Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 12:24
Dentelles d'Alençon
Dentelles d'AlençonDentelles d'Alençon

Elle fut longtemps la reine des dentelles, la plus souple, la plus soyeuse, la plus chère aussi.

La dentelle d'Alençon est une dentelle à l'aiguille, travaillée à partir d'un modèle sur carton, ce qui lui vaut parfois d'être appelée velin.

Elle acquiert ses lettres de noblesse et sa notoriété sous l'impulsion d'une femme, Marthe Laperrière, qui souhaitant donner à son travail plus de finesse, à l'exemple de la dentelle de Venise, alors la référence en Europe, crée un nouveau point : le point d'Alençon; Elle initie d'autres dentellières et a l'idée de diviser le travail en plusieurs tâches, chaque couturière étant affectée à une des étapes de l'ouvrage.

Dentelles d'Alençon

A cette époque, à la Cour, hommes et femmes portent de la dentelle. Ce travail d'aiguille constitue donc un enjeu économique d'importance, ce qui explique la création de manufactures sous l'impulsion de Colbert.

La production de dentelle à Alençon devient ainsi manufacture royale en 1665, et le point de Venise est imposé, ce qui nécessite pour les dentellières de s'adapter. Elles s'émancipent toutefois rapidement et développent raidement le point de France (image ci-dessus).

Lors que le monopole royal cesse, la manufacture produit un point d'Alençon magnifié par l'expérience et la créativité de ses dentellières, qui sont plus de 8 000 à l'apogée de cette "industrie".

Dentelles d'Alençon
Dentelles d'Alençon
Dentelles d'Alençon

Les motifs évoluent au fil des siècles. le point d'Alençon s'allège, puis renoue avec une ornementation riche, part.iculièrement sous le 2nd Empire.

Cette dentelle de qualité cède ensuite le pas face une mode qui évolue et à une dentelle industrielle moins coûteuse.

Repost 0
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 20:14

Les coquillages nous surprennent toujours dans la variété et la délicatesse de leurs formes, de leurs couleurs également.

C'est sans doute une des raisons pour lesquelles il sont très tôt devenus dans l'histoire de l'humanité objets d'échange et de prestige.

Les parures étaient nées, à l'exemple de ce collier précolombien, constitué de fragments de spondyles, difficiles à trouver et nécessitant un grand savoir faire pour leur assemblage.

Collier précolombien en coquillage (fragments de spondyle)

Collier précolombien en coquillage (fragments de spondyle)

Depuis, l'usage des coquillages en joaillerie n'a cessé de se perfectionner, avec bien sûr l'usage de la nacre et des camées de coquillages, à l'exemple de cette broche du XIXème siècle.

Le coquillage devient bijou

Les coquillages ont inspiré de nouvelles formes, travaillées en or ou en argent, mais ils ont également été sertis de pierres précieuses pour en rehausser l'éclat.

Les clips d'oreilles de Seaman Schepps, joailler américain, en constituent une belle illustration.

Le coquillage devient bijou
Le coquillage devient bijou

Et que dire de cette superbe parure, signée Gilbert Albert (joaillier suisse du début du XXème siècle), qui magnifie la splendeur d'un ptérocère ?

Le coquillage devient bijou

Et pour terminer, un peu plus de simplicité (très relative) avec cette coiffe de coquillage, organisée en couronne de fleurs.

 

Le coquillage devient bijou
Repost 0
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 18:34
Un quatuor insolite

Voici un quatuor improbable, qui regroupe quatre chaussures conçues en un seul ensemble et cousues sur une semelle unique.

Ce pourrait être une oeuvre d'art baptisée l'indécision.

Son nom est en réalité Quatuor. Le moment de surprise  passé, un examen plus attentif de cet objet singulier met en exergue qu'aucun des modèles de chaussures n'est identique, au niveau des coutures, de la forme (bouts rond, asymétrique, carré avec angle et carré atténué), des  laçages également...

