Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2022 2 21 /06 /juin /2022 11:21
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz

Coincée dans les habitations de la vieille ville, pas très loin de la porte des Allemands, Saint Maximin, bien que mêlant avec une certaine harmonie les styles romans et gothiques, donne une impression de grande simplicité.

Elle recèle pourtant quelques trésors et surprises, dont un bel ensemble de vitraux signés Jean Cocteau.

Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz

Des vitraux aux dessins très modernes, aux couleurs pastel, des personnages surprenants ajoutent une touche de douceur et de mystère au lieu.

Leur auteur est bien celui des Enfants terribles, la belle et la bête, Orphée, et tant d'autres réalisations de ce touche-à-tout pour qui la vie était poésie et qui transformait en poème tant l'écriture, le théâtre, le cinéma, les dessins, la céramique ou le verre.

 

Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz

L'artiste se serait inspiré de masques africains et de leur symbolique, à transposer dans un registre chrétien.

Ainsi, les vitraux de l'abside, qui figurent ci-dessus, du moins en partie, représenteraient la Genèse, le monde terrestre et l'au-delà liés par la croix du Christ, la création des oiseaux et des poissons (peut-être plus faciles à deviner).

Dans les chapelles, c'est plutôt à la mythologie grecque qu'il convient de se référer : Cybèle et Vénus pour l'amour, Orphée pour l'immortalité, Minerve et Arachnée pour la création poétique...

Le plus simple est sans doute de laisser aller son imaginaire...

Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Les vitraux de Jean Cocteau à Metz
Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 18:12

Une des caractéristiques de la cathédrale Saint Etienne de Metz est l'importance des vitraux qui occupent une surface de près de 6 500 m2. A titre de comparaison, la surface vitrée est de 3 000 m2 à la cathédrale de Rouen, 2 000 m2 à Chartres, 1 500 m2 à Strasbourg.

Cette caractéristique s'explique par la taille et la conception de l'édifice. Le résultat est impressionnant.

Si ces vitraux ont été en grande partie déposés pendant les guerres du XXème siècle, pour les protégés, puis remontés, certains n'ont pas résisté au temps. C'est pourquoi il a été lancé, à la fin des années 1950, un appel à quelques artistes contemporains.

Jacques Villon, Gaudin, Bissière et Chagall seront ainsi retenus, apportant chacun un style, un graphisme, des couleurs, des créations qui trouvent tout naturellement leur place dans cette immense cathédrale de verre.

 

Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz

Les premiers vitraux de Chagall, d'un bleu éblouissant avec des coulées de feu, sont posés dans le déambulatoire.

Le premier groupe raconte Noé et l'arc en ciel, le sacrifice d'Abraham, Jacob luttant avec l'ange, le songe de Jacob et Moïse et le buisson ardent.

Moïse se retrouve dans le second groupe. Il reçoit les tables de la loi. Puis dans le dernier vitrail, il ouvre la mer rouge à son peuple. Entre ses deux panneaux est racontée l'histoire de David et de Bethsabée.

Puis le regard part vers l'entrée de la cathédrale et, dans le transept nord, découvre un jaune lumineux.

Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz

Voici les matins du monde : la création d'Adam, le paradis terrestre, Eve et le pêché originel, Adam et Adam et Eve chassés du Paradis.

Des couleurs extraordinaires et un foisonnement de détails, qui pourraient justifier des heures d'analyse et d'interprétation.

A proximité, dans les baies du triforium, deux autres vitraux ont été réalisés par Chagall. Exécutés en 1970, ils semblent pâles (ce qui n'est pas surprenant compte tenu des couleurs éclatantes de la Genèse). Le dessin de ces herbes est toutefois d'une grande délicatesse.

Chagall, passeur de lumières à la cathédrale de Metz
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 20:07
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

Ce n'est pas dans la rue qui porte le nom de cet architecte moderniste que se niche cet atelier mais au fond d'une cour, ou plus exactement square de vergennes dans le quinzième arrondissement de Paris.

Il s'agissait à l'origine de l'atelier et de l'habitation de Jean Barillet, artisan verrier qui développe des idées proches de celle de Robert Stevens-Mallet sur l'épure des formes et des lieux.

Le bâtiment est avant tout conçu pour être fonctionnel, avec de vastes espaces où peut se développer le travail du verre.

Dans le bâtiment même, un long vitrail rappelle la vocation initiale du lieu, et les procédés de Jean Barillet, qui n'utilise que peu la couleur mais se joue des textures du verre qu'il conçoit.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

Ce vitrail porte le nom de trois villes, Athènes, Chartres et Ravenne. Elles rappellent que les travail se fonde sur des principes édictés par les classiques, et met à l'honneur deux villes où le verre et le vitrail sont rois.

