Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 18:00
Une chapelle qui se fond dans son environnement

Dans l'Arkansas, plus précisément à Bella Vista, se dresse une chapelle commémorative peu ordinaire.

Elle a été construite en mémoire de Mildred B. Cooper, épouse d'un riche industriel, engagée dans diverses actions sociales dans ce pays cherokee où la nature revêt un sens particulier.

La chapelle érigée en sa mémoire par Euine Fray Jones, un élève de Frank Lloyd Wright, est au coeur de cette nature. Elle y est installée géographiquement, mais les baies vitrées de l'édifice ouvrent aussi en permanence sur le vert environnant et les heures de la journées lui offrent mille et une lumières.

Un bel exemple d'architecture organique, où le visiteur ne perçoit bientôt plus ni les voûtes d'inspiration gothique, ni le bois et l'acier, ni même le verre, mais se retrouve plongé dans un océean de verdure. Un bel avatar sans doute aussi de croyances plus anciennes...

Une chapelle qui se fond dans son environnement
Une chapelle qui se fond dans son environnement
Une chapelle qui se fond dans son environnement
Repost 0
Published by writings2 - dans Archi
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 20:44
La mer selon Mickael Kenna

Photographe britannique, installé aux Etats-Unis, Mickael Kenna parcourt depuis plusieurs décennies le monde entier.

Le résultat de son travail, toujours en noir et blanc, est impressionnant. Il nous offre en effet un regard particulier des paysages qu'il immortalise, une puissance, un soupçon de mystère.

La mer en est un exemple, tant quand les rochers se cachent derrière un brouillard qui a un côté parfois presque surnaturel, que quand tout est calme et que seuls restent quelques transats repliés. La mer peut être aussi en colère et les vagues se fracasser sur la côte...

Quelques instants de grâce, que vous pourrez prolonger en visitant le site de l'intéressé : http://michaelkenna.net

La mer selon Mickael KennaLa mer selon Mickael Kenna
La mer selon Mickael KennaLa mer selon Mickael Kenna
La mer selon Mickael KennaLa mer selon Mickael KennaLa mer selon Mickael Kenna
Repost 0
Published by writings2 - dans Photographes
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 18:47
L'art de compter
L'art de compter

La rentrée est déjà loin et chacun a eu l'occasion de prendre ses marques, de découvrir peut-être aussi les possibilités offertes par les calculatrices électroniques.

Je vous propose d'oublier un instant les écrans, les courbes ou autres résultats de fonctions complexes pour remonter le temps et retrouver un bel objet traditionnel dont l'usage a longetmps perduré : le boulier.

Cet objet est un des premiers à avoir aidé les hommes à compter, avec l'abaque. En Chine, il apparaît, tel que nous le connaissons au XIIIème siècle, et dans de nombreux pays, il continue à servir à de nombreux commerçants. Ce peut aussi être un bon outil d'apprentissage de l'arithmétique.

Mais comment cela fonctionne?

Ce ne sont que quelques boules sur une trame de bois, le tout rangé ici dans un joli coffret aux motifs asiatiques. Dans la trame supérieure se situent deux boules, dans celle du bas cinq. Si on s'en tient au nombre entier, la colinne de droite représente les unités, la suivante les dizaines, ,celle d'après les centaines, etc...

Ainsi, pour indiquer le chiffre six, on. utilise une boule de la première colonne de droite en haut et une en bas. En effet, jusqu'à quatre, les boules de la partie inférieur sont utilisées, pour marquer le 5, on passe à la partie supérieure (2 boules de 5 = 10 => il sera temps alors de passer à la deuxième colonne, celle des dizaines). On rebaisse toutes les deux boules du haut de la première colonne et on monte une boule de la colonne du bas des dizaines.

La colonne de droite peut aussi devenir ligne si on tourne le boulier, les unités étaient placées en bas. Les additions seront donc opérées selon le schéma suivant.

L'art de compter

Si l'opération est relativement simple pour les additions et soustractions, elle se complique un peu pour la multiplication, et contrairement à la calculatrice, il est indispensable de connaître ses tables...

Pour les chiffres à virgule, il suffit de décaler les lignes et de repérer où l'on veut situer les unités.

Certains calculs plus complexes seraient également réalisables sur cet objet, mais je dois avouer qu'ils m'échappent à peu... Restons donc à l'arithmétique de base.

Repost 0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 20:12
Vertige architectural

Alex Hogrefe est un architecte qui travaille sur la représentation visuelle de projets.

Cette "retraite" en verre et béton, accrochée au vertigineuses falaises islandaises en offre un exemple saisissant. Un projet virtuel qui permet de mieux explorer les relations entre l'homme, son habitat, et la nature.

ici, on se surprend à imaginer la vie dans cette construction, à imaginer le paysage vertigineux offert par les baies vitrées ou par l'immense terrasse de béton. Un projet hors norme qui est aussi un jolie rêve.

