Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 12:24
Dentelles d'Alençon
Dentelles d'AlençonDentelles d'Alençon

Elle fut longtemps la reine des dentelles, la plus souple, la plus soyeuse, la plus chère aussi.

La dentelle d'Alençon est une dentelle à l'aiguille, travaillée à partir d'un modèle sur carton, ce qui lui vaut parfois d'être appelée velin.

Elle acquiert ses lettres de noblesse et sa notoriété sous l'impulsion d'une femme, Marthe Laperrière, qui souhaitant donner à son travail plus de finesse, à l'exemple de la dentelle de Venise, alors la référence en Europe, crée un nouveau point : le point d'Alençon; Elle initie d'autres dentellières et a l'idée de diviser le travail en plusieurs tâches, chaque couturière étant affectée à une des étapes de l'ouvrage.

Dentelles d'Alençon

A cette époque, à la Cour, hommes et femmes portent de la dentelle. Ce travail d'aiguille constitue donc un enjeu économique d'importance, ce qui explique la création de manufactures sous l'impulsion de Colbert.

La production de dentelle à Alençon devient ainsi manufacture royale en 1665, et le point de Venise est imposé, ce qui nécessite pour les dentellières de s'adapter. Elles s'en émancipent toutefois rapidement et développent le point de France (image ci-dessus).

Lorsque le monopole royal cesse, la manufacture produit un point d'Alençon magnifié par l'expérience et la créativité de ses dentellières, qui sont plus de 8 000 à l'apogée de cette "industrie".

Dentelles d'Alençon
Dentelles d'Alençon
Dentelles d'Alençon

Les motifs évoluent au fil des siècles. Le point d'Alençon s'allège, puis renoue avec une ornementation riche, particulièrement sous le 2nd Empire.

Cette dentelle de qualité cède ensuite le pas face à une mode qui évolue et à une dentelle industrielle moins coûteuse.

Repost 0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 17:44
Une femme contre l'obscurantisme : Al-Shymaa Kway Geer

 

Dans de trop nombreux pays d'Afrique subsistent des croyances au nom desquelles des minorités sont tuées chaque jour. Tel est le cas des albinos, victimes de meurtres ou d'amputations, car leur corps donnerait chance et prospérité à celui qui en détient un élément, macabre amulette.

L'albinisme est une maladie génétique qui se traduit, faute de mélamine en quantité suffisante, par une absence de pigmentation de la peau, des cheveux et des yeux. Elle peut être totale ou partielle, mais peut souvent également être source de déficience visuelle et d'une fragilité particulière à toute exposition au soleil.

Le nombre d'albinos dans le monde est de l'ordre d'1 individu sur 20 000, proportion toutefois très variable d'un pays à un autre. Dans certaines régions de Tanzanie par exemple, leur densité peut être dix fois plus élevée. Malheureusement, leur nombre plus important ne les protègent pas de l'obscurantisme.

Mais en Tanzanie, le combat est mené en faveur de ces personnes, même si les mentalités restent difficiles à faire bouger.

Al-Shymaa Kway Geer fait partie de celles et ceux qui essaient de faire évoluer la situation. Elle-même atteinte d'albinisme, elle a recueillie plusieurs enfants orphelins victimes des préjugés liés aux albinos, parfois meurtris dans leur chair.

Nommée députée en 2008 pour deux ans, elle a défendu la cause de ces personnes. Un autre député albino lui a succédé et désormais, les sorciers sont arrêtés pour certaines de leurs pratiques. 

La lutte contre la haine et l'obscurantisme est un combat de longue haleine. Mais si cette minorité doit continuer à porter chance à tout un peuple, il serait souhaitable que ce soit pas au prix de sa vie, mais plutôt que cette dernière soit au contraire la garante de la prospérité attendue. 