A l'intérieur du bâtiment, rénové en 2003 pour retrouver sa forme originelle, le visiteur découvre la luminosité, l'atelier était exposé plein nord, et ces vastes espaces typiques du modernisme, la construction en métal et fer permettant d'alléger tout autre soutien interne dans la structure, à épurer, ne garder que l'essentiel.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

L'espace était toutefois occupé par une structure en bois, exposée par des artistes qui participent à la vie actuelle du bâtiment, également incubateur de start-up, lieu d'études et de recherche sur le numérique.

Mais pour revenir au bâtiment, ou plus exactement à quelques caractéristiques intérieures, il convient de rappeler l'intérêt de Jean Barillet pour le vitrail, mais également pour la céramique. Et chaque étage du bâtiment comprend une scène en céramique, qui commence des profondeurs de l'océan et atteint le ciel en passant par deux étages où le terrestre prime.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens

Et pour rappeler la vocation première de ce bâtiment, un vitrail signé bien sûr Jean Barillet, reprend l'histoire de Psyché.

Un atelier verrier signé Robert Mallet-Stevens
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 18:31
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany

Si la réputation de Tiffany, le joaillier outre Atlantique, n'est plus à faire, je vous propose de remonter le temps jusqu'en 1900 et de découvrir les réalisations de Louis Confort Tiffany, le fils du créateur de cette honorable maison.

Aux origines était la peinture... L.C. Tiffany choisit de développer ses propres créations artistiques, et voyage beaucoup en Europe, où il découvre l'ébullition artistique qui y règne.

S'il n'abandonna jamais la peinture, il se consacre à son retour aux Etas-Unis à la décoration des intérieurs.

Le verre s'inscrit alors comme un complément naturel de son activité, le vitrail pénétrant alors les intérieurs bourgeois où il apporte luminosité et touche d'originalité.

Louis Confort Tiffany s'inspire de paysages mais aussi de végétaux, comme ses contemporains en Europe, à l'exemple des magnolias. 

Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. TiffanyLe verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany

Mais le verre se décline également sous d'autres formes, dans les objets du quotidien, qu'il s'agisse de lampes ou de vases.

Les formes se transforment, s'évasent, à l'image de la nature, et les procédés se perfectionnent, comme cela est le cas aussi en Europe.

LC Tiffany développe  la superposition de couches de verre, l'ajou de fragments colorés... Les expériences sont multiples. La plus connue est sans doute le "favrile glass" qui renforce l'aspect irisé du verre en ajoutant des sels métalliquesau verre en fusion .

Quelques exemples de réalisations pour le plaiisr des yeux...

Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Le verre Art nouveau selon Louis C. Tiffany
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 19:18

La naissance de l'art nouveau coïncide avec celle des grands magasins. L'affiche devient un support publicitaire de premier ordre (à l'exemple des oeuvres d'Alfons Mucha) et les premiers catalogues se développent pour vanter les mérites de nouvelles gammes de produits (du mobilier par exemple).

Le vitrail s'émancipe également des édifices religieux et s'impose chez les particuliers, dans les grands magasins, les banques, les chambres de commerce (à l'exemple des vitraux de Jacques Grüber qui valorisent les métiers de la sidérurgie).

Sous le dessin d'Henri Bergé, il devient lui-même un support de la publicité. Henri-Berge---vitraux-publicitaire-Malzeville0001.jpg

Henri Bergé est dessinateur. Il collabore notamment avec la maison Daum, comme Jacques Grüber l'avait fait avant lui. Certains de ses modèles serviront à Amalric Walter 'verrier) et aux frères Mougin (céramistes).

Il est aussi à l'origine de plusieurs affiches et de vitraux.

Parmi ces derniers, Henri Bergé réalise toute une série pour la cure d'air  Trianon à Malzéville près de Nancy. Ce lieu est une guinguette d'été, un lieu où l'on danse (en terrasse) et où on peut boire (au rez de chaussée).

Il reste de ce lieu, très à la mode entre 1902 et 1907, une structure métallique. A l'époque, la brasserie est ornée sur trois murs d'une vingtaine de vitraux publicitaires, vantant différentes marques : fine champagne, guignolet, absinthe...

P1020593

 La cure d'aire Trianon a fermé en 1907 et les vitraux ont souffert du temps. Ils ont été retirés de leur structure d'acier pour être précieusement conservés. Quatre ont malheureusement disparu.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 07:45

Les passeurs de Lumière (1) , plusieurs fois mis à l'honneur, le seront à nouveau pour ce thème de la communauté de bric et de broc.

 

Ces maîtres du vitrail transcendent la lumière et lui donnent une nouvelle dimension, qui peut être spirituelle ou mystique.

Nos églises nous en offrent de sublimes exemples.

ND-de-la-trinite---Blois0003.jpg 

 

A Notre Dame de la Trinité à Blois, la mort du Christ semble dèjà annoncer la résurrection. Les jeux de lumière mettent en valeur une scène tragique à l'origine et y glissent déjà un message d'espoir.

 

Cet effet est dû à l'immense vitrail qui surplombe le chemin de croix.

