Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 13:59

La Convention de Washington interdit depuis 1973 le commerce de l'ivoire. C'est une victoire majeure pour la cause animale, même si elle reste régulièrement à conforter.

Mais pendant de nombreux siècles, la préservation des espèces n'est pas apparue comme un enjeu, alors que de nombreux animaux, dont les éléphants, n'ont été perçus que pour leur valeur d'usage, et leurs défenses comme une marchandise,  déversée en grande quantité dans les principaux ports d'Europe.

Certaines villes, dont Dieppe, se sont alors spécialisées dans le travail de ce matériau, et quelques artisans ont produit de véritables chefs-d'œuvre.

En voici un exemple, qui ne saurait plaider pour les opposants à l'accord de Washington, mais dont on ne peut nier la beauté.

D'ivoires et de voiles

Ce vaisseau de 80 canons, dénommé Ville de Dieppe, mesure 35 cm de haut sur 32 de large.

Offert à Napoléon et Marie-Louise en 1810, il est attribué à Louis-Charles-Vincent Belleteste, héritier d'une famille d'artisans de l'ivoire.

C'est un objet remarquable de finesse et de précision, entièrement réalisé en ivoire, y compris voiles et haubans, à l'exception de quelques éléments de placage de la coque, qui met en relief tant la qualité du matériau que la dextérité de son auteur.

Partager cet article
Repost0

commentaires