Repost 0
Published by writings2 - dans Archi
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 10:46
Un peu de légèreté pour vivre

En ce début du XXIème siècle, la légèreté n'est plus insoutenable, mais devient une condition pour vivre après l'indicible.

Pour Catherine Meurisse, cet indicible est le massacre de Charlie, la perte d'amis, le poids du chagrin, celui de la surveillance policière et des réactions des gens, pas toujours très heureuses.

Plongée dans l'abîme, discussion avec les disparus qui semblent toujours là, les dessinateurs mais aussi Mustapha, le correcteur, grand amateur de Baudelaire, qui avait souhaité à Catherine, de "s'envoler loin des miasmes morbides, se purifier dans l'air supérieur et de boire, comme une pure et divine liqueur, le feu clair qui remplit les espaces limpides."

Ces mots, disparus pedant un temps, reviennent peu à peu, comme les couleurs, comme en témogne la présentation de l'album, qui passe des nuances de gris à des scènes qui se colorent peu à peu. Et Catherine rejoint l'océan, puis l'Italie pour rédécouvrir la beauté, celle qui permet de surmonter l'horreur.

"Nous avons l'art pour ne pas mourir de la vérité". Cette citation de Nietzsche, placée avant les premiers dessins, prend peu à peu tout son sens. Un retour à la légèreté, simplement pour continuer à avancer.

Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 11:04
Les jardins chinois à Chaumont sur Loire
Les jardins chinois à Chaumont sur Loire

Le domaine de Chaumont sur Loire cultive l'art du jardin. Son festival en constitue un exemple. En marge de cet évenement, il accueille également des réalisations pérennes, parmi lesquels des jardins chinois.

En Chine, créer un jardin est un art. en s'inspirant du yang et du yin, en utilisant les éléments symbolique que sont notamment l'eau et la pierre, il convient de créer une harmonie, un reflet de la nature qui peut aussi en être une interprétation.

Le résultat peut donc être très différent selon l'orientation choisie par son concepteur. La comparaison de deux de ces jardins en offre une belle illustration.

Le premier jardin se nomme Hualu, Ermitage sur Loire, mais ce pourrait être aussi, au vu des panneaux qui forment comme un parchemin, le jardin du Sud.

Les jardins chinois à Chaumont sur Loire
Les jardins chinois à Chaumont sur Loire Les jardins chinois à Chaumont sur Loire
Les jardins chinois à Chaumont sur Loire Les jardins chinois à Chaumont sur Loire

Ici, l'harmonie est dans le relief, rythmé par l'eau et une petite construction en bois. Les plantes jouent un rôle central éléments colorés du paysage qui varient avec les saisons.

Son concepteur est Che Bing Chiu, architecte, très sensible aux métamorphoses des lieux, ce qui transparît dans cette réalisation, très agréable.

L'atmosphère est totalement différente dans le jardin de Yu Kongjian. Le jardin y est plus dépouillé et joue sur l'harmonie dans le choix des couleurs, mais aussi des formes, entre le carré et le rond, qui constitue le nom de cet espace.

Le jardin associe souci de la gestion de l'eau et esthétique. Il joue sur l'insertion d'une forme dans une autre, une sorte de miniature. Il s'inscrit sans doute davantage dans la symbolique mais je trouve le résultat surprenant, empreint d'une certaine poèsie à laquelle concourrent les nénuphares. Une belle invitation à la méditation...

Les jardins chinois à Chaumont sur Loire Les jardins chinois à Chaumont sur Loire
Les jardins chinois à Chaumont sur Loire Les jardins chinois à Chaumont sur Loire

Deux autres jardins chinois sont présents sur le domaine, qui feront l'objet d'une présentation ultérieure.

Repost 0
Published by writings2 - dans Eaux et jardins
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 14:26
Quand Buren sublime une oeuvre de Gehry...

La fondation Louis Vuitton abrite depuis quelques années ses collections d'art moderne dans une somptueuse nef, dont les douze voiles, aériennes et complexes, dessinent les circulations et les vues.

Ce bâtiment somptueux a été réalisé par l'architecte canadien Frank Gehry, ce créateur qui conçut, il y a déjà quelques dizaine d'années, le musée Guggenheim de Bilbao. D'autres réalisations ont fait l'objet de quelques lignes dans ce blog, à l'exemple de la maison dansante de Prague (http://writings2.over-blog.com/article-la-maison-dansante-107574822.html), de celle de Dusseldorf, de la tour de New York (http://writings2.over-blog.com/article-f-gehry-a-new-york-119840062.html) , ou du musée de la biodiversité à Panama (http://writings2.over-blog.com/2015/04/archi-couleurs.html).

Ce sont souvent des formes peu ordinaires, comme une feuille ondulante ou, au contraire comme si la matière s'était déformée en explosant, sans heurt toutefois, l'architecture de Franck Gehry se dessinant à partir de courbes.