 

 

Al-Shymaa Kway Geer

Al-Shymaa Kway Geer

Repost 0
Published by writings2 - dans Société Destins
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 17:13
Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul Dufy

Raoul Dufy (1877-1953) est un touche-à-tout génial, capable de sublimer la céramique, de créer des tissus (pour Paul Poiret ou la maison Bianchini-Ferrier), de dessiner, de peindre...

J'oublie sans doute des facettes de son talent mais je souhaiterais simplement vous inviter à partir à la découverte de quelques tableaux de l'auteur de la fée éléctricité, simplement pour souligner l'évolution de ses paysages.

Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul DufyLes paysages de Raoul DufyLes paysages de Raoul Dufy

Les premières oeuvres témoignent des influences : Cézanne, les impressionnistes, les fauves...

L'artiste explore également avec Georges Braque le fractionnement des formes et l'effet de profondeur à travers quelques peintures cubistes.

 

Peu à peu, les paysages de Raoul Dufy changent. Les couleurs s'éclaircissent, le dessin se précise alors que les toiles s'allègent.

Les paysages de Raoul DufyLes paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul DufyLes paysages de Raoul Dufy

Les couleurs vives réapparaissent et semblent soudain s'échapper du dessin, Elles le dépassent, donnent le ton puisqu'elles sont ce que l'oeil perçoit en premier, avant de s'arrêter sur le dessin, très précis.

L'ensemble donne un dynamisme particulier au sujet traité, une sorte de mouvement, que je vous laisse apprécier.

 

Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul Dufy
Les paysages de Raoul Dufy
Repost 0
Published by writings2 - dans Art et lumière
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 22:52
Les arbres courbés de la forêt de Krzywy Las

Si le nom de cette forêt, située en Pologne, est imprononçable, les arbres qui y poussent n'en sont pas moins singuliers.

400 pins y partagent la particularité d'avoir une base courbe.

Cet ensemble créé une impression étrange, comme si la forêt avait été ensorcelée. Et selon la saison et le talent du photographe, le mystère s'épaissit...

Photographie de Christian Schonberger

Photographie de Christian Schonberger

L'ensemble est toutefois moins tortueux que le spectacle offert, par exemple, par les faux de Verzy et d'une conception sans trop trop géométrique pour ne pas y voir la main de l'homme.

Cette forêt, plantée au début du XXème siècle, vraisemblablement par des Allemands, alors que cette partie du territoire polonais faisait partie de l'Empire du Kayser, pourrait avoir été ainsi conçue pour les besoins des menuisiers, qui auraient utiliser ces courbes pour faciliter la réalisation de chaises.

La technique utilisée semble toujours avoir été oubliée. Le temps l'a effacée, ne laissant pour trace que ces arbres qui se dressent telles d'immenses harpes vers le ciel.

 

Repost 0
Published by writings2 - dans Légendes
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 12:17
Robert  - le baiser de l'hôtel de ville

Robert - le baiser de l'hôtel de ville

Avec quelques jours de retard, hommage à tous les amoureux qui ont toujours si bien inspirés les plus grands photographes, ou peut-être à ces artistes dont le regard a su voler un instant d'intimité.

En voici quelques clichés, avec Robert Doisneau bien sûr

R. Doisneau

R. Doisneau

Brassaî, qui nous rappelle en passant qu'il n'y a pas d'âge pour être amoureux.

Brassaï
Brassaï

Brassaï

Willy Ronis, dont le regard nous fait plonger sur une péniche, près du pont des Arts.

Willy Ronis - les amoureux du pont des arts

Willy Ronis - les amoureux du pont des arts

Et Edouard Boubat, plus mystérieux sans doute...

Edouard Boubat

Edouard Boubat

Repost 0
Published by writings2 - dans Photographes
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 14:01

"Etre libre, ce n'est pas seulement se débarasser de ses chaînes; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres" . (Mandela)

Nelson Mandela : croire et agir pour des lendemains meilleurs

 

Le 11 février 1990, après 27 ans, 6 mois et 6 jours d'emprisonnement, un homme était libéré.

