishnouKalamkari (travail à la plume ) - Inde089.

 

 

 

 

 

 

 Un savoir faire remarquable, pour des réalisations qui ne le sont pas moins.

 

 

 

 

Repost 0
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 14:52

Le-Havre---St-Joseph--dediee-aux-victimes-des-bombardemen.jpg

 

 

 Cette tour octogonale est ce qui apparaît en premier en arrivant au Havre. Sa taille (107 m) et sa forme le justifient sans doute, de même que sa symbolique.

 

 L'Eglise Saint Joseph (qui ne se résume pas à sa tour, je dois le reconnaître) est un lieu de culte. Elle est aussi un des symbôles de la reconstruction du Havre après la seconde guerre mondiale et elle a été érigée à la mémoire des victimes des bombardements. Elle doit donc être vue pour ne pas oublier.

 

 Sa tour se caractérise par la présence de plus de 12 500 pièces de verre, qui assurent une cinquantaine de nuances de couleurs.Cette réalisation remarquable est due au travail de Marguerite Huré.

 

 

 

 Les plans de l'église ont été concus entre les deux guerres par Auguste Perret, à l'origine pour une construction à Paris.

 

 

 Les circonstances ont modifiées les projets et c'est au Havre que la première pierre est posée en 1951.Eglise havre joseph

 

 

 C'est Auguste Perret qui conduit les travaux, jusqu'à sa disparition. G. Brochard et R Audigier reprenne la suite.

 

 Il faudra plus de 50 000 tonnes de béton pour asseoir cet édifice, devenu emblématique.

 

 Le gros oeuvre est achevé en 1957, l'église remise au culte en 1959. En 1965, elle est classée monument historique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Et, pour le plaisir de yeux, le spectacle qui s'offre à vous lorsque vous arrivez par la mer.Le Havre - 040

Repost 0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 18:48

 

 

P1050164.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"La nuit fait éclore dans la ville des milliers de lumières qui scintillent et paraissent se déplacer.

On dirait des étoiles tombées à terre et qui cherchent à s'envoler de nouveau vers le ciel. Mais elles ne peuvent le faire.

On ne peut jamais s'envoler vers ce qu'on a perdu."

 

 

 

Philippe Claudel (La petite fille de Monsieur Linh)

Repost 0
Published by writings2
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 10:16

 

 La suggestion est un terme complexe qui correspond aussi bien à l'évocation qu'à la proposition, voire à l'influence (avec l'hypnose mais pas seulement).  Au XIIème siècle, c'est le Diable qui suggérait aux hommes de bien mauvaises pensées. Depuis, on a appris à être manipulés par l'idéologie et la publicité...

 

Mais plutôt que d'évoquer la face sombre de la suggestion, je m'en tiendrai à une vision plus médicale à l'origine, et à sa déclinaison par le pharmacien Coué ("Je vais bien, tout va bien"... En un tout petit peu plus compliqué...) : l'auto-suggestion, ou comment se sentir mieux en ayant des pensées positives et des objectifs de réalisation.

 

 

L'auto-suggestion peut être aussi un moyen de développer sa créativité, en se garantissant un minimum d'écoute, à l'exemple de ce que propose l'humoriste Quino.Quino---in-pour-l-humour-de-l-art037.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 08:31

Une reine fit jadis la promesse de faire édifier une église si un fils lui était donné.Eglise-du-Val-de-grace---coupole-et-baldaquin---IDF950.jpg 

Cette reine était Anne d'Autriche, qui deviendra quelques années plus tard la mère du futur Louis XIV.

 

  La promesse fut tenue et donna jour à l'Eglise du Val de Grâce, qui symbolise la piété tout autant que l'absolutisme naissant, avec de nombreux symbôles de la monarche incarnée en un homme.

 

 Molière a consacré quelques vers à la gloire de cette église :

 

"Digne fruit de vingt ans de travaux somptueux,

Auguste bâtiment, temple majestueux,

Dont le dôme superbe, élévé dans la nue,

Pare du grand Paris la magnifique vue

..."