La fondation Louis Vuitton revêt une forme originale, unique dans l'oeuvre de son créateur, tout en conservant une impression de légéreté, et ce vaisseau immense aux voiles gonflées semble prêt à s'envoler.

Quand Buren sublime une oeuvre de Gehry...

Daniel Buren a transfiguré cette oeuvre.Ce plasticien de la couleur, dont l'expérience s'est organisée à partir de la découverte d'un morceau de store coloré, motif détourné à l'infini, adapté à l'environnement, souvent extérieur, où l'artiste s'exprime.

Ses réalisations sont nées dans le monde entier, parfois pérennes, souvent temporaires : Paris, Pékin, Naples, Bruxelles, Bilbao aussi où le puente de la Salve qu'il a coloré de rouge fait déjà un joli cadre au musée conçu par Frank Gehry.

Il lui a sans doute été impossible de résister à la proposition qu'il lui a été faite, à l'idée de jouer avec cette immense nef de lumière. Il en a exploré les possibilités pour créer son observatoire de la lumière, appliquant des bandes de couleurs sur chacune des voiles. Un travail colossal pour un résultat surprenant, où la lumière joue en transparence comme en couleur, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du bâtiment.

Quand Buren sublime une oeuvre de Gehry...
Quand Buren sublime une oeuvre de Gehry...
Quand Buren sublime une oeuvre de Gehry...
Repost 0
Published by writings2 - dans Art et lumière Archi
commenter cet article
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 14:01
Découverte du jardin du Haut Chitelet

Sur la route des crêts dans les Vosges, sur la commune de Xonrupt Logemer, se découvre un jardin atypique, ou plutôt susceptible de se fondre dans la végétation locale.Il s'agit d'un jardin d'altitude, bien loin des jardins d'agrément, mais plutôt orienté sur la présentation des espèces que l'on peut souvent croiser au hasard des randonnées.

Ce jardin est la propriété de l'université Poincaré et du Grand Nancy, Il peut se lire comme un prolongement montagnard du jardin botanique du Montet, à Vandoeuvre les Nancy. Ici, seules les plantes adaptées à un climat rude se développent. Elles sont 2 500, issues des Vosges en grande partie, mais aussi des principaux massifs montagneux d'Europe ou d'Amérique.

Découverte du jardin du Haut Chitelet
Découverte du jardin du Haut ChiteletDécouverte du jardin du Haut Chitelet
Découverte du jardin du Haut ChiteletDécouverte du jardin du Haut Chitelet

La sphaigne des tourbières y côtoie le chardon bleu ou la digitale, les points d'eau les rocailles...

Et au détour des sentiers se dressent parfois des arbres étranges, associant à la science un peu de poèsie et de mystère.

Découverte du jardin du Haut Chitelet
Repost 0
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 16:54
Brassaï et la célébration de la vie

Avec "un costume pour deux", Brassaï nous offre une photographie superbe, mais également troublante.

Prise à la fin des années 1920, elle met en lumière la liberté d'aimer, de choisir son partenaire... A l'époque, cela n'allait pas de soi, à supposer que ce soit le cas aujourd'hui...

Ces amoureux sont beaux, image d'un bonheur et d'une certaine insouciance, de la fragilité d'un instant de grâce.

Je vous laisse apprécier ce cliché en noir et blanc, et tous les dégadés et nuances que ces couleurs extrêmes peuvent offrir.

Repost 0
Published by writings2 - dans Photographes
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 18:02

Dans les jardins du XXIème siècle, thème de cette 25ème édition du festival des jardins de Chaumont sur Loire, l'équilibre entre l'homme et la nature change.

Parfois, la nature devient lieu de vie et la maison s'y intégre. Deux projets du festival offrent une variation sur ce thème. Dans le premier, la maison vivante, le jardin envahit la maison, mais il reste une structure en bois qui organise tout l'espace. Dans le second, vivre au jardin, le mobilier s'efface et devient transparent.

Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)

La maison vivante a été conçue par deux paysagistes DPLG, Emilie Granier et Barthélémy Affres. Elle intègre dès le vestiplant les éléments du jardin. L'humour est au rendez-vous dans les noms des pièces, et on se surprend à imaginer des rêves bucoliques en découvrant le lit, perdu au milieu d'une abondante végétation. La salle des arrosirs fait office de douche, à condition de partager la place avec les plantes... Et je vous laisse découvrir la suite.

Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)

Le ton est totalement différent dans Vivre au jardin. Adieu la récup'. Place à l'épure. L'homme semble moins cohabiter avec la nature que s'y fondre et sous l'amas de végétation, il faut distinguer les meubles transparents qui indiquent l'usage de l'espace. Le projet est signé Elorie Dauguet, scénographe, et Camille Baudelaire, designer. Un espace associant le minéral et le végétal. Il est plus visuel peut être et plus froid, interrogeant la place de l'homme, sa disparition aussi?

Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Vivre au milieu de la nature (Chaumont sur Loire)
Repost 0
Published by writings2 - dans Eaux et jardins
commenter cet article