Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 11:28

En 1959, dans le journal Pilote, deux jeunes héros, frais émoulus de l'école de l'air de Salon de Provence, font leur apparition : Michel Tanguy et Ernest Laverdure. Une BD est née, grâce aux talents conjoints de Jean-Michel Charlier et Albert Uderzo, qui inspirera plus tard la télévision et le cinéma.

La bande dessinée

L'aventure a commencé pour Tanguy et Laverdure. Tanguy est sérieux, discipliné. Son inséparable ami, aussi blond que le premier est brun, est plutôt tout le contraire... Très vite, les deux hommes servent dans l'escadron des cigognes et les missions se succèdent.

Uderzo a été le premier dessinateur de la série, qui compte aujourd'hui 27 tomes. Jijé lui a succédé, puis Serres et Coutelis. Les traits des héros se modifient sous ces plumes, avec un même scénariste assure la cohérence et nous offre de nombreuses histoires, dont "L'école des aigles", "Opération tonnerre", "Plan de vol pour l'enfer", "Destination Pacifique", "Un DC8 a disparu"...

Ces titres sont aujourd'hui disponibles en édition luxe ou en tirage de tête, au prix de 18,96€ (prix en août 2011) par exemple à la Fnac. Il est également possible d'en trouver quelques exemplaires neufs moins chers et les amateurs n'hésiteront pas à rechercher des occasions.

En 1989, la série se retrouve orpheline à la mort de Jean-Michel Charlier, puis Jean-Claude Laidin, un ancien grand reporter, reprend l'écriture des scénarios, pour deux albums : "Prisonniers des Serbes" en 2002 et "Opération opium" (dont l'action se passe en Afghanistan) en 2005. Il bénéficie du graphisme de Yvon Fernandez, puis de Renaud Garneta. Un nouveau numéro est en préparation.

Tanguy et Laverdure au cinéma et à la télévision

La BD, dont le renouveau est sans doute dû au cinéma, a beaucoup inspiré les réalisateurs. Une première série télévisée, les chevaliers du ciel, est diffusée dès 1967 sur l'ORTF. François Villiers a réalisé 39 épisodes, avec Jacques Santi dans le rôle de Tanguy et Christian Marin dans le rôle de Laverdure. Le générique des trois saisons est chanté par Johnny Hallyday, avec une inspiration très proche de la BD.

TF1 lance aussi une série de dix épisodes des nouveaux chevaliers du ciel en 1988. En 2005, c'est le cinéma qui s'empare de l'histoire, avec une inspiration très libre. Les noms des héros changent, avec Benoît Magimel dans le rôle de Marchelli et Clovis Cornillac dans celui de Vallois.

Mais dans ces deux pilotes à la recherche d'un mirage 2000 qui a mystérieusement disparu, les amateurs de la BD ne sont pas totalement dépaysés. Sans atteindre la notoriété de Top gun, ce film a eu un succès honnête, peut-être aussi grâce à deux ou trois cascades spectaculaires.

Par ailleurs, les deux héros n'ont pas fini d'inspirer le septième art avec un Tanguy et Laverdure, "Le mal n'a pas d'ombre", annoncé pour 2014.

"Tanguy et Laverdure"
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 15:50

Les éditions Albin Michel sont une des plus anciennes maisons d'éditions françaises. Leur histoire est marquée par leur caractère familial, une constante volonté d'élargir le catalogue et des capacités d'adaptation et d'anticipation qui leur permettent aujourd'hui comme hier d'aborder sereinement le futur.

Une entreprise familiale de plus d'un siècle

Les éditions Albin Michel portent le nom de leur fondateur, qui crée sa maison en 1900. En 1910, il s'installe rue Huygues à Paris dans un immeuble qui abrite toujours le siège du groupe Albin Michel.

Le succès arrive dès la fin de la guerre avec la publication de jeunes auteurs : Henry Malherbe (la flamme au poing - prix Goncourt en 1917), Pierre Benoît (l'Atlantide) ou encore Roland Dorgelès (les croix de bois).

La maison grandit petit à petit, mais reste avant tout une affaire de famille. En 1943, Roland Esménard, le gendre d'Albin Michel, en prend la direction. Son fils, Francis, lui succède en 1981. Il est aujourd'hui encore à la tête du groupe.

