Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2020 1 26 /10 /octobre /2020 12:45
Hammourabi, le "roi parfait" de Babylone

Babylone évoque dans l'imaginaire collectif une somptueuse cité antique, avec ses jardins suspendus et ses remparts (qui figuraient parmi les huit merveilles du monde).

Cette image est le résultat des travaux d'aménagement réalisés notamment par Nabuchodonosor, qui est aussi à l'origine de l'exil des Juifs et ne jouit pas, de ce fait, d'une réputation très flatteuse dans l'Ancien testament. Ce règne, qui se situe vers 600 avant Jésus Christ est pourtant emblématique du renouveau de Babylone.

Mais la cité est beaucoup plus ancienne et c'est un autre roi de Babylone, également célèbre, que je souhaite évoquer aujourd'hui. Remontons donc encore un peu le temps, entre 1790 et 1750 environ avant Jésus-Christ.

Hammourabi, le "roi parfait" de Babylone

Babylone n'est alors qu'une petite principauté, sans doute moins célèbre que Mari, Uruk, Ninive, Akkad ou Eshnunna, des villes voisines.

Hammourabi va peu à peu conquérir chacun de ces territoires, parfois grâce à des alliances, qui évoluent au grès des conquêtes et des enjeux. Mari, par exemple, est longtemps une alliée, avant de succomber à une attaque d'Hammourabi.

Mais toute extension de territoire suppose une organisation garantissant une certaine homogénéité, qui passe par des règles de droit similaires dans toutes les régions du Royaume.

Code d'Hammourabi

Code d'Hammourabi

C'est ce dont témoigne le Code d'Hammourabi, une stèle de basalte de plus de 2 mètres de haut, découverte à Suse et conservée désormais au Louvre.

La scène qui domine la stèle représente Hammourabi recevant l'investiture du dieu Shamash (le soleil, associé à la justice). Puis est gravé un long prologue qui rend hommage à l'œuvre du roi et à sa sagesse.

Vient ensuite ce qui pourrait s'apparenter à un recueil de décisions juridiques. En 282 textes, il traite de la famille, de l'esclavage, de la propriété, de transactions commerciales, de certaines professions., etc. 

C'est le corpus juridique le plus complet qui a traversé les âges depuis l'Antiquité et qui évoque déjà certaines notions telles que la présomption d'innocence, la preuve de la culpabilité et des sanctions sévères, assimilables, du moins quand il est fait atteinte à la vie ou à l'intégrité d'un des membres de la caste supérieure, à la loi du Talion. Il existe, en effet, trois catégories sociales, pour lesquelles les sanctions sont différentes, un esclave n'ayant pas la valeur d'un homme libre et encore moins celle d'un notable.

Hammourabi, le "roi parfait" de Babylone

Ces règles, qui ont pu inspirer d'autres textes, offrent un témoignage remarquable de l'organisation sociale à Babylone.

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 20:36
Photographie A. Attini

Photographie A. Attini

Le terme de "querelles" est sans doute léger compte tenu de la violence des conflits qui ont opposés les Guelfes et les Gibelins et qui sont à l'origine de cette place. conflits qui naissent au tout début du XIIème et prospèrent au siècle suivant.

Au XIème et XIIème siècle, Florence s'est progressivement émancipée de l'influence de l'empereur, jouant notamment le pape Grégoire VII contre l'empereur Henri IV, à qui l'entrée de la ville est interdite en 1097.

Elle se développe démographiquement (la ville compte 30 000 habitants à la fin du XIIème siècle) et économiquement, acquiert quelques privilèges et se dote d'un gouvernement qui associe noblesse et bourgeoisie dans un équilibre souvent précaire.

Mais il est difficile d'ignorer les puissances étrangères, notamment l'Empire germanique que revendiquent à la fois Othon de Brunswick (que soutiennent les Guelfes) et Frédéric II de Hohenstafen (dont les partisans sont les Gibelins).

Parmi les grandes familles de Florence, un relatif équilibre en nombre existe entre Guelfes et Gibelins.

En 1216, la guerre éclate, sous un prétexte sans lien apparent avec la succession impériale, avec le meurtre d'un jeune noble (Buondelmonte dei Buondelmonti) qui a refusé d'épouser la jeune fille qui lui était promise et lui en a préféré une autre, d'un clan rival.

