Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 21:40

Pour terminer la série du mois sur les maisons anciennes, je vous propose un détour par Collonges la Rouge, commune de Corrèze classée parmi les plus beaux villages de France, en raison de son environnement verdoyant et de ses maisons de grès rouge.

Parmi ces maisons, celle dite de la sirène, qui date du XVème ou du XVIème siècle.

Les deux photographies présente la même bâtisse, sous des angles différents.

La maison de la sirène
La maison de la sirène

Cette maison tient son nom d'une petite sculpture sur un des côtés de la porte. Une autre lui fait face, représentant un homme aux longs cheveux sur un dauphin, mais le charme de la sirène l'a emporté, ou sa mauvaise réputation,..

Cette maison, qui abrite les amis de Collonges, est régulièrement ouverte et propose au visiteur de découvrir un intérieur traditionnel.

La maison de la sirène

Cette maison, qui abrite les amis de Collonges, est régulièrement ouverte et propose au visiteur de découvrir un intérieur traditionnel.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 21:32
La maison de l'Alchimiste

Cette maison, située au 51 rue de Montmorency dans le 3ème arrondissement et construite en 1407, est la plus ancienne de Paris. Sa longévité est sans doute due au matériau utilisé, de la pierre calcaire, fait assez rare pour une maison en ce début du XVème siècle, où bois et torchis étaient la base de la plupart des maisons d'habitation, la pierre étant réservée aux églises et aux châteaux.

Cette maison appartenait à Nicolas Flamel, copiste et libraire, d'extraction modeste qui aurait fait brusquement fortune en 1382 et fait construire ainsi plusieurs maisons à Paris où il accueillait les personnes qui en avaient besoin en contrepartie de quelques prières, comme le rappelle l'inscription gravée sur la façade.

Cette brusque richesse, cette générosité, et certaines inscriptions de la façade, que des passionnés d'ésotérisme tentent de déchiffrer depuis des siècles, ont alimenté l'idée que Nicolas Flamel aurait été alchimiste et qu'il aurait percé le secret de la transformation du métal en or.

L'apparition de ce personnage dans un épisode d'Harry Potter résulte sans aucun doute de cette réputation, qu'elle contribue à étoffer également.

Aujourd'hui, c'est un magicien du goût qui officie à cette adresse, Grégory Garimbay, qui a transformé le lieu en un restaurant gastronomique.

 

La maison de l'Alchimiste
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 11:19

Si laver son linge dans la rivière a longtemps été une pratique courante, jusqu'à l'arrivée de l'eau courante dans les maisons, il était aussi usuel à une certaine époque de laver son linge sur la rivière, dans des bateaux lavoirs.

Ménagères et blanchisseuses s'y retrouvaient, seules quelques femmes issues de milieux aisés échappant à la corvée.

Laver son linge sur la rivière

A l'entrée de ces bateaux, le gérant distribue les places, vend savon, eau chaude et javel. Puis un vaste espace s'ouvre, où les lavandières tournées vers l'extérieur trempent leur linge dans le fleuve alors que celles tournées vers l'intérieur utilisent de l'eau chaude. Elles réalisent ainsi différentes étapes de la lessive, avant le rinçage et l'étendage, dans un autre espace suffisamment aéré.

Laver son linge sur la rivière
Laver son linge sur la rivière
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 19:18

lavoirs-et-lavandieres0001.jpg Cette image de lavandières semble lointaine aujourd'hui.

Elle fige un dur labeur, souvent à genoux près d'un point d'eau, les femmes utilisant ici de petites caisses de bois emplies de paille pour soulager leurs genoux meurtris.

Le lavoir est un lieu particulier, où le travail réalisé, la qualité du linge, les évènements dont il porte la trace (naissance...) font l'objet de mille commentaires. Tout se sait en ce lieu et les réputations s'y font et s'y défont.

Parfois, le lavoir est situé sous la mairie, comme un autre reflet de la vie publique de la commune. Comme la mairie il a profité de l'évolution politique et de la création des communes pour se développer un peu partout.

lavoirs-et-lavandieres0005.jpg

 Il est aussi le résultat d'une nouvelle conception du monde et des maladies, qui ne sont plus vécues comme un fléau de Dieu qu'on ne peut que subir, mais plutôt comme des évenements qu'il est possible de prévenir avec une meilleure hygiène et un certaine spécialisation des usages de l'eau.

Les lessives pré-éxistaient aux lavoirs, mais parfois c'est le même point d'eau qui servait à l'alimentation comme aux lessives.

Une évolution se dessine dès le XVIIIème siècle, qui s'affirme réellement au XIXème siècle.

