Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 10:11
L'Art Nouveau au Japon : la maison Matsumoto

Cette maison a été bâtie en 1912 à la demande de Kenjiro Matsumoto, un riche industriel, également fondateur de l'université technologique Meiji, devenue l'université technologique de Kyushu.

L'aspect de cette maison est manifestement d'inspiration occidentale, du moins pour son bâtiment principal qui apparaît sur la photographie. Il s'agit d'une des rares manifestations de l'Art nouveau au Japon, même si son apparence évoque davantage une sorte de synthèse entre la maison coloniale et certaines constructions régionales en France et en Europe.

Elle a été conçue par Tatsuno Kingo, un des grands architectes japonais de la période Meiji, également à l'origine de la gare de Tokyo ou de la banque du Japon pour ne citer que ces exemples. L'Empire du Levant s'ouvre à l'Occident, sans la moindre intention de devenir une colonie, et envoie ses élites étudier en Europe, au Royaume-Uni pour Tatsuno Kingo. 

L'influence occidentale apporte aux techniques de construction, de façon plus modérée à l'esthétique. 

Mais le japonisme a depuis longtemps ses admirateurs en Europe (dont Monet qui collectionnait les estampes d'Hiroshige) et aurait influencé les créateurs de l'Art nouveau.

Dès lors, la rencontre de l'Occident et de la culture traditionnelle japonaise peut donner lieu à une création originale, perceptible notamment dans la décoration de la maison Matsumoto, réalisée par Kubota Kosaburo et Aihara Unraku.

 

 

L'Art Nouveau au Japon : la maison MatsumotoL'Art Nouveau au Japon : la maison Matsumoto
L'Art Nouveau au Japon : la maison Matsumoto

Dans cette maison de 625 m2, actuel siège du club des industriels de l'Ouest, le bois, matériau traditionnel, est omniprésent dans la décoration.

Il en est de même du cercle (le plus souvent des fractions de cercle), qui adoucit l'aspect fonctionnel de certains éléments, dont la porte.

Les formes choisies évoquent à la fois le Japon et l'Art nouveau. C'est encore plus perceptible dans la chambre, avec ses panneaux peints, et dans les vitraux.

L'Art Nouveau au Japon : la maison Matsumoto
L'Art Nouveau au Japon : la maison Matsumoto
Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 14:14
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement

Ce 17 février avait lieu du côté de la porte d'Ivry le défilé qui clôt les festivités du Nouvel an chinois à Paris.

Les lions semblaient avoir bien chaud et beaucoup ont quitté le costume avant la fin.

Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement

Mais cela n'a pas empêché une fête colorée, où ont défilé de nombreuses délégations, avec des costumes superbes.

Et les tous petits participaient également.

 

Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement

Bien sûr, il y avait aussi encens et bénédictions.

Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement

... Des êtres fantastiques, des dragons qui dansaient, des pétards et bien sûr la star de l'année...

Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Festivités du nouvel an dans le 13ème arrondissement
Partager cet article
Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 20:57
Une armée pour l'éternité

En 1974, alors qu'ils creusent un puit, des paysans  découvrent de nombreux fragments de statues de pierre.

La scène se situe au pied du Lishan, une montagne dans la circonscription de Xi'an, ce qui justifiera le nom de la stupéfiante découverte archéologique alors réalisée, appelée armée du Xi'an ou également armée en terre cuite des Qin.

Dans plusieurs fosses, non loin du tumulus du premier empereur chinois, Qin Shihuangdi, ont été retrouvées 8 000 statues de soldats ou de chevaux.

 

Une armée pour l'éternité

Qin Shihuangdi joue un rôle important dans l'histoire de la Chine, à laquelle il a d'ailleurs donné son nom (lui ou sa province d'origine).

Au IIIème siècle avant JC, la province de Qin, auparavant vassale de la dynastie Zhou, est devenue, comme ses voisines, une sorte d'Etat où les princes sont devenus rois, se sont affranchis de leur suzerain et se mènent des guerres sans fin. (Les termes utilisés de vassalité ou de suzerain ne sont sans doute pas les plus appropriés pour évoquer la Chine, mais permettent d'en tracer une image sans doute approximative au moment où Qin prend progressivement l'ascendant). Vers - 316, il envahit la province voisine du Sichuan, détruit la maison royale des Zhou en - 256 et, une fois la conquête achevée, se proclame Empereur (en -221).

Pendant les 12 ans qui suivent, il donne une unité à son vaste empire, harmonise par exemple les poids et mesures, ordonne la construction de la muraille de Chine, ...