Les deux camps s'opposent violemment et si les Guelfes finissent par l'emporter, les vainqueurs se succèdent au pouvoir, exilant ou tuant les vaincus et détruisant leurs somptueux palais.

En ces lieux, rien ne doit renaître.

C'est ainsi qu'est née la place de la Seigneurie.

 

Photographie panoramique Matthias Kabel

Photographie panoramique Matthias Kabel

Il est impossible de visiter Florence sans traverser cette place, autour de laquelle, ironie de l'histoire ou fruit de la situation géographique,  ont été construits de nombreux bâtiments qui incarnent le pouvoir, dont le palazzo Vecchio, au beffroi caractéristique, construit entre 1299 et 1314,qui a abrité le gouvernement de Florence.

Il a également été un temps la résidence de Cosme 1er de Médicis avant de retrouver sa fonction gouvernementale. Ce palais est encore pour partie l'hôtel de ville. 

Une belle alliance entre les arts et le pouvoir.

 

Une place née de vieilles querelles florentines

La place de la Seigneurie a été le témoin de l'histoire tumultueuse de Florence.

Elle est aujourd'hui beaucoup plus paisible, même si elle attire de nombreux visiteurs et accueille encore nombre de rassemblements.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 20:54
Les stations fantômes du métro de Paris

A l'inverse de la station Arts et métiers, dont le design original, conçu par Benoît Porters et François Schuiter, qui évoque le Nautilus du capitaine Nemo de Jules Verne, certains quais ne sont jamais apparus au regard des voyageurs, ou ont été fermés depuis de très nombreuses années.

L'organisation des transports évolue, le tracé des lignes également, pour répondre aux besoins de déplacements, à des enjeux d'aménagement... Dès lors, certains projets voient le jour et d'autres non, à l'exemple de la station Haxo, qui possède un quai mais ne dispose d'aucun accès extérieur...

La seconde guerre mondiale a aussi justifié la fermeture de certaines stations, dont certains n'ont jamais été ouvertes, à l'exemple de Croix rouge.

Dans Paris, onze stations de métro sont aujourd'hui loin du trafic. Dix sont des stations fantômes, la onzième, Porte des Lilas, étant réservée aux tournages de films, le nom de la station changeant au grès des besoins...

Elle pourrait être en effet n'importe quelle station. Les autres fantômes, dont certaines ont pu être utilisées comme lieu d'exposition (Saint Martin) ou de stockage, subissent davantage les affres du temps et les tags, rarement très esthétiques.

Certains de ces lieux pourraient bénéficier d'une seconde vie, comme le laissent supposer les projets d'aménagement de la station Arsenal, avec  des propositions variées qui vont de la piscine à la discothèque, en passant par un restaurant ou un espace de verdure... Autant de destinations qui semblent elles-aussi devenues fantômes depuis le début du confinement...

Les stations fantômes du métro de Paris
Les stations fantômes du métro de Paris
Les stations fantômes du métro de Paris
Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 16:43
Place Tiananmen

La place de la porte de la Paix céleste doit son nom à l'immense porte qui la borde au nord et qui commandait l'entrée de la Cité interdite. Elle est le lien entre la Chine impériale et la Chine communiste, puisque c'est du balcon de cette porte que Mao Zedong a proclamé la République populaire de Chine le 1er octobre 1949. Le mausolée de ce dernier se dresse au centre de la place, non loin du monument aux héros du peuple.

Cette place est un symbole, un lieu témoin de nombreux  événements . L'un d'eux a eu lieu entre le 16 avril et le 4 juin 1989.

La Chine s'ouvre alors depuis quelques années à l'économie de marché. Elle souhaite également se réconcilier, après des années de brouille, avec la Russie. Une visite de M. Gorbatchev est prévue en mai, qui justifiera l'arrivée de 600 journalistes du monde entier et la couverture médiatique sans précédant d'un "printemps" très vite réprimé.

Place Tiananmen

Les années 1980 voient, au sein du Parti communiste chinois, s'affronter régulièrement conservateurs et réformateurs. Hu Yaobang est un de ces derniers. Ancien secrétaire général, il est notamment connu pour avoir réhabilité de nombreuses victimes de la Révolution culturelle, et pour avoir été le premier à présenter des excuses au Tibet pour les actions que la Chine y a menées.

