Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 23:43
Publicité monumentale

Ce portail monumental (de 12 mètres sur 10) se dresse square Félix Desruelles, au pied de l'église Saint Germain des Près. Tout de grès, il associe des couleurs harmonieuses, orange, bleu/vert, beige et des sculptures représentant des végétaux, fleurs et fruits dans la pure tradition de l'Art Nouveau. Un médaillon de femme et un bas relief complètent l'ensemble.

En haut de l'édifice, deux dates (1530 et 1900) et un nom : Sèvres.

 

Publicité monumentale
Publicité monumentale

La dernière date confirme, s'il en était besoin, le caractère Art Nouveau du portail. Elle évoque aussi la grande époque des expositions universelles. La signification de la première date m'échappe.

Le nom et les couleurs, les matériaux utilisés, la finesse des décors, tout est apologie d'un savoir faire ancien, celui de la Manufacture de Sèvres. Et le médaillon de femme au centre du portail n'est autre que l'allégorie de cet art de la céramique et de la poterie.

Deux évocations qui, une fois articulées, donnent la clé de l'énigme. Car ce portail est ce qui reste du pavillon des manufactures françaises, vitrine du savoir-faire, érigé près des Invalides pour l'exposition universelle de 1900. Il a été réalisé par l’architecte Charles Risler et le sculpteur Jules Coutan et façonné dans les ateliers de la Manufactures de Sèvres.

Trop beau sans doute pour être détruit, il devient propriété de la ville de Paris en 1901 et est installé en 1905 à la place qu'il occupe toujours. Une belle surprise dans le quartier de Saint Germain, à découvrir avant de visiter l'église puis de s'attabler juste en face pour prendre un café aux deux Magots, quand les habitués et les touristes se réapproprieront les chaises occupés depuis des mois par d'énormes ours en peluche.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 13:31

avec ces quelques photos de vitrines. 

Ce n'est pas vraiment une année où on a envie de se précipiter pour admirer au milieu de la foule les créations des Grands magasins parisiens à l'occasion de Noël, mais passant à proximité du Bon Marché, je n'ai pas pu résisté à l'envie d'un rapide détour.

Le sapin y est décliné, et s'anime avec quelques surprises selon les vitrines. Mais je vous laisse apprécier l'ambiance.

Un petit air de Noël
Un petit air de Noël
Un petit air de Noël
Un petit air de Noël
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 18:56
Le 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveau

Il y a quelques années, je vous avais déjà fait découvrir la porte de cet immeuble  (http://writings2.over-blog.com/article-l-exuberance-a-la-porte-104896110.html ).

Mais en la redécouvrant, je me suis dit que cette façade hors du commun méritait une présentation à la fois plus globale et plus détaillée.

Cette maison a été réalisée conjointement par Jules Lavirotte, architecte, et Alexandre Bigot, céramiste. Elle s'inspire de certains procédés architecturaux qui existaient déjà aux Etats-Unis et consistaient à remplacer la pierre de taille, très chère, par des parements de grès flammé, intégrés dans une ossature de béton.

Le 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveau

Si ces parements, comme le jeu d'équilibre de la façade (une fenêtre est "avancée", ajout de colonnes et d'un balcon), contribuent à son aspect décoratif, ils ne sauraient le résumer, tant les éléments de décoration sont nombreux.

Cette exubérance, caractéristique de la collaboration Lavirotte/Bigot, a grandement contribué. à leur réputation, d'autant que la façade a été primée par la ville de Paris en 1901, qui trouvait que nombre de façades étaient alors un peu fades...

En voici quelques détails.

Le 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveauLe 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveauLe 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveau
Le 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveauLe 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveau
Le 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveauLe 29 avenue Rapp à Paris ou l'exubérance de l'Art nouveau
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 16:12
Photographie : Bruno Cabanis

Photographie : Bruno Cabanis

Cette boutique est accolée à l'église Saint Roch dont elle est contemporaine. Elle était dédiée à l'origine à la vente de divers articles religieux, mais au XVIIème siècle, il n'est pas question de faire du commerce au sein des lieux de culte, ce qui était pourtant relativement usuel quelques siècles plus tôt.

Cette position a peut-être valu à la boutique d'être une miraculée des multiples bouleversements urbanistiques qu'à connu Paris au cours des siècles. Elle est aujourd'hui sans doute a plus ancienne boutique de Paris, un lieu étroit, témoin toutefois de nombre d'évènements.

L'activité y a en effet changé au cours des siècles, mais sous la Révolution, le barbier qui y exerçait aurait eu pour client des révolutionnaires célèbres, dont Robespierre, avant qu'il ne rejoigne les charrettes des condamnés à la guillotine qui passaient dans la rue.