Un catalogue étoffé au fil des rachats d'éditeurs et des nouvelles collections

La société s'est transformée. Dès 1924, Albin Michel achète le fonds Ollendorf, ce qui lui permet de publier les grands classiques : Balzac, Hugo, Maupassant... Il acquiert aussi les droits sur la série des Claudine de Colette.

Dans les années 1930, la renaissance du livre est achetée. Puis, Albin Michel créé la collection des maîtres de la littérature étrangère, publiant des auteurs encore peu connus en France à l'exemple de Mark Twain, HG Wells ou RL Stevenson.

Ce souci permanent de diversification du catalogue justifie la croissance d'Albin Michel, qui publie désormais environ 450 nouveaux titres chaque année. En 1995, le groupe achète Magnard-Vuibert, ce qui renforce sa position dans l'édition scolaire et universitaire. Il possède également les éditions De Vecchi, Dervy et Dilisco, ainsi que 40% des parts de la Librairie générale française (LGF), responsable notamment du livre de poche.

Tous les catalogues, dont ceux d'Albin Michel jeunesse, sont téléchargeables sur Albin_michel.fr.

Et demain?

Ce site permet par ailleurs de découvrir les auteurs qui font la force de la maison, à l'exemple d'Amélie Nothomb, Éric-Emmanuel Schmitt, Éliette Abécassis ou Jean-Christophe Grangé.

Le groupe recherche aussi de nouveaux talents, fidèle à ce qui a fait son succès. La rubrique "Albin Michel manuscrite" informe sur les consignes à respecter pour faire publier ses écrits.

Le talent de ses auteurs fait la force du groupe avec, chaque année, de nombreux prix décernés.

L'avenir se joue aussi avec les nouvelles technologies; Albin Michel y travaille. Aux côtés de Gallimard et Flammarion, le groupe a même assigné Google en justice en juillet 2011 contre la numérisation sauvage de milliers de titres dans le cadre de la constitution d'une bibliothèque universelle. L'avenir se joue aussi sur la juste exploitation des droits.

1 Amélie Nothomb durant une séance de dédicace lors de l'édition 2
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 08:36

Le magazine Point de Croix est, depuis des années, une référence pour de nombreuses brodeuses. Retour sur ce titre de presse pour en connaître l'histoire, les principales rubriques et ses tarifs (au numéro et par abonnement).

Histoire

Le magazine Point de Croix est né en juin 1998. Il est publié par Cordier éditions, une société domiciliée à Bourron Marlotte en Seine-et-Marne.

Son objet est de proposer de nombreux modèles pour des ouvrages de point de croix, à l'exemple d'autres revues telles qu'"Il était un fil magazine", de mettre en valeur des créations et de fournir aux amatrices toutes les informations utiles pour réaliser leur loisir.

Ce magazine est un bimestriel d'une centaine de pages avec peu de publicités, mais seulement l'essentiel pour créer.

Rubriques

Ce magazine de point de croix est organisé en deux parties : ouvrages et rubriques.

La première propose des créations de point de croix. Le numéro 74 de juin 2011, par exemple, offre de nombreux modèles de marines, des carnets d'été en points comptés, des nappes brodées, des coussins romantiques.

Il présente des créatrices de broderie : Marielle Zang Pujol et Cyprienne Kemp avec quelques-unes de leurs créations, réalisables par les lectrices.

Plus de 60 modèles sont proposés dans ce numéro sur des sujets aussi divers tels que les marines, les fleurs, les oiseaux des îles, les chats, des bannières, des tableaux de peintres (ici Ingres).

La seconde partie s'intitule rubriques.

Elle offre une double page d'expression aux brodeuses et aux clubs, propose des livres, des numéros de sa collection pour celles qui ne les auraient pas tous (avec des modèles points comptés naissance, par exemple).

Dans le numéro de juin, des pages sont dédiées aux cartonnages.

Y figurent également les rubriques livres, des informations sur les nouveautés (nouveaux fils, livrets, kits), un carnet d'adresses et, en dernière page, la présentation des principales réalisations qui seront proposées dans le numéro suivant.

Les ouvrages de broderie sont au coeur de la ligne éditoriale, avec une présentation claire et agréable.

Tarifs

Ce magazine de broderie est vendu en kiosque à 5,90€ le numéro. Vous pouvez le trouver aussi dans le magasin des éditions Cordier qui se trouve 50, rue Notre-Dame de Lorette à Paris.