Il est limogé en janvier 1987, suite à une manifestation étudiante. Ces dernières sont relativement nombreuses. Elles dénoncent notamment la corruption qui gangrène le pays dans ce contexte d'ouverture économique et demandent un peu de libertés.

Hu Yaobang décède le 15 avril 1989. Dès le lendemain, étudiants et intellectuels réclament des funérailles nationales et présentent sept revendications, dont la réhabilitation de Hu Yaobang et des victimes du régime. Il est également demandé à ce dernier de reconnaître ses erreurs. Parmi les revendication figurent aussi la liberté de la presse et celle de manifester.

Des funérailles nationales sont organisées mais la délégation étudiante qui souhaitait lui rendre hommage est refoulée.

 

Place Tiananmen

Le 27 avril, un million d'étudiants se retrouvent sur la place Tiananmen. Le 13 mai, la place est occupée et une grève de la faim débute. Ailleurs en Chine, de nombreuses manifestations se développent.

Dans le gouvernement, le camp des réformateurs, mené par Zhao Ziyang s'oppose à celui des conservateurs, conduit par Li Peng.  Le premier est arrêté le 18 mai et dès le 20 mai une loi martiale interdit tout rassemblement.

Dans un premier temps, alors que les intellectuels demandent aux étudiants d'évacuer la place, la population bloque l'avancée de l'armée et tente de fraterniser.

Mais dans la nuit du 3 juin commence une terrible répression. L'armée ouvre le feu, faisant des centaines ou plus vraisemblablement des milliers de morts dans Pékin. Des milliers de personnes sont aussi arrêtées et condamnées...

Partager cet article
Repost0
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 21:05
Lever la tête et découvrir des merveilles...

... C'est ce à quoi nous invite Peter Li, architecte et photographe britannique.

Il s'est prêté à l'exercice dans de nombreuses églises et cathédrales, en différents lieux, à différentes heures et saisons. Le résultat est impressionnant.

Les édifices présentés sont Saint James , la cathédrale de Southpark, celle de Saint Paul (au centre), , All Saints Margaret, et enfin l'église Grundvigs à Copenhague .

Lever la tête et découvrir des merveilles...Lever la tête et découvrir des merveilles...
Lever la tête et découvrir des merveilles...Lever la tête et découvrir des merveilles...
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 20:55

Le masque est commun à de nombreuses sociétés, avec une signification qui peut être totalement différente d'un lieu à l'autre. En Europe subsiste à notre époque le masque de carnaval, celui derrière lequel on se dissimule, ou au contraire on se fait remarquer, et qui permet de s'affranchir des interdits le temps de cette fête où l'ordre social s'inverse.

Il nous reste aussi le masque du clown, lointain avatar sans doute du théâtre grec, où le masque traduisait le comique, ou le tragique.

Mais le masque peut aussi traduire un statut ou un rôle social, permettre d'assurer un équilibre dans la société des hommes et en lien avec leur environnement, avec la nature comme avec les esprits, entre les vivants et les morts.

En Afrique, le masque joue ce rôle de médiation.

Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre

Parler de masques africains est sans doute très réducteur, car chaque pays voire chaque ethnie, dispose de codes qui lui sont propres, de modalités de représentation différentes, qui s'expriment notamment dans l'usage de formes géométriques, de références aux animaux, de traits plus ou moins ressemblants ou exagérés.

Tous les masques présentés ici, qui sont conservés au musée du quai Branly, ne font l'objet de que quelques explications, sans doute trop sommaires eu égard à cette diversités des peuples et des coutumes. Ils ont cependant en commun une présence incroyable.

Le premier masque, le masque de singe, est originaire du Mali et est utilisé pour représenter un des esprits de la brousse lors de funérailles. Le second, qui vient de Côte d'Ivoire, représente une créature hybride, entre antilope, panthère et crocodile. Il aurait été porté par des sorciers lors de cérémonies strictement masculines.

Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre

Le premier de ces trois nouveaux masques est originaire du Congo. Ses stries représentent soit les rayures de l'antilope, soit les galeries empruntées, dans les mythes des Songye, par les esprits venus fonder la confrérie, soit le parcours labyrinthique des initiés de cette société. La disparition des traditions rendent aujourd'hui difficile l'appréhension des motifs de certains masques et de leur usage.

