Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 09:30

Comme Excalibur, Durandal est une épée mythique, une de celles dont chacun connaît le nom.

Les chansons de geste du Moyen-Age attribuent  fréquemment des noms aux armes des preux chevaliers, leur reconnaissant sans doute ainsi des qualités particulières. Mais beaucoup ont été oubliées.

Durandal aurait été réalisée par Galan, ou Volund, un forgeron nordique, qui lui aurait donné ses qualités quasi-magiques car la lame de cette arme redoutable ne peut casser.

Remise au futur Charlemagne par un ange, il l'offre à Roland, son neveu, dont la légende relate essentiellement la mort. Car après le passage de l'armée franque à Pampelune, alors qu'elle se retire en France, les Basques (Vascons) tendent un piège à l'arrière-garde de cette armée, qu'ils attaquent au col de Roncevaux.

Roland et quelques nobles y périssent, après une lutte acharnée.

Sentant la mort approcher et ne voulant laisser sa chère Durandal à l'ennemi, il essaie de la briser sur un rocher. C'est la pierre qui cède et la montagne s'ouvre, créant la brèche de Roland.

Roland prie alors non pour le salut de son âme mais pour celui de son épée, et, avec l'aide de l'archange Saint Michel, la lance de toutes ses forces pour qu'elle vienne se ficher, 350 km plus loin, dans un rocher de Notre Dame de Rocamadour. Une épée y est encore, bien rouillée pour avoir été cette arme magique ou du moins légendaire et mue par une intervention quasi-divine.

 

 

Là où s'est achevée la folle épopée de Durandal
Là où s'est achevée la folle épopée de Durandal
Partager cet article
Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 09:37
Villages engloutis sous les eaux du Der

Ils sont trois à avoir disparus : Chantecoq, Champaubert-aux-Bois et Nuisemant-aux-Bois, trois villages détruits, puis noyés sous les eaux du lac du Der.

Cette situation n'est ni le fruit d'une intervention divine, ni le résultat d'un accident ou d'une catastrophe. Elle est simplement la conséquence d'une volonté de ne plus laisser Paris avoir les pieds dans l'eau et donc de créer des bassins de rétention pour contenir le débit de la Marne.

La Marne est un affluent de la Seine, et en 1910, 1924 et 1955, Paris et la région Ile de France ont connu des crues importantes. Celle de 1910 notamment est restée dans les mémoires comme une crue centennale, avec des conséquences dramatiques : plus de 20 000 immeubles inondés à Paris, 30 000 en banlieue, des rues impraticables, des stations de métro fermées et une grave crise sanitaire également avec le reflux des égouts et le développement de maladies (typhoïde et scarlatine). 

Cette expérience a beaucoup marqué les esprits et dans les années 1950, la France des grands projets et des grands aménagements imagine une solution : doter les abords de Paris de grands réservoirs.

C'est ainsi qu'est décidé la création du lac du Der-Chantecoq, sur une superficie de 48 km2 avec une contenance de près de 350 millions de m3.

Dans ce projet, les quelques 300 habitants du bocage pèsent bien peu. Tous sont invités à quitter les lieux et les fermes sont méticuleusement détruites. Seule l'église de Champaubert-aux-Bois, une des plus anciennes églises à pans de bois de la région, est reconstruite un peu plus loin et protégée par une digue.  Sinon, il ne reste que quelques pierres sous une dizaine de mètres d'eau, des souvenirs qui s'estompent, pourtant entretenus par quelques associations locales, qui ont notamment reconstitué une partie du village de Nuisemant.

Pas d'"urbexeurs" (explorateurs de lieux abandonnés) dans ces lieux, seuls quelques nostalgiques à la recherche de la stèle laissée par le dernier maire d'un des villages. Et un sort partagé avec une cinquantaine d'autres villages de France.

 

Depuis, le lac est devenu une destination touristique importante, un lieu de préservation de la biodiversité. C'est notamment un paradis pour les ornithologues avec le passage des grues cendrées. En 2013, l'eau y a quasiment atteint le niveau maximum, soulignant si besoin son utilité..

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 11:33

Bienvenue en Bretagne, dans la forêt d'Huelgoat (le bois haut).

Ici, l'eau limpide, parfois bouillonnante de la rivière d'argent accompagne les rochers qu'un géant en colère (Gargantua peut-être, mécontent de la bouillie de blé noir qui lui aurait servi) aurait lancé et qui forment depuis un étrange chaos.

C'est un lieu extraordinaire, où la forme des rochers donnent lieu à toutes sortes d'interprétations (comme souvent les formes de granit en Bretagne). L'ambiance est également particulière et on imagine volontiers y vivre fées et korrigans.

Mais peut-être préférerez-vous explorer le gouffre du Diable et vérifier s'il atteint vraiment le centre de la Terre....