Le lavoir devient un élément de la vie du village, avec ses codes et ses rituels, ses rythmes aussi avec par exemple la grande lessive du printemps. Ce moment est aussi appelé la grande buée. Le linge est chauffé dans de grands chaudrons avec de la cendre et des herbes ou essences de fleurs pour le parfumer. lavoirs-et-lavandieres0004.jpg

Puis il est rincé et savonné, battu aussi pour faire entrer le savon dans les fibres et lui donner toute sa blancheur.

Tout un monde, que l'électroménager a relégué dans l'histoire, et dont le témoignage s'exprime encore aujourd'hui dans de multiples lavoirs qui sont restés dans certains villages, dont je vous propose quelques exemples.lavoirs-et-lavandieres0002.jpg

 Sur cette photographie, le lavoir est derrière la fontaine, un alignement assez typique des villages provençaux, ici à Mollans sur Ouvèze.

 

Qu'il donne sur un ruisseau ou sur un bassin artificiel, le lavoir comporte presque toujours une toiture pour abriter les lavandières. Son architecture et surtout son ornementation sont très variables selon les régions et entre communes d'une même région.

lavoirs-et-lavandieres0003.jpg Ce sont des lieux de mémoire, dont beaucoup ne manquent pas de charme, sans faire regretter toutefois la mère Denis... De quoi apprécier cet objet si banal aujourd'hui qu'est la machine à laver le linge...

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2021 3 29 /09 /septembre /2021 21:19
Un surprenant moulin bateau

Moulins à nef, moulins-bateaux, moulins flottants, ils auraient été conçus vers 535 sur une idée du général romain Bélisaire pour contrer la destruction par les Ostrogoths des aqueducs qui alimentaient les moulins à eaux. 

Ils se seraient ensuite diffusés à partir d XIème siècle dans toute l'Europe et présentaient l'avantage de toujours fonctionner quel que soit le niveau de la rivière. leur mobilité leur permettait de se déplacer pour profiter de la force du courant, de répondre sans doute aussi à des besoins sur des distances un peu plus longues, bien qu'ils aient souvent été amarrés à un pont ou fixés par un pieu dans le lit de la rivière.

Au début du XIVème siècle, la Seine en accueillait 68 à Paris, capables, amarrés côte-à-côte, de former le pont des meuniers.

La largeur de ces structures constituait toutefois une gêne pour la circulation fluviale, et quand celle-ci s'est fortement développée, les moulins flottants ont progressivement disparus. 

Celui de la photographie est une reconstitution, amarrée au pont  Valentré à Cahors.

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 21:03
Un moulin très parisien : le Moulin Rouge

Né la même année que la tour Eiffel, en 1889, il a également contribué à diffuser dans le monde entier une certaine image de Paris.

Ce qui est devenu la légende de Montmartre le doit à certaines des figures qui s'y sont illustrées, telles la Goulue, Jane Avril ou,  dans un autre registre Yvette Guibert, toutes immortalisées par Henri de Toulouse Lautrec.

Un moulin très parisien : le Moulin Rouge
Un moulin très parisien : le Moulin RougeUn moulin très parisien : le Moulin Rouge

Plus tard seront à l'affiche Mistinguett, Jean Gabin, Edith Piaf ...

Avant que ne s'imposent les Doris girls et le concept du dîner- spectacle.

Le cancan y est toujours à l'honneur, mais les danseuses sortent aujourd'hui des plus grandes écoles de danse dans le monde. Le spectacle se réinvente à chaque saison.

Et que la légende se poursuive, des centaines de personnes travaillent en coulisse : perruquier, plumassier, modiste, bottier, bijoutier. Le Moulin Rouge assure parfois la pérennité de métiers d'art qui lui sont indispensables en rachetant quelques maisons qui le servent depuis des décennies.

 

Un moulin très parisien : le Moulin Rouge

Et pour conclure, ce dessin de Daragnès

Un moulin très parisien : le Moulin Rouge
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 20:07
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

Ce n'est pas dans la rue qui porte le nom de cet architecte moderniste que se niche cet atelier mais au fond d'une cour, ou plus exactement square de vergennes dans le quinzième arrondissement de Paris.

Il s'agissait à l'origine de l'atelier et de l'habitation de Jean Barillet, artisan verrier qui développe des idées proches de celle de Robert Stevens-Mallet sur l'épure des formes et des lieux.

Le bâtiment est avant tout conçu pour être fonctionnel, avec de vastes espaces où peut se développer le travail du verre.

Dans le bâtiment même, un long vitrail rappelle la vocation initiale du lieu, et les procédés de Jean Barillet, qui n'utilise que peu la couleur mais se joue des textures du verre qu'il conçoit.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

Ce vitrail porte le nom de trois villes, Athènes, Chartres et Ravenne. Elles rappellent que les travail se fonde sur des principes édictés par les classiques, et met à l'honneur deux villes où le verre et le vitrail sont rois.