La boutique a également échappé aux coups de canon que Bonaparte a fait tirer dans le quartier pour mettre fin à une rébellion royaliste.

Et comme elle a su s'inscrire dans le temps, elle abrite désormais un antiquaire.

 

Escalier reconstruit selon un modèle de l'époque de la construction de la boutique.

Escalier reconstruit selon un modèle de l'époque de la construction de la boutique.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 21:09

Si vous parcourez le Quartier Latin et vous rapprochez du Sénat, peut-être verrez vous cette fontaine?

Située dans l'actuelle rue garancière, elle était adossée à un des murs du Petit Luxembourg, où résidait en 1715 Anne de Bavière, qui voulait donner aux Parisiens un accès à de l'eau potable.

La fontaine, qui n'a aucune fonction décorative (j'ai un peu de mal à voir le lion qu'elle est supposée figurer) tire son nom de celle qui a choisit de la créer. Elle est ainsi devenue la fontaine palatine et, en raison de son utilité, a été réinstallée après la destruction du palais auquel elle était adossée.

Fontaine Palatine à Paris
Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 16:03
L'immeuble Félix Potin rue de Rennes à Paris

Changer ses habitudes de déplacement permet de découvrir des bâtiments originaux dans les rues de Paris.

L'immeuble Félix Potin est une de ces curiosités, qui attire immanquablement l'oeil du passant, par la taille du bâtiment, par son style Art nouveau et par le campanile qui le surplombe et arbore le nom du premier occupant.

C'est toute une époque qui s'impose à cette évocation dans notre imagination, pas nécessairement vécue puisque la marque a disparue en 1995 après une longue période où la société a périclité.

Restent des publicités, des objets très "vintages" et l'image de cet épicier qui a bouleversé sa profession et contribué  au développement des grandes surfaces alimentaires et de la livraison à domicile.

L'immeuble Félix Potin rue de Rennes à ParisL'immeuble Félix Potin rue de Rennes à Paris
L'immeuble Félix Potin rue de Rennes à Paris

Félix Potin s'installe comme épicier en 1844. Il défend l'idée de produits accessibles à tous, développant même certaines filières, ce qui limite les marges des intermédiaires. En 1870, il refuse de profiter du siège de Paris pour augmenter ses tarifs et achète un des éléphants du zoo de Vincennes qu'il débite pour alimenter sa clientèle...

Son fils poursuit le développement de la marque, et multiplie le nombre de magasins dans Paris. Celui de la rue de Rennes est ouvert en 1904. Deux ans plus tard est construit à côté de lui le Grand Magasin (aujourd'hui la FNAC, avec un immeuble désormais vitré dans lequel se reflète celui de Félix Potin).

C'est le début des grands magasins, sur lesquels l'Art nouveau a laissé son empreinte (à l'exemple des galeries Lafayette en 1912 qui ont recours au talent de Majorelle et de Grüber pour sa coupole).

Le 140 rue de Rennes est confié à l'architecte Paul Auscher.

L'immeuble Félix Potin rue de Rennes à Paris
L'immeuble Félix Potin rue de Rennes à Paris

On retrouve dans cette façade les arrondis, la forme des fenêtres, les balcons si caractéristiques de l'Art nouveau.

A l'origine, dans ces étages se côtoyaient de multiples  catégories de produits, de l'alimentation à la parfumerie, un rayon traiteur, des espaces de restauration... 

Un lieu à découvrir, entre la tour Montparnasse et Saint Germain des Près.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 20:54
Les stations fantômes du métro de Paris

A l'inverse de la station Arts et métiers, dont le design original, conçu par Benoît Porters et François Schuiter, qui évoque le Nautilus du capitaine Nemo de Jules Verne, certains quais ne sont jamais apparus au regard des voyageurs, ou ont été fermés depuis de très nombreuses années.

L'organisation des transports évolue, le tracé des lignes également, pour répondre aux besoins de déplacements, à des enjeux d'aménagement... Dès lors, certains projets voient le jour et d'autres non, à l'exemple de la station Haxo, qui possède un quai mais ne dispose d'aucun accès extérieur...

La seconde guerre mondiale a aussi justifié la fermeture de certaines stations, dont certains n'ont jamais été ouvertes, à l'exemple de Croix rouge.

Dans Paris, onze stations de métro sont aujourd'hui loin du trafic. Dix sont des stations fantômes, la onzième, Porte des Lilas, étant réservée aux tournages de films, le nom de la station changeant au grès des besoins...

Elle pourrait être en effet n'importe quelle station. Les autres fantômes, dont certaines ont pu être utilisées comme lieu d'exposition (Saint Martin) ou de stockage, subissent davantage les affres du temps et les tags, rarement très esthétiques.