Si son fils lui succède, il est très vite obligé de renoncer au pouvoir et c'est un des anciens généraux de l'empereur qui va continuer à oeuvrer pour unifier ce vaste territoire dont il prend la tête. La dynastie des Han, dont il est le fondateur, régnera jusqu'en 25 avant JC.

 

Une armée pour l'éternité

Les soldats de Xi'an accompagnent leur Empereur pour l'eternité. Les tenues et les coiffes distinguent les corps d'armée (cavaliers, fantassins, archers) et les grades, de l'officier supérieur au simple soldat. Des civils accompagnent la troupe, sans doute pour en organiser l'intendance.

Cette armée de terre cuite était sans doute bien réduite au regard de la taille réelle de l'armée impériale, mais elle témoigne d'une grande organisation qui en a sans doute fait la force, de la dextérité des artisans qui en sont à l'origine et offrent de nombreux indices, par les statues autant que par les objets retrouvés, sur la Chine de la fin du IIIème siècle avant JC.

 

Une armée pour l'éternité
Une armée pour l'éternité
Une armée pour l'éternité
Une armée pour l'éternité
Une armée pour l'éternité
Une armée pour l'éternité
Une armée pour l'éternité

De nombreuses hypothèses ont été formulées sur le sens de cette armée de pierre. Et comme il était d'usage, à une époque lointaine de l'histoire de la Chine, de sacrifier des humains pour accompagner le roi ou le prince dans l'au-delà, mais qu'il n'était pas possible de sacrifier toute une armée, il a été considéré que ces soldats de terre cuite figuraient l'armée de Qin, enterrée pour servir son Empereur.

Il semblerait toutefois que les pratiques funéraires aient déjà fortement évolué sous la dynastie des Zhou, y compris pendant la période dite des royaumes combattants. Les sacrifices humains ont laissé place à d'autres rituels. Les tombes ont également été meublées, décorées, ornées d'objets divers et de statues.

L'armée de Xi'an témoigne sans doute du rôle de l'armée et de la puissance militaire de l'Empire. Mais il est sans doute réducteur de le limiter à son esprit de conquête armée, et, compte tenu du peu de connaissances sur cette période, il reste hasardeux d'expliquer vraiment la raison d'être de ces 8 000 soldats de terre cuite.

Laissons donc à l'imagination le soin de combler les lacunes de l'histoire.

Une armée pour l'éternité
Partager cet article
Repost0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 11:45
La dame de Rangoon ou l'espoir du Myanmar...

Le 1er février, les membres de la ligue nationale pour la démocratie ont investi le Parlement birman, concrétisant l'immense succès remporté en novembre et marquant peut-être une nouvelle ère pour le Myanmar après des années de dictature.

Aung San Suu Kyi, la Dame de Rangoon, est un des acteurs de ce changement.

L'engagement en héritage?

Aung San Suu Kyi est la fille d'Aung San, un des artisans de l'indépendance de la birmanie vis-à-vis du Royaume Uni. Très tôt, il organise des manifestations d'étudiants et, alors que le pays est envahi par le Japon, organise un mouvement pour libérer son pays des britanniques.

Assassiné le 19 juillet 1947 alors qu'il l vient de négocier un accord avec l'ensemble des forces du pays, y compris ses minorités, pour un départ des Anglais en 1948, il est, aux yeux des Birmans un héros national.

Aung San

Aung San

La démocratie dans le pays est toutefois bien éphèmère. Un coup d'Etat, fomenté par le général Ne Win en 1962, plonge le pays dans la dictature et un isolement complet.

En 1988, en raison du marasme économique, de violentes émeutes ont lieu contre le régime. L'armée tire sur la foule. Des millers de victimes sont à déplorer.

Une junte militaire, composée de généraux issus du régime antérieure, prend le pouvoir. Il s'agit du SLORC, rebaptisé SPDC en 1997 et qui modifie à son arrivée au pouvoir le nom du pays en Myanmar.

C'est alors que la Dame de Rangoon, qui vivait alors en Angleterre avec son mari et ses enfants et était venue à Rangoon au chevet de sa mère mourrante, entre en scène. Elle soutient les manifestants, créé la ligue nationale pour la démocratie et est arrêtée.

Elle a le choix entre se taire et retourner en Angleterre, ou être assignée à résidence dans la demeure familiale. Pour la Birmanie et sans doute pour la mémoire de son père, elle reste.

En quelques jours, elle est devenue un symbôle, son discours devant près de 50 000 personnes, debout sur les marches de la pagode Shwedagon en août 1988, résonnant comme en écho au discours de son père, prononcé à ce même endroit, en 1947, en faveur de l'indépendance.