Les caméras du monde entier ont retransmis l'image de cet homme aux cheveux blancs, au pas incertain et au sourire étonné... qui trois ans plus tard (le 5 décembre 2013) sera président de l'Afrique du Sud.

Nelson Mandela : croire et agir pour des lendemains meilleurs

Nelson Mandela, c'est une force morale extraordinaire, qu'il aurait notamment puisé dans le poème de William E. Henley, Invictus, cité plus bas.

Cette force l'a porté tout au long de sa détention, autant les premières années quand il était condamné aux travaux forcés que dans les suivantes face aux pressions dont il était l'objet pour renoncer à son combat politique, ses conditions de détention ayant toutefois été améliorées grâce à la mobilisation de la communauté internationale.

 

Car Nelson Mandela est une figure majeure de l'ANC (African National Congress), et de la lutte contre l'Apartheid, en tant qu'avocat d'abord puis militant pacifiste et enfin, après le massacre de Sharpeville, partisan d'une action plus marquée avec le sabotage de symbôles d'un régime politique honni, en respectant cependant toujours la vie des uns et des autres.

 

La force de Mandela, qui se traduit dans son sourire, est sans doute, malgré tout ce qu'il a vécu, sa volonté de réconciliation, vis-à-vis des Blancs mais aussi des autres communautés et organisations noires, dont l'Inkhata.

Alors que le pays est divisé et sombre dans la violence, il oeuvre à cette réconciliation et, quand il devient président, son gouvernement est d'union nationale, associant des ennemis d'hier pour construire l'avenir.

Certes, Mandela n'a pu régler tous les problèmes économiques et sociaux. mais il lui a permis d'avancer, en lien avec Frédéric De Klerk avec lequel il a reçu le prix Nobel de la Paix, laissant à la postérité l'image d'un homme de conviction et de rassemblement.

Nelson Mandela : croire et agir pour des lendemains meilleurs

"Du fond de la nuit qui me couvre

Noire comme le gouffre du nord au Sud

Je remercie les dieux quels qu'ils soient

Pour mon âme indomptable.

Dans l'étreinte étouffante des circonstances,

Je n'ai ni crié ni gémi.

Sous les coups du hasard,

Mon front est en sang mais toujours dressé.

Au-delà de ce monde de colère et de larmes,

Ne se profile que l'horreur de la nuit,

Et pourtant la menace des années

Me trouve, et me trouvera, libre de toute peur.

Peu m'importe l'étroitesse du passage

Et le poids de l'acte d'accusation.

Je suis le maître de mon destin :

Je suis le capitaine de mon âme."

William Ernest Henley - Invictus

Repost 0
Published by writings2 - dans Destins
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 20:14

Les coquillages nous surprennent toujours dans la variété et la délicatesse de leurs formes, de leurs couleurs également.

C'est sans doute une des raisons pour lesquelles il sont très tôt devenus dans l'histoire de l'humanité objets d'échange et de prestige.

Les parures étaient nées, à l'exemple de ce collier précolombien, constitué de fragments de spondyles, difficiles à trouver et nécessitant un grand savoir faire pour leur assemblage.

Collier précolombien en coquillage (fragments de spondyle)

Collier précolombien en coquillage (fragments de spondyle)

Depuis, l'usage des coquillages en joaillerie n'a cessé de se perfectionner, avec bien sûr l'usage de la nacre et des camées de coquillages, à l'exemple de cette broche du XIXème siècle.

Le coquillage devient bijou

Les coquillages ont inspiré de nouvelles formes, travaillées en or ou en argent, mais ils ont également été sertis de pierres précieuses pour en rehausser l'éclat.

Les clips d'oreilles de Seaman Schepps, joailler américain, en constituent une belle illustration.

Le coquillage devient bijou
Le coquillage devient bijou

Et que dire de cette superbe parure, signée Gilbert Albert (joaillier suisse du début du XXème siècle), qui magnifie la splendeur d'un ptérocère ?