ND de la trinité - Blois0001

 

 D'autres lui répondent ou le complètent, parfois simplement par de petites touches, comme des points de repère ou de halte.

ND-de-la-trinite---Blois0006.jpg 

 

Dans cette basilique, consacrée en 1949, les passeurs de lumière ont pour nom Théodore-Gérard Hansse, Louis Barillet ou encore Jacques Le Chevallier.

ND-de-la-trinite---Blois0004.jpg 

 

Ces artistes perpétuent en ce lieu une longue tradition et le chatoiement des couleurs des quatorze verrières justifie à lui seul la visite de cet édifice moderne. ND-de-la-trinite---Blois0007.jpg

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 23:32

Comme promis dans mon dernier article, je vous offre aujourd'hui quelques ambiances, parfois inattendues, créées par ces magiciens ou plutot ces passeurs de Lumière que sont les artisans et artistes du vitrail.

ambiance259 La visite commence avec Sarkis, qui décline les couleurs.

ambiance Sarkis260ambiance Sarkis261

 

La simplicité semble être au rendez-vous, étroitement mélée à une douce impression de sérénité. Les noms des villes gravées dans le verre incitent également aux rêves, autant qu'à la spiritualité par les lieux saints qui y sont évoqués, les deux n'étant pas nécessairement contradictoires.

Soulages- Ste Foy- Conques267 Soulages, à Sainte Foy, laisse aussi transparaître cette impression de repères maîtrisés, pourtant déjà modifiés et qui offrent une subtile nuance dans le ressenti.

Santarossa---Munich---presbytere263.jpgChagall - synagogue266 Le bleu toujours, qui apaise, dans des lieux de culte, avec une créativité qui nous prépare à de nouveaux horizons, sacrés et profane. Les vitraux sont ici signés par Saragossa (pour un presbytère) et Chagall (vitrail dans une synagogue).

 

Chapelle - Dakota US268 De nouveaux horizons...

C'est le cas dans cette chapelle du Dakota, le tracé des vitraux répondant aussi à la forme géométrique des lieux. Il y a ici une impression d'ascension, proche de celle qu'on traouve aussi dans cette oeuvre (profane) au Japon, un escalier qui mène vers le ciel.escalier - Hakone - Japon265

 

Et pour terminer, visite d'un centre commercial à Dubaï. Le contraste est saisissant...

centre commercial - Bahrein269 Un point commun cependant : la Lumière.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 21:39

 

 Que la lumière soit! La lumière fut et l'histoire du monde commença...

La Bible (ici la Genèse) n'est pas le seul Livre sacré à associer la Lumière au début de tout. La Lumière est la vie. Elle est le divin, le Bien, par opposition aux Ténèbres. Elle fut aussi, plus tard dans l'Histoire des hommes, curieux paradoxe, la raison face à l'obscurantisme de la religion...

 

Chagall - Chicester251 Toujours, elle nous éclaire. Elle est un accès vers un état supérieur, quelle que soit la nature de ce dernier. La Lumière nous transcende, d'où son importance dans les monuments religieux et cet art qui la sublime, la colore, crée une ambiance si particulière. Je parle bien sûr du vitrail et de ceux qui le maîtrisent, justement baptisés les passeurs de Lumière.   Ces artisans ouces artistes, ici Chagall, ont laissé des oeuvres superbes qui ne nous laissent toujours pas indifférents.

 

 

 

 

 

Les techniques ont évolué depuis le Moyen-Age (le temps des cathédrales notamment avec ici la superbe rosace de Chartres), mais la lumière demeure.chartres245

 

 

 

Les thématiques des Eglises restent les mêmes, traités toutefois avec des formes nouvelles, qui restent assez classiques au

début du siècle, avec Mucha par exempleSt guy - Prague - Mucha248 mais empruntent parfois à la pure abstraction.

 

Ce qui évolue surtout, est la place du vitrail dans la société, au fil des âges. L'architecture du XXème siècle a imposé le verre, dans les galeries par exemple, dans les habitations aussi, et l'art y a rapidement trouvé sa place.

Credit-lyonnais---Gruber247-copie-1.jpg Les grands magasins (Lafayette à Paris par exemple) ou certains institutions, ici le Crédit Lyonnais avec une oeuvre superbe signée Grüber, ont adopté le vitrail dans leur plafond, voire dans leurs fenêtres.

Quelques riches particuliers ont suivi l'exemple, comme ici à la Havane.La-Havane249.jpg

 

C'est une contemplation dont on ne se lasse pas... Je prolongerai prochainement ce parcours en compagnie des passeurs de Lumière à travers quelques ambiances, parfois surprenantes, où il n'est pas toujours simple de distinguer le profane et le sacré.

 

Mais déjà la nuit tombe et seule la fée électricité nous permet de profiter encore un peu de ce "miracle"

 

 

Partager cet article
Repost0