Sur internet, les vendeurs de magazines (Toutabo, par exemple) le proposent également en vente au numéro, mais ajoutent souvent les frais de port, ce qui donne un prix à l'achat de l'ordre de 9,50€.

Pour vous abonner, le plus simple est de découper le bon intérieur et de le renvoyer. Vous pouvez aussi vous adresser au GPA (Clients@gpa-abo.fr).

Pour la Suisse et la Belgique, se renseigner auprès d'Edigroup. Comptez environ 40€ (prix constatés en août 2011) pour un an, sans les hors série.

1 Canevas à point de croix | Source | Author Mith  | Date 11/12/2008
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 15:55

Fleurus évoque les imageries pour enfant ou la presse jeunesse, à l'exemple du titre "Je lis déjà". Mais les éditions Fleurus ont un public plus large. Présentation de cet éditeur, filiale du groupe Média participation, et de chacun de ses domaines d'activité : jeunesse, vie pratique et spiritualité.

Le groupe Fleurus et son positionnement au sein de Media participation

Fleurus est une société d'édition née en 1944, issue de l'Union des oeuvres catholiques de France (créée en 1929). Elle publie dès cette époque les aventures de Fripounet et Perlin.

Les titres se diversifient rapidement et la société poursuit sa croissance. En 1986, elle rejoint le groupe Média participation qui vient d'être créé. Ce groupe réalise aujourd'hui plus de 320 millions d'euros de chiffre d'affaires et est le quatrième plus grand groupe éditorial français.

En son sein, Fleurus éditions regroupe quatre éditeurs : Fleurus, Mango, Rustica et Mame depuis 1994.

Jeunesse

La jeunesse est le domaine de Fleurus et des éditions Mango.

  • Le premier est spécialisé dans la presse des bébés avec des titres comme Papoum ou Abricot à la presse ados. - Tous les âges de l'enfance ("1001 histoires", "Je lis déjà"... ) et de l'adolescence sont susceptibles d'être clients de Fleurus abonnement.

  • Fleurus édite également de nombreux documentaires (dont ses célèbres livres imagiers) et des dictionnaires.

  • Il propose aussi, de nombreux livres d'activités aux plus jeunes (coloriages, livres gommettes)

Mango publie de la littérature jeunesse. Son catalogue comprend notamment les collections chambre noire et autres mondes, pour ne parler que des romans destinés aux plus grands.

Vie pratique

Rustica, Mango et Fleurus interviennent tous trois dans les éditions relatives à la vie pratique, qu'il s'agisse de presse ou de livres.

Les thématiques sont larges. Elles couvrent la cuisine et les vins avec, par exemple, la collection "Craquez pour de Mango". Elles concernent aussi le bricolage, la décoration, les loisirs créatifs et l'art du fil (broderie et point de croix), les beaux arts (autour du manga et de la calligraphie notamment). Santé, jeux, jardin et vie quotidienne font également partie des domaines d'intérêt de Fleurus éditions.

Spiritualité

Mame, leader dans le domaine, est l'éditeur du groupe dans le domaine de la spiritualité.

Fleurus religion intervient également, mais essentiellement à destination d'un public enfant et adolescent, notamment pour raconter la Bible ou l'histoire des principaux personnages de la religion chrétienne.

Mame s'adresse à tous les publics, avec de petits livres pour enfants sur des valeurs fortes du catholicisme. Il propose des documents pour l'enseignement du catéchisme et sur la liturgie. Il édite aussi de nombreux ouvrages de référence pour les adultes.

LIBRAIRIE
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 10:12

Créé en 1953 pour être le supplément hebdomadaire des Échos, L'Express a rapidement acquis son autonomie. Le magazine est publié chaque semaine à plus de 500000 exemplaires. Retour sur son histoire avant de s'intéresser au présent, avec les tarifs de cette publication et une présentation de ses principales rubriques.

Histoire

L'Express est créé en mai 1953 par deux journalistes : Françoise Giroud, alors directrice le la rédaction du magazine Elle, et Jean-Jacques Servan Schreiber, ancien éditorialiste au Monde.

Il se fait connaître rapidement par ses positions en faveur de Pierre Mendès-France, puis contre la guerre d'Algérie, ce qui lui vaut d'être plusieurs fois saisi ou censuré.