Un quatuor insolite

Car ce quatuor est un chef d'oeuvre de réception, autrement dit l'oeuvre que doit produire un compagnon du devoir, ici un coordonnier-bottier, à la fin de sa formation pour témognage de sa maîtrise des subtilités techniques de son art.

Un défi réalisé en 2002 et signé Patrice Coué.

Repost 0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 18:47
L'art de compter
L'art de compter

La rentrée est déjà loin et chacun a eu l'occasion de prendre ses marques, de découvrir peut-être aussi les possibilités offertes par les calculatrices électroniques.

Je vous propose d'oublier un instant les écrans, les courbes ou autres résultats de fonctions complexes pour remonter le temps et retrouver un bel objet traditionnel dont l'usage a longetmps perduré : le boulier.

Cet objet est un des premiers à avoir aidé les hommes à compter, avec l'abaque. En Chine, il apparaît, tel que nous le connaissons au XIIIème siècle, et dans de nombreux pays, il continue à servir à de nombreux commerçants. Ce peut aussi être un bon outil d'apprentissage de l'arithmétique.

Mais comment cela fonctionne?

Ce ne sont que quelques boules sur une trame de bois, le tout rangé ici dans un joli coffret aux motifs asiatiques. Dans la trame supérieure se situent deux boules, dans celle du bas cinq. Si on s'en tient au nombre entier, la colinne de droite représente les unités, la suivante les dizaines, ,celle d'après les centaines, etc...

Ainsi, pour indiquer le chiffre six, on. utilise une boule de la première colonne de droite en haut et une en bas. En effet, jusqu'à quatre, les boules de la partie inférieur sont utilisées, pour marquer le 5, on passe à la partie supérieure (2 boules de 5 = 10 => il sera temps alors de passer à la deuxième colonne, celle des dizaines). On rebaisse toutes les deux boules du haut de la première colonne et on monte une boule de la colonne du bas des dizaines.

La colonne de droite peut aussi devenir ligne si on tourne le boulier, les unités étaient placées en bas. Les additions seront donc opérées selon le schéma suivant.

L'art de compter

Si l'opération est relativement simple pour les additions et soustractions, elle se complique un peu pour la multiplication, et contrairement à la calculatrice, il est indispensable de connaître ses tables...

Pour les chiffres à virgule, il suffit de décaler les lignes et de repérer où l'on veut situer les unités.

Certains calculs plus complexes seraient également réalisables sur cet objet, mais je dois avouer qu'ils m'échappent à peu... Restons donc à l'arithmétique de base.

Repost 0
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 10:51
Enseignes alsaciennes

Dans le centre touristique de Riquewihr en Alsace, les maisons colorées se succèdent, de même que les enseignes qui attirent le chaland vers les nombreuses boutiques.

La spécialité de ces dernières est souvent annoncée, alors que le dessin de l'enseigne est suffisamment explicite pour que la mention écrite apparaisse superflue.

En voici quelques exemples.

Enseignes alsaciennes
Enseignes alsaciennes
Enseignes alsaciennes
Repost 0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 09:07
Encriers et écritoires Art nouveau
Encriers et écritoires Art nouveauEncriers et écritoires Art nouveau

Depuis l'invention de l'encre, les hommes n'ont eu de cesse d'améliorer la conservation de ce précieux liquide, de faciliter son transport également, ce jusqu'à l'invention de la cartouche ou du stylo bille qui commencent à s'imposer à partir des années 1965.

A la Renaissance, encriers et écritoires deviennent des objets d'apparat.

Quelques siècles plus tard, alors que l'écriture s'est démocratisée, l'Art nouveau, qui investit le mobilier et la décoration, ne pouvait pas ignorer ces objets de la vie quotidienne.

Encriers et écritoires Art nouveauEncriers et écritoires Art nouveau
Encriers et écritoires Art nouveauEncriers et écritoires Art nouveau

Les motifs floraux et lignes gracieuses de l'Art nouveau investissent les matériaux les plus divers, du bronze au grès flammé, en passant par l'argent ou l'étain.

