Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 21:51
La magie de Chambord

François 1er souhaitait un bel et somptueux édifice, inspiré des travaux de Léonard de Vinci (décédé avant la pose de la première pierre). Avant Versailles, ce chateau a été le plus grand palais royal en France et il reste encore aujourd'hui le plus grand chateau Renaissance d'Europe, avec une architecture singulière.

Le plan centré en croix grecque, le système standardisé des logis et les voûtes à caissons sculptés du 2ème étage, le donjon carré central flanqué de tours circulaires à chaque points cardinaux, le jeu du soleil qui rend ce bâtiment si différent selon les heures du jour et les saisons... sont autant d'éléments caractéristiques auxquels s'ajoute le fameux escalier à double révolution.

La magie de Chambord

Un édifice somptueux en effet, que les occupants successifs ont modifié, notamment pour des chambres moins hautes de plafond et mieux chauffées. Ils n'ont toutefois jamais ajouté d'aile ou modifié cette enveloppe de pierre, dont la puissance architecturale s'impose d'elle-même.

La magie de ChambordLa magie de Chambord
La magie de ChambordLa magie de ChambordLa magie de Chambord

Le chateau offre de multiples lectures, d'autant que certaines pièces sont peu à peu remeublées, que les animations s'y développent en utilisant les apports de la technologie, avec par exemple la possibilité de visualiser certaines chambres et leurs transformations selon les époques.

L'édifice s'inscrit dans un vaste écrin de verdure, lieu de promenade ou réserve forestière, dont une partie est ouverte au public. Le domaine comprend des maisons, une église, un lac... Et répond à la rénovation du village et de ses alentours. Il y a beaucoup à découvrir à Chambord dans le chateau et hors de ses enceintes.

La magie de Chambord

Le domaine a toutefois été envahi par les eaux et les dégâts se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d'euros. Les assurances et subventions en couvriront une partie. Mais pour couvrir le solde, une souscription a été lancée avec la fondation du patrimoine.

Pour ceux qui aiment Chambord et souhaitent agir :

https://www.fondation-patrimoine.org/fr/centre-7/tous-les-projets-378/detail-sauvegarde-du-domaine-de-chambord-apres-inondations-43693

Dans tous les cas, si vous passez dans le Centre-Val de Loire, c'est une visite à ne pas manquer.

La magie de Chambord
Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 18:54
Quelques pensionnaires de Beauval
Quelques pensionnaires de BeauvalQuelques pensionnaires de BeauvalQuelques pensionnaires de Beauval

Ils sont près de 5700. Ce sont les animaux du zoo de Beauval.

Ce lieu, situé dans la région Centre- Val de Loire, serait le plus grand zoo de France, voire d'Europe. il s'étend sur plus de 35 hectares et accueille chaque année un million de visiteurs.

Les animaux y sont magnifiques. Certains, à l'exemple du paresseux, circulent librement, ici dans le cadre d'une grande verrière où il convient de lever la tête pour le voir évoluer lentement...

Beaucoup ne se rencontrent que rarement dans les zoos, à l'exemple du couple de pandas, qui viennent de Chine et ne sont effectivement que pensionnaires puisqu'ils repartiront un jour, au terme de l'accord signé par le zoo.

De nombreux bébés animaux naissent ici, à l'exemple des tigres blancs, pour ensuite essaimer.

Que d'émerveillement à la vue de tant de grâce ou de puissance, de cette diversité ! Je serais bien repartie avec un joli springbok ou un adorable panda, mais sans la compétence de leurs soigneurs, j'aurais sans doute été vite dépassée...

Je reviendrai, et tant pis si l'entrée est un peu chère...

Quelques pensionnaires de Beauval
Quelques pensionnaires de BeauvalQuelques pensionnaires de BeauvalQuelques pensionnaires de Beauval
Quelques pensionnaires de BeauvalQuelques pensionnaires de Beauval
Repost 0
Published by writings2 - dans Val de Loire
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 10:47

Le thème de l'édition 2015 du festival des jardins de Chaumont sur Loire est double puisqu'il associe les jardins extraordinaires aux jardins de collection.

Dans ces derniers, les tableaux ont toute leur place ou plus exactement ils investissent l'espace.

Tel est le cas dans le jardin Nuances où le jardin semble tout entier contenu dans un immense cadre. Les tons oscillent entre le vert et le bleu, tout en douceur. Le vent y joue parfois, rappelant, si besoin est, que le tableau est vivant.