Le lieu est magique, et je vous laisse l'apprécier avec cette photographie dont j'ai malheureusement oublié le nom de l'auteur.

La rivière d'argent et les légendes du Bois Haut
Partager cet article
Repost0
21 juin 2019 5 21 /06 /juin /2019 10:23

Selon une légende aborigène, les hommes à l'origine ne pouvaient marcher debout car la terre et le ciel étaient si proches qu'ils ne disposaient pas de l'espace nécessaire pour se redresser. L'un d'eux trouva un jour un bâton et s'en servit pour repousser le ciel. Quand il jugea qu'il était assez haut, il s'aperçut que sous l'effort, le bâton était tout courbé. Il ne jeta, mais ce dernier revint.

Ainsi serait né le boomerang...

Un bâton pour repousser le ciel...

... dont un exemplaire sera ramené vers 1770 par John Cook en Angleterre après sa découverte de l'Australie.

Mais si les aborigènes ont conservé cet objet dans leur culture, il semble qu'il ait existé dans bien d'autres lieux. Le plus vieux spécimen de bâton de jet, taillé dans une défense de mammouth et retrouvé en Pologne aurait près de 23 000 ans. D'autres ont été retrouvé en Egypte, en Inde et même en Arizona...

Car cet objet est avant tout une arme, destinée à la chasse. La plupart ne reviennent pas. Seuls les plus petits le font, dont l'usage est sans doute d'améliorer la dextérité de la personne qui l'utilise. Et cela ne va pas de soi...

Un bâton pour repousser le ciel...

Les caractéristiques du boomerang ont longtemps fasciné et ont inspiré scénaristes et écrivains.

L'art du boomerang est devenu un sport de compétition dans les années 1930, alors que l'objet lui même, à l'origine en bois, devenait prétexte à la créativité, support de communication et objet de collection.

Un bâton pour repousser le ciel...
Un bâton pour repousser le ciel...
Un bâton pour repousser le ciel...
Un bâton pour repousser le ciel...
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 21:05
Le kabbaliste de Prague... ou la fabuleuse histoire du Golem

Marek Halter est un conteur de talent qui sait faire revivre les grandes figures du Livre, notamment Abraham, le père fondateur, et les femmes, celles de l'ancien testament, Marie, les femmes de l'Islam...

Attaché à la culture juive de l'Europe centrale, il évoque ici une figure légendaire, le Golem, un géant de glaise auquel le plus illustre et le plus sage des rabbis, rabbi Loew aussi dénommé le MaHaRaL, a donné vie.

Le lecteur se trouve plongé dans la communauté juive de Prague de la fin du XVIème siècle , avec quelques périples également dans le reste de l'Europe pour y côtoyer des esprits brillants à l'exemple de Galilée, Tycho Brahé, Johannes Kepler.

Mais si l'époque est synonyme de découvertes majeures, elle l'est aussi des guerres de religion, d'épidémies de peste, de pogroms. La violence est omniprésente et s'abat d'autant plus brutalement sur les Juifs. Le Golem est conçu pour les protéger. Mais les hommes peinent souvent à apprécier ce qui leur est offert et la situation dégénère, rabbi Loew devant retirer à Golem le souffle qui l'animait...

Ce roman est une belle fresque historique. Les personnages y sont hauts en couleur, attachants aussi . Et si nombre de références échappent au lecteur, il n'est suit pas avec moins d'acuité les aventures de David ou celles d'Eva, deux des personnages centraux

Partager cet article
Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 15:56
Nkonde - peuple Vili - XIXème siècle

Nkonde - peuple Vili - XIXème siècle

Cette statue africaine est un nkonde ou fétiche à clous. Elle a une forme humaine et mesure 55 cm. D'autres peuvent atteindre la taille d'un homme et prendre une forme plutôt animale (chien, crocodile...).

Ornée de clous, elle est impressionnante, pour ne pas dire effrayante, et évoque de sombres sortilèges...

La magie est effectivement bien présente dans cet objet confectionné à partir de bois, "activée" par une substance placée au coeur du fétiche par le sorcier (nganga). Au cours de cérémonies rituelles, ce même nganga y plantait des clous, chaque clou correspondant à un voeu pour aider un membre de la communauté à soigner une maladie, avoir un enfant, une récolte abondante...

Les apparences peuvent donc être trompeuses.

Ou pas car il est possible que les voeux n'aient pas toujours été aussi pacifiques ou positifs...

 

Mais cette croyance a longtemps perduré dans les territoires qui constituent l'actuelle république démocratique du Congo et ces fétiches y ont prospéré.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 17:16
Lieu d'errance des amants infidèles

Dans de forêt de Brocéliande, ce point d'eau dénommé le miroir des fées marque l'entrée du Val sans retour...

Jadis, Morgane, demi soeur du roi Arthur, initiée à la magie par Merlin, y comdamna tout chevalier qui s'y rendait, s'il n'était pas fidèle à son aimée, ne serait-ce qu'en pensée, à y errer éternellement.