Le masque Kwele qui le suit vient de la limite entre le Gabon et le Congo et incarne les esprits bienfaisants de la forêt, qui aident les jeunes à passer à l'âge adulte et les morts à passer vers l'au-delà.

Le dernier, toujours issu du Congo, servait aux séances de divination.

Masques africains : vecteurs d'équilibre

Les masques africains ont parfois été collectionnés par les artistes occidentaux de la première moitié du XXème siècle, sans doute pour leur aspect figuratif. Tel est le cas par exemple de ce masque Krou, que possédait Picasso, qui témoigne qu'un œil n'est pas nécessairement représenté par un creux, mais qu'il peut l'être au contraire par un rondin de bois qui sort du masque et occupe un espace plein. De quoi bouleverser la conception des formes...

Pour mieux en apprécier la diversité, en voici quelques autres exemples, simplement pour l'esthétique.

Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Masques africains : vecteurs d'équilibre
Partager cet article
Repost0
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 10:44
Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres : origines et significations

A l'entrée principale de la cathédrale de Chartres, si les bancs ou les chaises ne le dissimulent pas, le visiteur pourra apercevoir un motif peu courant dans un tel lieu, dessiné à même la pierre sur le sol : un labyrinthe.

Ce motif a été créé en même temps que l'édifice, vers l'an 1200. A l'époque, il n'était pas unique puisque les textes anciens font mention de labyrinthes à Sens ou à Auxerre par exemple. Mais ailleurs, le temps, les destructions et les rénovations successives ont eu raison de ces réalisations, dont le sens était par ailleurs perdu.

Dans le monde profane, ces formes ont subsisté. Elles sont notamment présentes dans certains jardins du Val de Loire où elles évoquent sans doute quelques jeux de courtisans, assez loin peut-être de la référence du Minotaure, de la mort et de la délivrance qu'offre Thésée aux Athéniens offerts chaque année en sacrifice à la bête, lui-même étant sorti de ce piège grâce au fil d'Ariane.

Dans une cathédrale, le message de ce labyrinthe ne peut qu'être spirituel et le dessin de la pierre servir sans doute à l'origine à quelques célébrations particulières.

Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres : origines et significations

La forme du labyrinthe est particulière. Il n'y a ici qu'un seul chemin et pour celui qui y persévère nul risque de se perdre. Mais chaque fois que l'on pense arriver au centre, le chemin s'en écarte, à l'image de la vie et des nombreux imprévus qui dévient nos trajectoires.

Ce chemin est aussi la voie vers la rédemption ou la résurrection.

Cela semble d'ailleurs être la signification d'un rite dont il a été retrouvé trace dans d'anciens textes, non à Chartres mais dans d'autres églises où existaient des labyrinthes.

Pour Pâques, un prêtre suivait le chemin jusqu'au centre. Il lançait alors aux fidèles réunis autour du labyrinthe, une pelote de fil jaune, qui lui était renvoyé. Une jolie façon de donner un sens chrétien au fil d'Ariane, le prêtre symbolisant le Christ et offrant aux fidèles le chemin vers la résurrection.

Au Moyen-Age, les Chrétiens parcouraient le chemin du labyrinthe à genoux. Aujourd'hui, il est toujours poursuivre de suivre cette voie en marchant, le labyrinthe, souvent couvert par des bancs ou des chaises, étant accessible tous les vendredi après-midi. Chacun peut emprunter ce chemin sinueux, qu'il soit croyant ou pas, pour prier, méditer, ou simplement prendre le temps de suivre cette voie.

Et cette cathédrale recelant bien des trésors et des mystères, j'aurais sans doute à nouveau l'occasion d'écrire à son sujet.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 15:03
Gien et le métro de Paris
Gien et le métro de Paris

De la faïencerie de Gien, on a souvent l'image de vases magnifiques, ou de décors de cheminée.

Mais la faïence a également pour caractéristique de refléter la lumière. C'est ce qui a décidé Hector Guimard à utiliser dans l'espace public, en l'occurrence le métro parisien, ce matériau alors réservé  à un usage privé, notamment dans les salles de bains qui se développent dans les maisons bourgeoises à la fin du XIXème siècle et début du XXème siècle.