Une création sobre, qui invite à la contemplation. Elle a été conçue par un duo : Pierre LABAT, paysagiste et Delphine GUERET, architecte. Elle constitue une belle invitation au rêve en même temps qu'une interrogation sur notre façon de regarder le monde, et plus précisément un objet de collection. Ce dernier ne saurait se résumer à son cadre, d'autant plus que quelques plantes en dépassent.

L'inspiration du jardin intitulé Réflexion d'un collectionneur semble assez proche. Réalisée par une plasticienne, Solène ORTOLI, il joue sur la scénographie, avec un ensemble de tableaux végétaux, dont la vision évolue au gré des déplacements du visiteur, et sur la double perception à la fois d'une collection de tableaux et d'un lieu intimiste, presque un jardin secret. Le collectionneur expose d'abord pour lui-même et se crée un environnement particulier où il se sent bien.

Comme les tableaux reposent sur un océan de verdure, le musée pourrait également avoir été envahi par une nature qui a repris ses droits...

Il y a sans doute autant de lectures possibles qu'il y a de visiteurs, mais le même enchantement se manifeste face à ces jardins de collection qui sont aussi des jardins extraordinaires...

Tableaux végétaux à Chaumont sur Loire
Tableaux végétaux à Chaumont sur LoireTableaux végétaux à Chaumont sur Loire
Repost 0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 13:40

Ce n'est pas le menu d'une brasserie mais bien celui d'un des jardins présentés au festival de Chaumont sur Loire.

Trois jeunes créateurs (Agathe Le Mine, Chloé Ricou et Florian Dubois) ont choisi de redonner toute sa place à la mousse, loin de l'image négative que les amateurs de gazon ou plus généralement de jardin ont de cette plante quelque peu invasive...

Dans "Silence! Ca mousse!", place à la nature, dans une ambiance entre sous-bois et jardin japonais, entre végétal et minéral.

Les bruits du monde parviennent assourdis, la fraîcheur est au rendez-vous (ce qui n'est souvent pas le cas des jardins voisins). On s'y sent bien et c'est avec regret que l'on quitte les lieux.

Mousse et fraîcheurMousse et fraîcheur
Mousse et fraîcheur
Mousse et fraîcheurMousse et fraîcheurMousse et fraîcheur
Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 10:43
Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan

Les villes résultent d'une juxtaposition dans le temps de constructions et d'aménagements. On bâtit sur des décombres mais aussi à partir de l'existant, créant ainsi des mémoires multiples.

Le lieu que je vais évoquer ne fait pas exception. A proximité de la Loire, dans ce qui est aujourd'hui la ville d'Orléans, il fut à l'origine un temple romain avant de devenir une église, à l'origine à l'extérieur des remparts de la ville. Le prélat Saint Aignan, par ses prières, peut-être une certaine diplomatie et l'appel aux légions romaines d'Aetius, y aurait empêché le massacre des habitants en 451, face au "fléau de Dieu", Attila.

Le sauveur de la ville, dix siècle avant Jeanne d'Arc, fut canonisé et ses reliques précisément conservées dans une crypte romaine créée par Robert le Pieux à la fin du XIème siècle sous une église romane nommée en hommage au saint.

Ces reliques reposaient dans un martyrium, sorte d'énorme tombeau, dont les murs étaient percés de fentes pour permettre aux pèlerins de les apercevoir, voire de les toucher avec leurs cannes et d'acquérir un peu de la bénédiction du saint.

La crypte, conservée malgré les vicissitudes qui ont eu plusieurs fois raison de l'église qui la dominait, se dessine comme le chœur partiel d'un édifice religieux, avec un déambulatoire desservant à l'origine cinq chapelle. Quatre d'entre elles ont été comblées, sans doute pour consolider les fondations de la nouvelle église. Mais leurs piliers ont été mis à jour dans les années 1950, permettant d'admirer leurs sculptures, à l'origine polychromes.

Un bel endroit, qui ne se découvre que rarement.

Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan
Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan
Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan
Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan
Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan
Une crypte romane à Orléans : Saint Aignan
Repost 0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 22:58

Entre Blois et Cheverny, à une vingtaine de minutes de Chambord, se dresse, dans le village de Cellettes, le chateau de Beauregard.

Au XVIème siècle, ce lieu était un rendez-vous de chasse pour François 1er. Ses différents occupants lui donneront l'apparence qu'il a aujourd'hui.

L'un de ses propriétaires, Paul Radier, noble proche du roi et passionné d'histoire décide, à partir de 1619, d'y raconter son histoire de France. Le résultat ne sera toutefois pas un essai mais une galerie de portraits des rois de France et des personnages de leur règne ayant joué un rôle politique important, y compris dans les autres cours d'Europe, voire au-delà.