A l'intérieur du bâtiment, rénové en 2003 pour retrouver sa forme originelle, le visiteur découvre la luminosité, l'atelier était exposé plein nord, et ces vastes espaces typiques du modernisme, la construction en métal et fer permettant d'alléger tout autre soutien interne dans la structure, à épurer, ne garder que l'essentiel.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

L'espace était toutefois occupé par une structure en bois, exposée par des artistes qui participent à la vie actuelle du bâtiment, également incubateur de start-up, lieu d'études et de recherche sur le numérique.

Mais pour revenir au bâtiment, ou plus exactement à quelques caractéristiques intérieures, il convient de rappeler l'intérêt de Jean Barillet pour le vitrail, mais également pour la céramique. Et chaque étage du bâtiment comprend une scène en céramique, qui commence des profondeurs de l'océan et atteint le ciel en passant par deux étages où le terrestre prime.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

Et pour rappeler la vocation première de ce bâtiment, un vitrail signé bien sûr Jean Barillet, reprend l'histoire de Psyché.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 20:38
Châteauceaux  (Champtoceaux) : les vestiges d'un péage fluvial

Après les moulins à eau, je vous propose de rester sur les berges du fleuve et de découvrir une construction originale sur la Loire, entre Angers et Nantes.

Champtoceaux est le nom actuel de cette commune, Châteauceaux celui que l'on peut trouver dans certains textes anciens.

La construction est en deux parties : elle comprend deux arches d'une quarantaine de mètres de loin, semblables aux restes d'un vieux pont, et un long barrage oblique en travers du fleuve qui obligeait les bateaux à passer sous les arches et à payer toutes sortes de taxes. Car cette construction est un des rares exemples encore existants de péages fortifiés.

Elle daterait du VIIème siècle et les livres de recettes, quand ils nous sont parvenus, permettent de retracer le nombre de bateaux concernés et la variété des taxes prélevées. En 1355 par exemple, près de 1 400 bateaux s'arrêtent au péage. Les deux tiers transportent du sel et sont donc soumis au droit de salage. Mais il existe bien d'autres taxes, dont je ne saurais vous expliquer le détail, lié à la nature des marchandises transportées, ou les occupants du bateau, y compris les morts (trépas de Loire pour les corps transportés), à l'origine du bateau (il a existé des droits d'entrée en France pour les navires venant de Bretagne), voire ses caractéristiques (taxe de voilage).

Le péage a été actif plusieurs siècles. Lorsqu'il fut abandonné, des moulins flottants ont été amarrés à proximité, ce qui justifie sans doute le nom actuel du lieu, baptisé cul du moulin

Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 21:29
Napoléon à la Villette

Depuis le 28 mai et jusqu'au 19 décembre 2021 est organisée à la grande halle de la Villette une exposition dédiée à Napoléon et à la légende qu'il a participé à construire pour assurer sa notoriété et succéder aux rois de France.

Cette exposition a été réalisée avec la participation de nombreux musées : musée de l'armée, du Louvre, du château de Fontainebleau, de ceux de Malmaison et Bois-Préau, de Versailles, du mobilier national également et de la fondation Napoléon. 150 pièces ont ainsi pu être réunies, dans des domaines très divers : costumes, mobilier, armement... De nombreux films complètent l'exposition, interviews d'historiens ou extraits de films, qui dynamisent la présentation, même si la proximité de certains créent des interférences qui nuisent à la compréhension et au confort du visiteur.

Neuf étapes structurent le parcours de l'exposition, depuis Brienne où le jeune Bonaparte étudie à l'école militaire jusqu'aux derniers feux, en passant bien entendu par l'arrivée au pouvoir de celui qui a d'abord été un soldat de la Révolution, les fastes de l'Empire, sans oublier bien sûr l'organisation de l'Etat et Napoléon chef de guerre.

L'exposition raconte, tout en gardant un regard critique. Elle met par exemple en exergue certains tableaux qui présentent des situations très flatteuses, quand la réalité l'était bien moins.

La traversée du Pont d'Arcole peint par gros en est une illustration puisque le tableau met en avant de façon très romantique un jeune général qui remporte vaillamment une victoire pour la République, alors que le général (Napoléon bien sûr) était tombé à l'eau et n'a jamais traversé le pont en emportant les troupes à sa suite.

Napoléon à la Villette
Napoléon à la Villette
Napoléon à la Villette

Neuf étapes structurent le parcours de l'exposition, depuis Brienne où le jeune Bonaparte étudie à l'école militaire jusqu'aux derniers feux, en passant bien entendu par l'arrivée au pouvoir de celui qui a d'abord été un soldat de la Révolution, les fastes de l'Empire, sans oublier bien sûr l'organisation de l'Etat et Napoléon chef de guerre.