La qualité des plumes qui y collaborent renforce sa notoriété, d'autant que ces chroniqueurs extérieures viennent d'horizons divers. Ainsi, Robert Badinter, Albert Camus, Raymond Aron, François Mauriac, Jean-Paul Sartre ou encore Françoise Sagan ont écrit dans les colonnes de l'Express.

En 1964, l'Express devient le premier magazine d'information français, à l'exemple du Time.

L'engagement politique de Jean-Jacques Servan Schreiber au sein du parti radical en 1971 entraîne le départ de plusieurs journalistes.

En 1977, le magazine est vendu à Jimmy Goldsmith, avant d'affirmer clairement son positionnement à droite dans le courant des années 1980. Depuis, ses actionnaires ont changé plusieurs fois.

Il a appartenu au groupe Havas (Vivendi Universal Publishing), puis à Dassault avant de rejoindre le groupe belge Roularta en 2006.

Christophe Barbier est alors nommé directeur. Il réorganise le magazine et met fin aux contrats des chroniqueurs extérieurs.

Tarifs

L'Express est disponible en kiosque au prix de 3,50€ le numéro.

Il est également possible de s'y abonner, soit directement sur le site du magazine, où une info en ligne est également accessible, soit sur des sites spécialisés dans les abonnements presse, comme Info_presse.fr ou Toutabo.com.

Sur ce dernier site, l'abonnement annuel est proposé à 89 € (52 numéros), un prix porté à 49€ pour 6 mois. L'abonnement mensuel est à 2,20 € le numéro (prix constatés en août 2011).

Rubriques

À ce tarif, vous bénéficiez du décodage et de l'analyse des actualités sociales, politiques et économiques.

Chaque magazine commence par l'édito du directeur, un entretien, le dessin de Plantu et les indiscrets.

Puis, différentes rubriques sont développées (2 ou 3 articles) : France, Monde, Economie, Société. Le magazine s'achève sur les rubriques habituelles donnant la parole aux lecteurs, présentant les nouveaux livres et spectacles,, offrant des jeux à réaliser.

L'Express présente les news politiques, mais aussi les enjeux de société et les relations dans l'entreprise. Les dossiers centraux ont ainsi pu être consacrés à DSK, aux psys, aux derniers tabous hommes-femmes.

Un supplément hebdomadaire (Express Style) permet de découvrir les dernières tendances mode, arts et spectacles.

magazines pyramid1 fr:Françoise Giroud | Françoise Giroud  à une journée dédicaces
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 10:29

Entre deux vols, il est parfois nécessaire d'effectuer la navette entre les aéroports d'Orly et de Roissy. Cet article vous propose trois moyens d'effectuer ce transfert : par les cars Airs France, par les transports en commun et enfin par les transporteurs privés (taxis et société de transport).

Les Cars Air France

%%% Les cars Air France sont accessibles aux voyageurs de toutes les compagnies.

La ligne 3 relie Orly à Cdg. Elle dessert Orly Sud (sortie L), Orly Ouest (arrivée), CDG Terminal 1 (arrivée), la gare Roissy (T2 entre les terminaux C et A, B et D) et le terminal 2E.

La durée du trajet est d'une heure environ avec un cadencement toutes les 30mn à 45mn entre 6h30 et 22h30 (le premier bus part à 5h55 d'Orly, le premier départ de CDG est à 7h le week-end).

Les tickets s'achètent à bord, à 19€ pour un adulte, 9,50€ pour un enfant (de 2 à 11 ans). Le voyage est gratuit pour les moins de 2 ans.

Les transports en commun

%%% Pour un prix similaire, il est également possible de combiner l'Orlyval jusqu' à Antony et le REB B. Orlyval dessert Orly Sud (porte K) et Ouest (porte A niveau 1). Le RER B s'arrête à la gare Roissy. Il est ensuite possible de prendre la navette Roissy qui effectue gratuitement la liaison entre tous les terminaux CDG.

Cette solution n'est pas la plus pratique si vous avez beaucoup de bagages et il faut souvent attendre la correspondance à Antony, sachant que le cadencement est normalement de quatre minutes en heure de pointe. La durée totale du trajet est d'environ 1h20.

Le service fonctionne de 6h à 23h.

L'Orlybus assure également la liaison depuis la station RER de Denfert Rochereau, une solution qui permet simplement de gagner 1 ou 2€.

Les navettes privées

%%% D'autres solutions de navette existent, plus coûteuses, mais sans doute aussi plus confortables au regard notamment des temps d'attente (si vous réservez préalablement).