Une femme de convictions

Commence alors un long combat, pour cette femme qui croit en l'universalité des droits de l'homme, à la force du dialogue et de la non-violence, et qui refuse tous les extrémismes.

"Le courage vient en cultivant l'habitude de refuser que la peur guide l'action"

La dame de Rangoon ou l'espoir du Myanmar...

Depuis 1967, Aung San Suu Kyi a vécu en Inde, où sa mère fut Ambassadrice, puis en Angleterre. Rien ne semblait la préparer à ce retour en Birmanie, et aux longues années de détention ou d'assignation à résidence qui suivront (15 ans).

Mais la Dame croit en son pays et en ses convictions. Elle voyage dans toute la Birmanie. En 1990, la ligue nationale pour la démocratie gagne les élections législatives, les partis d'opposition remportant plus de 95% des voix. Mais la junte militaire n'est pas décidée à se retirer, tout en affirmant que la démocratie pourra être instaurée quand le pays y sera prêt.

Les arrestations se succèdent, beaucoup meurent dans des conditions de détention dramatique.

Aung San Suu Kyi obtient le prix Nobel de la paix en 1991, mais il ne lui sera remis qu'en 2012 car elle ne peut sortir du pays. Elle parle régulièrement à ceux qui viennent l'écouter, quand la rue de l'université qui mène à la maison familiale est ouverte. Elle parle aussi bien santé que nourriture, littérature ou politique, incitant chacun à réfléchir avant d'agir et à éviter les idées extrémistes.

Elle souffre elle-même de nombreuses privations et de l'absence de soins, soulignant toutefois qu'elle bénéficie du luxe inoui d'être chez elle alors que beaucoup de ses compagnons sont détenus à la prison d'Insein, tristement connue.élèbre pour ses conditions de détention.

Chaque année, son assignation à résidence est reconduite. En 2007, alors que de nouvelles émeutes éclatent dans le pays, elle salue une délégation de moines protestataires et poursuit son combat, dénonçant le régime et ses abus.

En 2010, elle est libérée, mais ne peut s'éloigner de Rangoon.

Mais le régime en place semble accepter peu à peu le dialogue, peut-être parce que la Dame a appelé depuis des années à des sanctions économiques de la communauté internationale vis-à-vis d'un régime qui bafoue les droits de l'homme les plus élementaires.

De nouvelles élections législatives ont lieu en 2012. La Dame devient députée. Les investisseurs étrangers reviennent peu à peu.

Elle ne peut toutefois se présenter à la présidence de la République en 2015, car elle est mariée à un étranger.

Un long chemin vers la démocratie

Aung San Suu Kyi siège depuis 2012 au Parlement birman. Aujourd'hui, son parti y entre en force. Cette élection a été une immense vague d'espoir, mais le chemin à parcourir est tout aussi grand.

Respect des droits de l'homme, réconciliation nationale. Dans un pays où des années de dictature ont semé défiance et délation, où l'unité nationale a été maintenue de force, avec de nombreuses exactions envers les nombreuses minorités, l'accès à ces deux principes promet d'être un long chemin semé d'embûches.

Minorités en Birmanie

Minorités en Birmanie

Par ailleurs, les généraux sont toujours là (ils occupent d'ailleurs encore un quart des sièges au Parlement) et la perénité de la démocratie semble en elle-même fragile.

Pourra-t-elle endiguer la corruption? Faire profiter les birmans des matières premières abondantes dont dispose le pays? Eradiquer la pauvreté (le PIB par habitant yest de 1370 USD)? Contribuer à assurer la paix dans le pays? Et oeuvrer à son développement social et économique?

La Birmanie profite du dynamisme économique de ces voisins. Elle est membre depuis plusieurs années de l'ASEAN (marché commun de l'Asie du Sud Est).

Tout semble possible à ce jour, mais le chemin sera long pour la Dame de Rangoon, dont la santé a été bien perturbée par des années de rétention... Aura-t-elle la force de conviction de Nelson Mandela pour éviter le pire et engager son pays dans le voie des réformes?

Elle a engagé une politique de petits pas, de dialogue. Elle dispose désormais d'une majorité pour avancer, chaque victoire devant être négociée et confortée pour ne pas être remise en cause très vite.