L'exposition raconte, tout en gardant un regard critique. Elle met par exemple en exergue certains tableaux qui présentent des situations très flatteuses, quand la réalité l'était bien moins.

La traversée du Pont d'Arcole peint par Gros en est une illustration puisque le tableau met en avant de façon très romantique un jeune général qui remporte vaillamment une victoire pour la République, alors que le général (Napoléon bien sûr) était tombé à l'eau et n'a jamais traversé le pont en emportant les troupes à sa suite.

Napoléon à la Villette

La traversée des Alpes (tableau repris comme illustration de l'exposition  et de cet article) en constitue un autre exemple. Un Napoléon très serein y aurait franchit les Alpes en chevauchant un cheval fougueux, maîtrisé à la perfection. Cela lui aurait sans doute permis de se rompre le coup, mais il est vrai que l'image est plus glorieuse que la réalité où la monture était un mulet mené par un guide.

L'exposition présente le personnage historique, dans son ambiguïté. Il n'occulte pas le rétablissement de l'esclavagisme, la volonté de rivaliser avec les grandes monarchies européennes tout en étant un de ses membres, d'établir une dynastie les morts liées aux conquêtes napoléoniennes, mais souligne aussi les qualités du chef de guerre, le rôle de codificateur, d'aménageur de Paris joué par Napoléon...

Napoléon à la Villette
Napoléon à la Villette

Napoléon est apparu à un moment charnière de l'histoire de France, où il joue un rôle important.

C'est ce que souligne plutôt bien cette exposition.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 12:21
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement

Le père Lachaise est sans doute le cimetière le plus connu de Paris, en raison de son histoire et des personnalités qu'il accueille et qui continuent à attirer des milliers d'admirateurs venus leur rendre hommage.

Plus de trois millions de visiteurs s'y rendent chaque année (hors COVID), qui font paradoxalement du site un lieu de vie. Son architecture traduit également un riche passé et si ce cimetière reste avant tout un lieu de recueillement, il est aussi fascinant à bien des égards.

Le père Lachaise, entre histoire et recueillement

Il y a 150 ans, les combats faisaient rage dans son enceinte. Les derniers fédérés faits prisonniers y sont fusillés le 28 mai 1871. Et les cimetières de Paris ne désemplissent pas dans les jours qui suivent, la terrible répression qui s'abat mêlant dans les fosses communes hommes, femmes et enfants. Beaucoup de ceux qui échappent à la mort sont envoyés en Nouvelle-Calédonie, à l'exemple de Louise Michel.

Henri-Jules Darjou

Henri-Jules Darjou

Le mur aujourd'hui et le monument à la mémoire des fédérés

Le mur aujourd'hui et le monument à la mémoire des fédérés

L'histoire du père Lachaise avait commencé de façon plus sereine.

Au XVIIème siècle notamment, il est la propriété des Jésuites. Louis XIV enfant y trouve refuge  lors de la Fronde et son confesseur, François d'Aix de La Chaise, donnera bien plus tard son nom au lieu

En 1804, le lieu devient cimetière. Le cimetière des Innocents au cœur de Paris est déclaré insalubre, même après de multiples transferts aux catacombes. Les morts doivent désormais être enterrés hors les murs, d'où la création de quatre cimetières, dont celui de l'Est qui deviendra le père Lachaise. La première résidante est une fillette de cinq ans, Adelaïde Paillard de Villeneuve. Mais on est alors loin de Paris et le lieu peine à remplir son office.

Le préfet a alors l'idée de faire venir quelques personnages célèbres pour qu'ils reposent sur place. C'est le cas d'Héloïse et Abélard, les amants maudits, mais aussi de Molière et de la Fontaine.

Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement

L'opération est un succès, jamais démenti depuis, et sous les 3500 arbres, c'est un peu la cohue.

Anonymes et personnages célèbres s'y côtoient : musiciens (de Chopin à Jim Morrison), écrivains (Balzac, Musset, Colette, Oscar Wilde  et tant d'autres), photographes (Nadar), historiens (Michelet), artistes de scène (Sarah Bernhardt, Cléo de Mérode), industriels, présidents, gourous ...

De nombreuses histoires et autant de raisons d'attirer des visiteurs très différents.

Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement

A moins que ces visiteurs ne viennent que pour une statuaire remarquable, où les époques se confondent, depuis les œuvres de Sicard, de Préault, de Bugatti, ou certains détails de tombe signés Hector Guimard.

Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement

Je finirai par cette sculpture de Wansart pour Fernand Arbelot, celle d'un homme qui tient le visage de sa compagne entre ses mains, la tombe étant également ornée de l'épitaphe suivante : "Ils furent émerveillés du beau voyage qui les mena jusqu'au bout de la vie".

Le père Lachaise : lieu d'histoire et de recueillement
Partager cet article
Repost0