Les taxis traditionnels

Taxis classiques, taxis moto ou taxis scooter offrent leurs services à chaque sortie d'aéroport.

Les tarifs varient selon l'heure du transport et la quantité de bagages. Parmi les prestataires : taxi Roissy, taxi Orly, taxi airport ou taxis de paris (regroupement d'artisans taxis).

Les sociétés spécialisées dans le transfert des passagers

Certaines sociétés réalisent des prestations similaires à des prix fixes sur des plages horaires larges (6h-21 ou 22h), à condition de réserver au moins 48h à l'avance.

Une cinquantaine de sociétés proposent ce service dont Paris navettes (01 60 44 08 16), Navett'o bus ou Paris shuttle. Comptez entre 60 et 100€ selon le nombre de passagers. Vous précisez vos horaires d'avion et la société s'y adapte, avec une marge de sécurité.

Panneau annonçant Orlyval en gare d'Antony | Source Appareil photo | Air France by Brit Air Fokker 100 F-GKHD @ Paris OrlyETAL 01
Repost 0
Published by Carole COLLINET
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 21:46

39 millions de BD sont vendues chaque année en France, avec de très nombreuses nouveautés. Où s'informer sur les sorties BD ? Les éditeurs communiquent sur les dernières nouveautés, tout comme les libraires. Ces deux sources d'informations sont essentielles, mais d'autres réseaux existent.

Les éditeurs

Les éditeurs sont les premiers intéressés par la promotion de leurs nouveaux produits, en particulier les plus gros (Dupuis, Le Lombard, Glénat, Delcourt...) qui se partagent l'essentiel du marché.

Catalogues / Bandes-annonces

Régulièrement, ces éditeurs mettent à jour leurs catalogues, disponibles sur leur site web (accessibles avec leur nom). Pour renforcer l'impact des nouveautés, des bandes-annonces sont créées, reprenant les éléments les plus marquants du scénario et les images les plus fortes.

Pour ne pas manquer les sorties, il est conseillé de s'inscrire aux newsletters, voire aux espaces clubs.

Les bandes-annonces sont déclinées sur certains médias, les supports papier reprenant parfois des extraits. C'est le cas de XIII, par exemple avec Amos, qui figurent dans les quotidiens nationaux.

Festivals

Les festivals sont également l'occasion d'une promotion intensive. Angoulême en constitue sans doute l'exemple le plus connu. Les éditeurs informent le public des nouveautés des catalogues, organisent régulièrement des séances de dédicaces avec les auteurs et bénéficient de l'effet récompense (ici les fauves) dans leur notoriété.

Les libraires

Les libraires, en boutique ou par Internet, procèdent selon la même logique et valorisent les nouveautés. Ils informent les clients réguliers des dernières sorties, de façon plus ou moins ciblée, avec parfois la possibilité de pré-commander.

Les généralistes

Les libraires généralistes offrent une bonne information sur les produits des grandes maisons d'édition, notamment des séries. Cultura, la FNAC et Amazon en constituent des exemples, avec souvent des frais de port offerts pour les commandes sur Internet (FNAC, Amazon avec un seuil minimum de commandes).

Les libraires spécialisés

Il existe également des libraires spécialisées dans la vente de BD et mangas. Un parallèle est souvent réalisé entre des boutiques et les sites. Ainsi, Canal.bd transmet les coordonnées de boutiques telles que Barbe rousse à Paris.

Autres sources d'information

Média

À côté des médias classiques, qui peuvent servir de support publicitaires aux BD, il existe des magazines spécialement dédiés à cet art, comme Casemate ou dBD. La télévision n'est pas en reste, y compris sur TV sénat avec Histoire de bulles.

Parfois même les cinéma s'y mettent. Le Kinorama à Nantes, par exemple, annonce les sorties BD.

Sites spécialisés

Les nouveautés se découvrent également sur les sites de BD : BD gest', Le coin BD, 1001 BD, Avant-première, Objectifbulles, etc. Certains sont purement informatifs, d'autres peuvent renvoyer sur des libraires. Dans tous les cas, ce sont des mines d'information sur l'actualité BD

Festi BD (MOULINS,FR03)urbanisme d'anticipation & BD
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 20:46

L'aéroport Roissy Charles de Gaulle accueille chaque année près de 60 millions de voyageurs, dont 2/3 pour le seul terminal 2. Ce dernier est organisé en plusieurs secteurs en fonction des destinations. Le terminal 2 C par exemple accueille les vols à destination et en provenance de l'Inde, d'Afrique, des pays du Golfe et des Caraïbes. Il est accessible par les transports en commun et par la route (véhicules particuliers et taxis).