Aung San Suu Kyi n'est ni une sainte, ni une déesse. Ce n'est qu'une femme qui a engagé toutes ses forces dans un combat qui semblait bien illégal, dont chaque pas s'appuie sur un mouvement plus large, une ligue capable de poursuivre ses efforts et de réaliser le rêve de cette femme à la volonté de fer derrière une silhouette frêle et gracile : faire de la Birmanie une démocratie

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 19:03
Voyage au bout du monde : le Kamtchatka
Voyage au bout du monde : le KamtchatkaVoyage au bout du monde : le KamtchatkaVoyage au bout du monde : le Kamtchatka

Voyage au bout du monde, à l'extrême pointe asiatique de la Russie...

Le Kamtchatka est une péninsule, quatre fois plus étendue que l'Islande. Ces lieux ont toutefois un point commun : la présence de volcans.

Au Kamtchatka, on en compte 300, dont 29 en activité. Entre les geysers et les lacs d'acide sulfurique, la péninsule est assez peu accueillante. Elle nous laisse toutefois imaginer les débuts du monde et ses paysages sauvages sont superbes.

Seuls les ours les admirent au quotidien...

Les photographies ont été réalisées par le studio 107.

Voyage au bout du monde : le Kamtchatka
Voyage au bout du monde : le KamtchatkaVoyage au bout du monde : le Kamtchatka
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 21:33

Son nom évoque un code de l'honneur, un guerrier redoutable, le pays du soleil levant...

Le samouraï est le lointain cousin de nos chevaliers et leurs histoires ne sont pas si différentes...

La classe des samouraï apparaît au cours du Xème siècle, alors que se développe un système de vassalité. Le chevalier ou samouraï est au service d'un grand propriétaire : le daimyô. A partir du XIIème, les samouraï ou bushi constituent la classe noble militaire, par opposition aux nobles civils (les kuge).

Le samouraï sans maître (rônin) tombe en bas de l'échelle sociale, à peine plus haut que les hors-la-loi, ce qu'il peut rapidement devenir dans l'imaginaire collectif (et peut-être dans la réalité).

Dès l'origine est appliqué un code de la chevalerie où dominent des notions telles que le sens de l'honneur, l'hospitalité, la bravoure, la loyauté... Ces valeurs ont perduré après la fin des samouraï, lorsque le Japon s'est ouvert à l'Occident lors de l'ère Meiji dans la seconde moitié du XIXème siècle.

Il reste toujours quelque chose du samouraï, ne serait-ce que la bravoure et l'image de fin bretteur de ce guerrier, de ses combats avec deux sabres (le sabre long ou katana et le plus court appelé wakizashi)...

Cela ne saurait résumer l'armement, plus étoffé de ce combattant, qui comprend ausi d'autres types de sabre, des poignards, lances, hallebardes... Et bien sûr, l'armure qui évolue au fil des siècles, comme le montrent ces photographies.

Il est temps désormais de laisser aller l'imagination, de laisser s'animer des objets de musée, remonter l'histoire et peut-être se sauver à toutes jambes...

Photographies de Attilio Boccazzi-Varotto à partir de la collection du musée d'ethnologie de Genève - A apprécier en cliquant sur les images.

Entre mythe et histoire : le samouraï
Entre mythe et histoire : le samouraï
Entre mythe et histoire : le samouraï
Entre mythe et histoire : le samouraï
Entre mythe et histoire : le samouraï
Entre mythe et histoire : le samouraï
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 10:05

Le grand palais célèbre le maître de l'estampe, mais aussi le peintre et l'illustrateur.

Seule la première facette de l'artiste sera présentée ici, avec quelques unes de ses plus célèbres œuvres à l'exemple de la grande vague ou du Mont Fuji.

Hokusai est le premier a avoir fait du paysage un thème d'inspiration. Hiroshige le reprendra, avec la même logique du périple illustré.

Leurs centres d'intérêt sont plus larges : personnages allant parfois jusqu'à la caricature, nature... Le fantastique est également présent chez Hokusai.

Artiste insatiable, Hokusai a multiplié les techniques autant que les sujets. Il en résulte une œuvre variée, avec toutefois un tracé caractéristique qui est la marque du maître et permet de distinguer ses réalisations.

Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Hokusai ou la célèbration d'un maître de l'estampe
Partager cet article
Repost0
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 11:28

Lorsque l'Occident découvre le Japon au XXème siècle, c'est notamment à travers son art et plus particulièrement les estampes Ukiyo-e, ce terme signifiant littéralement images du monde flottant.

L'oeuvre est le résultat du travail d'un peintre, d'un graveur, d'un imprimeur et d'un éditeur, qui suivent chacun un long apprentissage. Comme l'estampe est produite en de multiples exemplaires, sa diffusion en est facilitée.