Le coquillage devient bijou

Et pour terminer, un peu plus de simplicité (très relative) avec cette coiffe de coquillage, organisée en couronne de fleurs.

 

Le coquillage devient bijou
Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 12:13
Les bestioles métalliques de Mylinh

Diplômée des métiers d'art, à la fois pour le travail du métal et pour la broderie, Mylinh Nguyen est une jeune artiste française pour le moins singulière.

Passionnée d'usinage, elle sait travailler les métaux avec une rare finesse qui restitue la structure ou le squelette de ses réalisations de façon surprenante.

Ses organismes métalliques en constituent un exemple et lui ont valu de nombreuses récompenses.

Les bestioles métalliques de Mylinh
Les bestioles métalliques de Mylinh

Cette maîtrise ne l'empêche pas de développer un certain humour et, entre deux créatures parfois inquiétantes, à l'exemple de cette anguille, de travailler sur des petits objets du quotidien (coquetiers, boutons) plutôt amusants.

Les bestioles métalliques de MylinhLes bestioles métalliques de Mylinh
Les bestioles métalliques de MylinhLes bestioles métalliques de Mylinh

Je vous laisse le soin de découvrir d'autres bestioles, et de les ranger dans la catégorie que vous souhaitez, sur le site de l'artiste (http://www.mylinh-nguyen.fr). 

Repost 0
Published by writings2 - dans Sculptures et statues
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 12:57

 

Un rorbu (rorbuer au pluriel) est en Norvège ce qu'est une cabane tchanquée en France, sur le Bassin d'Arcachon.

Il s'agit d'une humble maison de pêcheur, traditionnellement construite sur pilotis.

A la découverte des rorbuer

Il en existe encore beaucoup au Nord de la Norvège, principalement dans les îles Lofolen (ici sur l'île de Moskenesoy). Leur origine remonterait au moins au Xème siècle, pour une saison de pêche importante.

Ses cabanes de pêcheur, occupées de façon saisonnières et au confort rudimentaire pouvaient aussi être plus grandes et héberger plusieurs pêcheurs. On parle alors de sjohus (avec un o barré en norvégien).

Elles sont généralement de couleur rouge, avec un liséré blanc, mais leur couleur dépendait du niveau sociale de leur occupant.

Aujourd'hui, elles sont bien souvent renovées, voire construites à neuf, pour accueillir les touristes.

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 21:41
Une vie sous le soleil de La Havane

Après l'Algérie, l'Afrique et le Proche Orient, Yasmina Khadra nous fait découvrir d'autres horizons. Destination : Cuba, son soleil et la rumba.

L'île de tous les paradoxes entre misère et corruption. Comme dans l'ensemble des romans de l'auteur, le délitement de la société n'est pas esquivé. Ce n'est toutefois qu'un élément de contexte, une toile de fond caractérisée aussi par la musique et la joie de vivre des habiitants.

Le personnage central est une sorte d'archétype des Cubains, du moins selon Yasmina Khadra. Et de fait, il est, par son optimisme, totalement différent des personnages habituels de l'auteur.

Juan, "Don fuego" pour reprendre son nom de scène, ne vit que pour la musique ou plus exactement la chanson. Quand la boîte où il se produit est rachetée et qu'il se retrouve à la porte, il redécouvre La Havane et Cuba, non seulement par le monde de la nuit, mais au quotidien.

C'est l'occasion pour le lecteur de découvrir des personnages souvent attachants, à l'exemple de Séréna, la soeur ainée de Juan, généreuse et dévouée, qui héberge une bonne partie de la famille, ou Panchito, un ancien roi de la trompette qui a renoncé à la gloire et dont la principale compagnie est la bouteille et son chien.

Une galerie de portraits hauts en couleurs, à commencer par Juan, sexagénaire qui découvre la passion amoureuse avant d'apprendre peu à peu une forme de sagesse.

Un roman lumineux, porté par le style de Yasmina Khadra.

Une vie sous le soleil de La Havane
Repost 0