En 17 ans, plus de 250 chevaliers s'y sont égarés, ce qui compte tenu des moyens de locomotion de l'époque, représente tout de même un certain nombre d'infidèles...

Seul Lancelot du Lac, dont le coeur et les pensées étaient exclusivement tournés vers Guenièvre, résista au sortilège, auquel il mis ainsi fin, libérant tous ceux qui erraient encore dans la Val.

Un endroit légendaire à découvrir, en veillant à ne pas se perdre alors que les multiples sentiers semblent toujours inviter le voyageur un peu distrait à y errer...

Partager cet article
Repost0
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 17:37
Les ferrures de Notre Dame
Les ferrures de Notre Dame

Paris- Ile de la Cité- XIIème siècle.

Un édifice immense se dresse peu à peu vers le ciel, dont les travaux ont commencé déjà depuis 1163 sous l'impulsion de l'évêque de Paris, Maurice de Sully.

Mais les vantaux des portails de Notre-Dame doivent encore être habillées de ferrures et de serrures. Le chantier du portail Saint Anne échoit à un apprenti serrurier, Biscornet.

Le travail qu'il livre, par sa complexité technique et la beauté de ses volutes, fait dire qu'il a conclu un pacte avec le diable. Cette légende a d'autant plus d'écho que lors de l'inauguration de la cathédrale, le vantail n'est ouvert qu'à grand renfort d'eau bénite...

Bien des siècles plus tard, alors qu'il confie leur restauration au maître serrurier Boulanger, Viollet le Duc se dit impressionné par la qualité du travail réalisé. Il semble toutefois plus simple de crier au diable que de louer le génie d'un artisan.  Pour éviter la mésaventure de Biscornet et faire valoir l'origine humaine de son travail, le nouveau maître serrurier grava l'arrière de l'ensemble des pièces réalisées.

Une histoire qui relativise aussi le sens que l'on peut donner à l'adjectif biscornu : tordu, en lien avec le Diable ou simplement trop beau pour être admis par le commun des mortels?

Partager cet article
Repost0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 22:52
Les arbres courbés de la forêt de Krzywy Las

Si le nom de cette forêt, située en Pologne, est imprononçable, les arbres qui y poussent n'en sont pas moins singuliers.

400 pins y partagent la particularité d'avoir une base courbe.

Cet ensemble créé une impression étrange, comme si la forêt avait été ensorcelée. Et selon la saison et le talent du photographe, le mystère s'épaissit...

Photographie de Christian Schonberger

Photographie de Christian Schonberger

L'ensemble est toutefois moins tortueux que le spectacle offert, par exemple, par les faux de Verzy et d'une conception sans trop trop géométrique pour ne pas y voir la main de l'homme.

Cette forêt, plantée au début du XXème siècle, vraisemblablement par des Allemands, alors que cette partie du territoire polonais faisait partie de l'Empire du Kayser, pourrait avoir été ainsi conçue pour les besoins des menuisiers, qui auraient utiliser ces courbes pour faciliter la réalisation de chaises.

La technique utilisée semble toujours avoir été oubliée. Le temps l'a effacée, ne laissant pour trace que ces arbres qui se dressent telles d'immenses harpes vers le ciel.

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 16:34
Les mystères de Gavrinis

Des pierres gravées, vieilles de quelques 6 000 ans, qui existaient donc bien avant l'arrivée des Celtes et des Gaulois sur les côtes bretonnes. Cela suffit à créer le mystère et faire naître les légendes...

Les siècles enrichissent ces dernières, la cité disparue d'Ys, peut-être sous les eaux du golfe du Morbihan, côtoyant les civilisations des mégalithes et les chevaliers rouges (héritiers des Hospitaliers), sans oublier kerrigans, sorcières et autres personnages fantastiques.

 

Les mystères de Gavrinis

Le cairn où se trouvent ces pierres est un monument de taille imposante. Cette construction de pierre et de sable mesure plus de 6 mètres de haut et 50 de diamètre. Elle abrite un dolmen formant une galerie de 14 mètres de long qui aboutit sur une chambre funéraire.

23 des 29 dalles ou piliers sont ornées de motifs mystérieux, comprennant des haches, des arcs et des spirales, dont le sens nous échappe encore aujourd'hui.

Une étude acoustique a été menée dans ce lieu peu ordinaire, faisant apparaître que les voix de femmes portaient tout particulièreent, avec de fortes variations selon l'endroit où le visiteur se situe, ce qui devait aussi avoir une signification  et semble témoigner de rituels où les femmes (des prêtresses?) jouaient un rôle particulier.

Les mystères de GavrinisLes mystères de Gavrinis

Gavrinis est une île et abrite un vestige d'une civilisation mal connue. L'imagination peut s'y déployer librement...

Partager cet article
Repost0