Les transports en commun

L'aérogare Charles de Gaulles est particulièrement bien desservi par les transports en commun. Le terminal

2C, qui y occupe une position centrale, est très proche des arrêts.

Les gares TGV et RER (ligne B) arrivent ainsi quasiment sur le terminal 2C avec, en outre, des tapis roulants qui facilitent l'accès des passagers et de leurs bagages. Le trajet Chatelet - aérogare CDG est de 50 minutes environ par le RER.

De nombreux bus desservent le terminal C Charles de Gaulle :

  • Le CDGVal qui relie l'ensemble des terminaux gratuitement

  • Les lignes classiques : le bus 350 assure la liaison depuis la gare de l'Est et le 351 depuis la place de la nation. Les trajets durent entre 50 minutes et une heures au prix de 5,70€.
  • Les cars Air France assurent des navettes depuis Etoile et la porte Maillot (45 minutes environ pour 15€ avec la ligne 2), l'aéroport d'Orly (1 heure par la ligne 3 pour 19€) et les gares de Lyon et Montparnasse (ligne 4 au prix de 16,50€).
  • La navette Roissybus relie le centre de Paris (Opéra) et Roissy terminal 2C
  • Le Noctilien propose des trajets de nuit (lignes N143 et N140 qui arrivent au terminal 2F - Prendre ensuite la navette gratuite).
  • La navette Val d'Europe airports assure la liaison avec Disneyland Paris (18€).

Un système de transport à la demande (Filéo) permet de relier l'aéroport à certaines villes du Val d'Oise, de la Seine Saint Denis et du Val de Marne (informations au 08 10 24 24 77)

Accès par la route

Le terminal 2C Charles de Gaulle est également accessible par voiture, moto ou taxis (sortie 7).

Le coût du taxi est variable selon la distance effectuée. Pour un trajet Paris centre- aérogare ou La Défense -aérogare, il faut compter 50 €, majorés de 15% après 17h et les dimanche et jours fériés.

Si vous utilisez votre véhicule personnel, il convient de prévoir le parking. Des places peuvent être réservées à proximité des terminaux. Le PCD est le plus proche du terminal 2C. Compter environ 180€ (prix constatés en juillet 2011) pour une semaine (voiture). Des sociétés proposent également des parking hors de l'aéroports et assurent les navettes, à l'heure qui vous convient.

Paris - Aéroport Charles de Gaulle CDGScreens of cancelled flights at Paris CDG during the ash cloud disruptHall du terminal 2E CDG Roissy à Paris
Repost 0
Published by Carole COLLINET
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 15:00

39 millions de BD ont été vendues en France en 2010. Dix sept éditeurs se partagent les trois quarts de ce marché. Ils sont souvent affiliés à de grands groupes. La présentation du leader européen de la BD (MP) sera complétée par celle des autres grands noms de l'édition BD avant d'évoquer quelques nouveaux venus.

Les éditeurs du groupe média participation

Média participation occupe en Europe une position de leader pour l'édition de BD et la réalisation de dessins animés. En France, il a progressivement acquis plusieurs maisons d'édition : Dargaud, Dupuis, Le Lombard et Blake&Mortimer.

Dargaud a été crée en 1936. Il édite notamment Astérix, Achille Talon et plus récemment des séries telles que XIII, Scorpion, Murena ou W.E.S.T. Il rejoint en 2004 le groupe MP où figure déjà une autre maison ancienne d'édition : Dupuis. Parmi les titres de cette dernière, les Schroumpfs, Papyrus, Secrets ou encore Largo Winch, une des meilleures ventes de 2010.

Le Lombard publie notamment les séries Thorgal, IRS, Léonard.

Blake et Mortimer.

Les autres éditeurs BD "traditionnels"

Les principaux concurrents de MP sont des groupes solides, parfois confortés par le succès d'une série ou par une association avec des éditeurs étrangers, notamment américains. Tel est le cas des humanoïdes associés, plutôt orientés fantastic, mais dont le catalogue s'étoffe : Carthago et Crusades rejoignent ainsi des titres tels que l'Incal, Technopères, le Lama blanc.