C'est ainsi qu'en partant de 1328, 327 portraits témoignent de 315 ans d'histoire et des bouleversements intervenus au cours de quinze règnes. On y retrouve Anne de Bretagne, Anne Boleyn, Henri XVIII, Thomas Moore ou encore Soliman le magnifique, pour ne citer que ces quelques exemples.

Trois générations de Radier se sont attelés à la réalisation de cette fresque colossale, qui repose comme dans un écrin entre un magnifique plafond en lapis lazuli et de superbes faiences.

327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire
327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire
327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire
327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire327 portraits pour plus de trois siècles d'histoire
Repost 0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 11:24

En gravissant les marches de cette superbe cathédrale, qui accueille notamment autour du 8 mai les cérémonies en mémoire de Jeanne d'Arc et de ses compagnons et arbore alors de fières armoiries, ce sont six siècles d'histoire que nous remontons.

Six siècles, c'est le temps qu'il a fallu pour achever ce bâtiment, construit à partir de 1259 sur les ruines des églises qui l'ont précédé, la première datant de 350, toutes détruites lors des multiples évènements que la ville d'Orléans a connu.

L'histoire dê la cathédrale est tout aussi animée et justifie ces six siècles de construction. Lors de guerres de religion par exemple, une des tourelles à la jonction des contreforts a été détruite. Le bâtiment est resté debout mais les stigmates de cet évènement sont toujours visibles.

La visite mène à mi-hauteur des tours de l'édifice, qui culminent à 88 mètres, et nous rapproche de la flèche d'une hauteur de 114 mètres.

La vue est superbe, sur la cathédrale et ses multiples détails architecturaux, y compris la charpente, autant que sur la ville, ses avenues et ses autres édifices religieux ou laïcs.

Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Orléans vue du haut de la cathédrale Sainte Croix
Repost 0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 22:06

Le festival international des jardins, ouvert cette année du 25 avril au 2 novembre, a choisi un thème prometteur : le jardin des péchés capitaux...

L'orgueil , l'envie, la gourmandise, la paresse, la colère, la luxure et la gourmandise sont ainsi déclinés au gré des couleurs, des formes, des senteurs, de la sensibilité du concepteur et de celle du visiteur.

C'est aussi une belle façon de nous faire réfléchir sur les excès de notre société. Et l'humour est au rendez-vous.

Partons à la découverte de quelques espaces parmi les 24 que compte le festival, sans malheureusement pouvoir restituer les odeurs, la chaleur ou la fraîcheur...

Le domaine de Narcisse est un simple cadre entourant un bassin d'eau. Le chateau s'y reflète, puis, à mesure qu'il approche, c'est l'image du visiteur qui s'impose.

Reflet narcissiste ou pêché d'orgueil sur lequel joue un autre jardin, où les damiers de la pelouse se rejoignent sur une boule argentée.

C'est sur ce même pêché qu'est construit l'espace haute culture, agrementé de superbe robes fleuries derrière lesquelles on se presse pour prendre la pause... C'est très ludique et l'occasion pour les visiteurs de partager qulques mots. Le péché peut être plaisir...

Il est capiteux autant que capital et c'est une avalanche de couleurs et de senteurs...

L'humour est également au rendez-vous. Les pêchés deviennent péchés en fonction de leur floraison, de l'abondance des fruits ou de la forme de ses derniers. Ils exposent leurs couleurs. Et les caractéristiques de certaines plantes sont aussi le prétexte de variations humoristiques.

A vous de découvrir d'autres lieux de péchés, virtuels ou non...

Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Les péchés capitaux de Chaumont sur Loire
Repost 0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 09:13

Une découverte à partager : celle du jardin de Plessis-Sasnières, à environ 35km de Blois et 15 km de Vendôme, en région Centre.

Un peu à l'écart des routes touristiques, il reste raisonnablement fréquenté et le visiteur peut s'approprier pleinement ce jardin de 10 ha.

La pièce maîtresse est le plan d'eau, qui structure l'agencement de ce jardin "à l'anglaise" où la végétation semble si naturellement épouser les reliefs du terrain.

C'est une symphonie de formes, de textures, de couleurs, tout en douceur.

A vous d'apprécier...

A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
A la découverte du jardin de Plessis-Sasnières
Repost 0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 15:19

Une sélection d'enseignes aperçues entre Fontevraud, Saumur, Langeais et Chinon.

A Fontevraud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les métiers anciens sont à l'honneur.

 

A Langeais

 

 

 

 

 

 

Les chaudrons également... Et devant cette enseigne à Saumur (Combier) flottaient de douces effluves sucrées d'alcool...

A Saumur

 

P1020462          P1020461

 

 

 

V

Repost 0