Parmi les peintres se sont illustrés dans cet art, les plus connus sont sans doute Katsushika Hokusai et Ando Hiroshige.

Tous deux se sont éloignés des sujets classiques de l'Ukiyo-e (courtisanes notamment). Ils sont célèbres pour leur représentation de paysages, facilement reconnaissables dans des styles différents, mais également empreints d'une poèsie liée au tracé de l'artiste, au choix des couleurs, à celui des saisons...

Le jeu des saisons est important chez Hiroshige, tout comme l'observation fidèle de la nature. Ils concourrent à une oeuvre à la fois réaliste et mystérieuse. Le dégradé des couleurs et le choix de l'angle, qui semble souvent aérien, issu du regard d'un oiseau, ajoutent à l'impression générale de finesse et d'émerveillement devant la beauté de la nature.

L'oeuvre d'Hiroshige est remarquable. Elle a d'ailleurs inspiré plusieurs peintres européens, à l'exemple de Monet ou de Van Gogh.

Je vous laisse la (re)découvrir en images.

Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Hiroshige ou l'art de l'estampe japonaise
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 09:02

Le costume traditionnel japonais ne comporte pas de poche mais une large ceinture à laquelle étaient accrochés les objets usuels tels que les sacs à tabac ou à "médicaments". Pour faire contrepoids, de simples morceaux de bois à l'origine, qui au gré des siècles ont évolué pour devenir, à partir du XVIIème siècle, des ornements vestimentaires et afficher aussi la richesse de celui qui les portait.

Ces objets, les netsuke, sont réalisés dans divers matériaux, à l'origine en bois ou en corne, ils peuvent être aussi sculptés en ivoire, voire parfois en pierre précieuse.

Les sources d'inspiration sont nombreuses et la qualité des netsuke est très variable, d'autant qu'à la fin du XIXème siècle certains sont crées pour les Occidentaux qui s'intéressent depuis peu à l'Orient.

N'hésitez pas à cliquer sur les photographies pour mieux les apprécier.

Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 18:07

P1020480.JPG Dans les années 1870, les Français, qui colonisent l'Indochine, découvrent le fabuleux site d'Angkor. Pour certains, au-delà même du petit cercle des historiens et scientifiques, c'est une révélation. Tel est le cas pour Louis Delaporte, qui va consacrer le reste e son existence à faire découvrir aux Français et aux Européens la culture khmère.

Les dessins de Louis Delaporte, les moulages qu'il a réalisé sur différents temples et les statues qu'il a emporté, avec l'autorisation du gouvernement cambodgien de l'époque, constituent le fil rouge de l'exposition Angkor naissance d'un mythe au musée national des arts asiatiques (Guimet).

P1020502 

 Angkor est l'ancienne capitale du royaume khmer, du IX ème au XVème siècles, son occupation pouvant même, selon certains archéologues, dater de l'âge de bronze. La cité s'étend sur quelques centaines de mètres carrés (400, sans doute davantage compte tenu des vestiges enfouis sour l'immensité de la forêt) et abrite de nombreux temples, avec une très forte infuence de l'hindouisme et aussi, un peu plus tard, du bouddhisme.

P1020508 

On y trouve donc plusieurs divinités, dont les avatars ne sont pas toujours simples à identifier (serpent à plusieurs têtes, crocodile, éléphant...)

 

Les temples sont aussi protégés par des gardiens, à l'exemple de ce dragon, qui enrichissent encore l'extraodinaire bestiaire du site d'Angkor. P1020486

 

Cette richesse se traduit également dans des bas-reliefs foisonnants, dont Louis Delaporte a fait réaliser de multiples moulages, malheureusement entretenus dans des conditions déplorables, mais ceux qui ont pu être réhabilités nous offrent parfois le spectacle de décors détruits sur le site d'origine en raison des guerres et des pillages.

P1020485   P1020504

Ces oeuvres fantastiques ont été découvertes en Europe grâce aux expositions universelles, qui préentaient aussi les particularités des colonies. En 1931 par exemple, le temple d'Angkor Vat est reconstitué dans le bois de Vincennes.

Dans le musée khmer que Louis Delaporte réussira à faire ouvrir à proximité du Trocadéro, il fait représenter le temple de Baion.

P1020506 Une maquette reprise aujourd'hui par le musée Guimet.

 

L'exposition doit fermer le 13 janvier. Il est urgent de découvrir ses trésors pour ensuite peut-être rejoindre le million de visiteurs qui se déplacent chaque année sur le site original et poursuivre le mythe.

P1020489

P1020501   P1020481

 

Partager cet article
Repost0