Gien remporte en 1906 plusieurs lots des marchés attribués par la compagnie Nord Sud. Elle intervient notamment sur la ligne A aux stations Saint Georges, Notre Dame de Lorette et Trinité,  et sur la ligne B aux stations place de Clichy, place de Saint- Ouen, porte de Clichy et porte de Versailles.

Ces lignes ont été profondément remaniées depuis, mais de stations subsistent de cette époques, avec leurs carreaux blancs rectangulaires biseautés, chargés d'améliorer la luminosité des lieux.

 

Gien et le métro de Paris
Gien et le métro de Paris
Gien et le métro de Paris
Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 14:42
photographie Marcello Bertinetti

photographie Marcello Bertinetti

La place Navone est un des lieux de rendez-vous incontournables et un des emblèmes baroques de Rome. Elle constitue aussi un bel exemple de persistance urbaine.

Elle entoure en effet un stade construit au Ier siècle de notre ère. Ce style de bâtiment, d'origine grecque, a peu prospéré chez les Romains qui lui préféraient le cirque (où avaient lieu les courses de chevaux) et l'amphithéâtre (où se déroulaient les combats de gladiateurs).  Le stade accueillait les courses à pied, les lancers de disque et de javelot, mais aussi certains combats : la lutte (à mains nues et respectant un certain nombre de règles), le pancrace (toujours à mains nues, tous les coups étant permis) et le pugilat, plus sanglant, où les combattants étaient équipés de gants composés de lanières de cuir incrustées de morceaux de métal.

Un urbanisme modelé par la présence d'un stade romain

Ce qui reste du stade de Domitien, qui pouvait accueillir jusqu'à 30 000 personnes, repose désormais quelques mètres sous l'actuelle place et les caves des maisons qui l'entourent recèlent encore bien des vestiges de cette lointaine époque.

Le lieu a été utilisé par des orateurs ou pour le marché, les habitations étant maintenues hors du périmètre par les gradins qui ont subsisté très longtemps.

La place est réaménagée au XVIIème siècle sur la décision du pape Innocent X. Le reste de gradins est démonté, l'église sainte Agnès construite, les maisons alignées, et des bassins sont créés pour aménager la place.

Un urbanisme modelé par la présence d'un stade romain
Un urbanisme modelé par la présence d'un stade romain

Les plus grands architectes de l'époque sont sollicités, dont le Bernin pour la fontaine centrale et Borromini pour l'église.

La discorde séparant les deux architectes a été, selon les Romains, traduite dans la gestuelle des statues, l'une tombant à la renverse devant la laideur de l'édifice, l'autre tournant ostensiblement la tête pour ne pas voir la fontaine...

Un urbanisme modelé par la présence d'un stade romain
Un urbanisme modelé par la présence d'un stade romain
Partager cet article
Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 09:22
Comment fragiliser un château fort?

Le site avait été soigneusement choisi par Richard Cœur de Lion pour que le château le surplombant soit imprenable. Le nom de la forteresse (Château-Gaillard) traduit cette ambition.

Sa construction s'inscrit dans le cadre des luttes qui opposent les Anglais (les souverains britanniques étant ducs de Normandie depuis Henri II Plantagenêt, le père de Richard) et la France (le roi Philippe Auguste).

La falaise sur laquelle s'élève le château est située dans l'actuel département de l'Eure, plus précisément dans la commune des Andelys, à une centaine de kilomètres de Paris.

Le château, terminé en 1198, se distingue par de nombreuses innovations défensives (muraille festonnée, système de mâchicoulis, courtines flanquées de tours circulaires). Richard Cœur de Lion meurt l'année suivante. Quatre ans plus tard, le roi de France assiège le château. La faim doit avoir raison des défenseurs et, de fait, c'est ainsi que mourront de nombreux villageois venus se réfugier dans l'enceinte du château.

Mais c'est une erreur de conception qui aura raison de la résistance de la place-forte. Jean Sans Terre y a en effet fait installer une chapelle, dont les fenêtres sont plus basses que l'ensemble de la construction et donc plus accessibles aux assaillants. Il n'est pas difficile d'imaginer la suite...

Les assaillants, pour éviter d'avouer leur sacrilège (entrer en armes dans une église) ou peut-être ridiculiser leurs ennemis, auraient annoncé être entrés par la montée des latrines. Le "mythe" demeure et la chute d'un site dit imprenable a finalement tenu à peu de choses...

 

Partager cet article
Repost0