Certains de ces lieux pourraient bénéficier d'une seconde vie, comme le laissent supposer les projets d'aménagement de la station Arsenal, avec  des propositions variées qui vont de la piscine à la discothèque, en passant par un restaurant ou un espace de verdure... Autant de destinations qui semblent elles-aussi devenues fantômes depuis le début du confinement...

Les stations fantômes du métro de Paris
Les stations fantômes du métro de Paris
Les stations fantômes du métro de Paris
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:09
Toulouse-Lautrec et ses affiches

Une exposition se tient actuellement au Grand Palais à Paris, sur l'oeuvre de Toulouse-Lautrec. 

Je vous propose d'y faire une petite incursion, en nous arrêtant sur un seul aspect de la production de l'artiste : ses affiches.

La première, qui illustre ces quelques lignes, fait partie des plus connues et présente Aristide Bruand, célèbre chansonnier de la fin du XIXème siècle, au verbe franc et au langage coloré... Au style inimitable aussi, avec cette écharpe rouge si caractéristique.

L'affiche préfigure ce qui sera le style Toulouse-Lautrec, à partir d'une lithographie qui présente des personnages aux traits simplifiés avec de larges aplats de couleurs contrastées.

Toulouse-Lautrec et ses affiches
Toulouse-Lautrec et ses affiches
Toulouse-Lautrec et ses affiches

Toulouse-Lautrec illustre la vie parisienne, ou plus précisément celle de Montmartre et des cabarets, célèbre quelques danseuses dont Jane Avril et la Goulue.

Ses affiches mettent aussi en lumière des spectacles, des revues également...

Toulouse-Lautrec et ses affiches
Toulouse-Lautrec et ses affiches
Toulouse-Lautrec et ses affiches

La dernière affiche met en valeur la technique du crachis, ou projection d'encre sur la pierre de la lithographie.

La composition est toujours simple, et les couleurs contrastées.

Les thématiques s'élargissent parfois, jusqu'à valoriser une course de bicyclettes...

Toulouse-Lautrec et ses affiches
Toulouse-Lautrec et ses affiches
Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 15:03
Gien et le métro de Paris
Gien et le métro de Paris

De la faïencerie de Gien, on a souvent l'image de vases magnifiques, ou de décors de cheminée.

Mais la faïence a également pour caractéristique de refléter la lumière. C'est ce qui a décidé Hector Guimard à utiliser dans l'espace public, en l'occurrence le métro parisien, ce matériau alors réservé  à un usage privé, notamment dans les salles de bains qui se développent dans les maisons bourgeoises à la fin du XIXème siècle et début du XXème siècle.

Gien remporte en 1906 plusieurs lots des marchés attribués par la compagnie Nord Sud. Elle intervient notamment sur la ligne A aux stations Saint Georges, Notre Dame de Lorette et Trinité,  et sur la ligne B aux stations place de Clichy, place de Saint- Ouen, porte de Clichy et porte de Versailles.

Ces lignes ont été profondément remaniées depuis, mais de stations subsistent de cette époques, avec leurs carreaux blancs rectangulaires biseautés, chargés d'améliorer la luminosité des lieux.

 

Gien et le métro de Paris
Gien et le métro de Paris
Gien et le métro de Paris
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 15:04
Janet : lettres de France

En 1922, Janet Flanner arrive à Paris. Elle est Américaine, journaliste et se rêve auteure.

Dans les années 1920, de nombreux Américains vivent à Paris, dont Hemingway, Germaine Stein, Berenice Abbott, mais la ville attire aussi nombre d'artistes de tous les horizons : Picasso, Chagall... La ville bouillonne, ivre de l'insouciance de ces années folles.

Janet s'en fait l'écho outre-Atlantique en rédigeant des lettres de Paris qui retracent cette insouciance. Elle développe le journalisme littéraire mêlant récits de la vie quotidienne de la ville lumière, portraits...

Elle voyage beaucoup, retranscrit l'évolution de l'Europe et peu à peu, tout en gardant un ton mordant, les sujets se font plus sérieux. La politique s'installe dans les lettres de Janet alors que le fascisme s'organise.

Bien après la guerre, elle continuera ses articles, observatrice d'une société en pleine mutation.

Janet, c'est le journalisme, l'Histoire qui s'écrit mais c'est aussi une femme, avec ses doutes, ses appétits, ses inclinaisons.

Michèle Fitoussi en dresse un portrait tout en finesse, sans omettre ses faiblesses et contradictions, ce qui la rend peut-être aussi attachante.

Un bel hommage à une femme libre, témoin d'un siècle dont elle a su retranscrire avec brio les évolutions.

 

Partager cet article
Repost0