 

 L'hommage de Molière s'adressait au peintre du dôme, mis en cause par d'autres artistes.

 

 L'histoire de cette église, et de l'abbaye adjacente qui accueillait parfois la Reine, n'est donc pas exempte de querrelles. Elle ne retire rien à la somptuosité du bâtiment, conçue aussi à la gloire des puissants et qui deviendra paradoxalement après la Révolution un hâvre pour les miséreux, l'abbaye étant transformé en hôpital.

 

 C'est aujourd'hui un hôpital militaire ouvert à tous, qui abrite également dans ses locaux une école des armées (d'application pour les médecins).

 

Eglise du Val de grâce - IDF949

 

 

L'église est ouverte tous les jours (l'après midi) pour les visites et des messes y sont célébrées le dimanche.

 

 

C'est un joyau dans Paris, à découvrir au hasard d'une promenade.

Repost 0
Published by writings2
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 08:36

Santiago Calatrava - gare de l'aéroport Lyon Satolas682

 

 

Une couverture d'acier en treillis, une base où le béton armé joue un rôle essentiel dans un bâtiment de 450 m de long sur 100 de large et 39 de haut.

 

S Calatrava - Gare TGV Lyon St Exupéry948 

 

Pourtant, c'est bien une impression de légereté qui se dégage de cette armature.

 

 

Santiago Calatrava, architecte mandaté pour la construction de cette gare TGV de l'aéroport de Lyon Saint Exupéry, l'a conçu comme un oiseau sur le point de prendre son envol.

 

 

 

gare TGV St Exupéry - Lyon - Santiago Calatrava779

La structure se fait aérienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un résultat surprenant.

Repost 0
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 10:18

Des carreaux de céramique colorés, une structure métallique apparenteNoisiel---Ancienne-chocolaterie-Meunier--siege-Nestle-932.jpg

 

... autant d'éléments qui attirent le regard sur cet ancien bâtiment industriel, harmonieusement intégré dans l'architecture urbaine de Noisiel, en région parisienne.

 

Ce Moulin, puisque telle est son appellation, a été conçu par l'architecte Jules Saulnier et construit entre 1869 et 1872.

 

 

Il est indissociable d'une saga industrielle, celle du chocolat Menier.

 

Affiche menier 1892

 

 

 

Le chocolat Meunier, c'est ce personnage, créé par Firmin Bouisset, qui a symbolisé la marque pendant de longues années.

 

 

C'est aussi une aventure, qui débute dès 1816. L'entreprise s'installe 9 ans plus tard à Noisiel. Et c'est dans cette ville qu'est conçue la première tablette de chocolat en 1836.

 

 

 

Le Moulin ne saurait résumer seul l'importance du site, qui accueille jusqu'à 1500 ouvriers. Mais la concurrence est rude et le déclin commence dans les années 1950.

 

 

 

En 1959, la marque est achetée.

 

Elle sera plusieurs fois vendue avant d'arriver en 1988 dans l'escarcelle du groupe Nestlé, qui se porte également acquéreur du Moulin et en fait son siège social.

 

 

 

 

 

Si la marque Menier perdure (en chocolat patissier notamment), c'est dans l'ombre des produits concurrents de la maison Nestlé et la production est arrêtée sur le site en 1992, année qui correspond aussi à l'inscription du bâtiment au titre des monuments historiques.

 

 

 

Il y a  une longue histoire dans ces lieux, une symbolique forte et peut-être le souvenir de la petite Yvonne (le personnage emblématique de la marque).

  Noisiel - Ancienne chocolaterie Meunier (siège Nestlé)933

 

 

 

 

Le Moulin est habituellement fermé au public mais la ville de Noisiel propose régulièrement des visites, sur réservation, du site de production mais également de la cité ouvrière.

 

 

Repost 0