  • Glénat est un autre ténor de la BD avec notamment le Décalogue, Uchronie(s) ou Sambre. Le groupe possède Vents d'Ouest (les motards) et le magazine la géographie.

  • Casterman est, comme Dupuis, une société belge. Editeur de Tintin ou Corto Maltese, elle a rejoint le groupe Flammarion qui dirige également les éditions Fluide glacial.

  • Delcourt s'est développé dans les années 1980. Il édite de nombreuses séries dont Sillage ou Nash et n'hésite pas à se lancer dans la caricature avec des personnages comme Sarkozix. Il détient également les parts de la société Soleil productions (Lanfeust).

Les nouveaux éditeurs et les défis de l'édition BD

A côté de ces grandes sociétés, il est difficile de s'imposer. Quelques structures constituent l'exception dont Bamboo. Cet éditeur s'est installé en 1997 sur le créneau de l'humour (les profs, les gendarmes... ) étoffant peu à peu sa collection.

Quelques initiatives méritent également d'être soulignées face à la concurrence et au défi que constitue le web. Manolo en constitue un exemple. Fonctionnant exclusivement sur internet, il regroupe 950 auteurs et plus de 1800 albums.

Quelques labels indépendants se développent également, à l'exemple de la cafetière ou la boîte à bulles.

urbanisme d'anticipation & BD
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoires de livres et presse
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 08:45

A 4 h 30 de Paris, La Salle-les-Alpes est une charmante commune des Hautes-Alpes, notamment connue pour faire partie du domaine skiable du Grand Serre Chevalier. Elle offre un patrimoine culturel et naturel agréable, avec de nombreuses activités toute l'année, notamment l'hiver, dans une station de ski de bonne taille, et bien équipée. Partons à la découverte de ce village !

Un patrimoine pittoresque

La commune de La Salle-les-Alpes regroupe six hameaux. Elle compte environ 900 habitants.

Quelque soit la saison, vous serez agréablement surpris par la lumière naturelle; elle explique peut-être les nombreux cadrans solaires que vous pourrez admirer sur les façades des maisons, qu'ils soient gravés, sculptés, ou simplement peints.

Elle constitue également un bon prétexte à la découverte du patrimoine naturel autour du village, situé à 1400m d'altitude, et qui offre de nombreuses possibilités de randonnée.

En été, les remontées mécaniques sont également utilisées pour le Vélo Tout Terrain : adrénaline garantie !

Une visite s'impose à l'église Saint-Marcellin (du nom du premier évêque d'embrun), construite entre le XII et le XVIe siècle. Vous découvrirez ses deux chapelles latérales, et son gracieux porche datant du XVe siècle.

Le musée "Autrefois mon village" vous permettra de remonter le temps. Vous y découvrirez la vie dans les Alpes, et plus particulièrement celle des habitants des hameaux de La Salle-des-Alpes (Lasalle, Bez, Villeneuve, Les Pananches, Moulin Baron, et la Chirouze), avant que le ski devienne un atout touristique majeur dans la vallée.

Le domaine skiable de Serre Chevalier

La station de Serre Chevalier (la Serre Che pour les habitués) s'étend sur 4 communes.

Le train arrive à Oulx ou Briançon. Des transferts sont organisés entre les deux gares, et entre les communes du domaine et Briançon.

Le domaine offre plus de 100 pistes de ski (250km), en alpin et en fond. Des appareillages spécifiques sont prévus pour les personnes handicapées afin de leur permettre de s'adonner au plaisir de la glisse.

Les réservations sont à effectuer à l'office du tourisme. Cet organisme pourra vous transmettre le plan des Alpes, celui du domaine, et toute information utile sur les promos ski.

L'Ecole Française de Ski (Esf-serrechevalier.com) sera également un interlocuteur pertinent, notamment pour l'organisation de cours individuels ou collectifs.

Vous pourrez, après le plaisir de la glisse, vous relaxer dans les eaux chaudes du Monêtrier, avant de vous régaler avec les produits du terroir.

1 Serre Chevalier - a french ski resort 1 Serre Chevalier - en fransk Serre-Chevalier 1400 - Dans la noire Creux du Loup, vallon de Cucumell
Repost 0
Published by Carole COLLINET - dans Histoire et patrimoine
commenter cet article