Encriers et écritoires Art nouveau
Encriers et écritoires Art nouveau
Encriers et écritoires Art nouveau
Encriers et écritoires Art nouveau

De très beaux objets, qui donneraient envie de prendre la plume...

Repost 0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 13:20
Un abribus peu ordinaire (la pieuvre de Brno)

Jan Kaplicky est un architecte tchèque, fondateur de la société Future system, à l'origine notamment du centre commercial Selfridges à Birmingham, qui s'est toujours distingué pour ses créations originales, inspirées en partie du monde animal (écailles...)

Il est décédé en 2009 après avoir suscité une vive polémique autour d'un de ses nouveaux projets pour la bibliothèque de Prague, dont la coque ressemblait à une pieuvre géante.

Ce projet n'a jamais été réalisé, mais en hommage à ce créateur, la ville de Brno, en Moravie, a repris cette idée de pieuvre et l'a transformé pour en faire un abribus. Une belle façon de faire vivre l'idée à un coût très raisonnable.

Un abribus peu ordinaire (la pieuvre de Brno)
Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 18:04

Quelques enseignes en Alsace qui mettent en valeur la gastronomie locale et l'art de recevoir.

Enseignes alsaciennesEnseignes alsaciennes
Enseignes alsaciennesEnseignes alsaciennesEnseignes alsaciennes
Repost 0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 09:02

Le costume traditionnel japonais ne comporte pas de poche mais une large ceinture à laquelle étaient accrochés les objets usuels tels que les sacs à tabac ou à "médicaments". Pour faire contrepoids, de simples morceaux de bois à l'origine, qui au gré des siècles ont évolué pour devenir, à partir du XVIIème siècle, des ornements vestimentaires et afficher aussi la richesse de celui qui les portait.

Ces objets, les netsuke, sont réalisés dans divers matériaux, à l'origine en bois ou en corne, ils peuvent être aussi sculptés en ivoire, voire parfois en pierre précieuse.

Les sources d'inspiration sont nombreuses et la qualité des netsuke est très variable, d'autant qu'à la fin du XIXème siècle certains sont crées pour les Occidentaux qui s'intéressent depuis peu à l'Orient.

N'hésitez pas à cliquer sur les photographies pour mieux les apprécier.

Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Quand le quotidien devient art : les netsuke
Repost 0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 12:32

papillon.png Ce papillon pourrait incarner l'image de l'éphémère, qui désigne d'ailleurs l'ensemble des insectes dont le vie est si courte et que les Anglais baptisent du joli nom de mayfly.

Une fragilité et une fugacité qui caractérisent nos vies de façon plus générale, et sans doute certaines de nos activités .

Par sa saisonnalité, c'est ainsi que se conçoit l'univers de la création, de l'habillement peut-être plus particulièrement.

Quand la création s'inspire de la nature, le cercle est-il bouclé ou est-ce au contraire une manière de surmonter, ne serait-ce que peu de temps, l'éphèmère, de le prolonger au point peut-être d'en changer la consistance?

Une question difficile auxquelles nous invitent indirectement les réalisations d'Iris Van Herpen.

P1020614.JPG 

 

Cette robe fait partie de la collection Hybrid Holism.

 

Réalisée avec la la collaboration d'une architecte, Julia Koerner, cet ensemble de vêtements est inspiré de mico-organismes. Ce sont comme des carapaces articulées qui couvrent et protège le corps. P1020617.JPG

 

 

La lumière y joue, faisant varier la perception de l'observateur et donnant à ces habits comme une vie propre.

 

Les matériaux utilisés contribuent à cette impression : bandes de cuivre, de métal, de feuilles d'acryliques transparentes, de polymères, de cristaux également.

 

 

 

 

 

Je vous laisse profiter d'un plaisir éphèmère avec d'autres réalisations de la collection, présentées lors du défilé (2012-2013).

Iris-Van-herpen.png  Iris-Van-herpen-2.png

 

N'hésitez pas à cliquer pour agrandir les photographies car c'est le détail qui change tout...

Iris-Van-herpen-3.png

 

 

 

Repost 0